Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

La crypte de la Sorbonne : en mémoire des « universitaires » victimes de la guerre et de la résistance

Le 8 mai 1945 marque la fin de la Seconde Guerre mondiale. En France, ce jour férié permet de commémorer la victoire et le souvenir de toutes celles et de tous ceux qui ont participé au combat pour la liberté. De très nombreux enseignant.e.s ont agi entre 1940 et 1945 pour lutter contre le nazisme et l’occupation. Beaucoup y ont laissé leur vie. Pour leur rendre hommage, le 11 novembre 1947 est inaugurée la crypte de la Sorbonne : « Cette crypte a été dédiée aux dépouilles de 10 Maitres et deux élèves désignés par la Fédération de l’Éducation nationale pour symboliser l’héroïsme de tous les universitaires morts au service de la France et de la liberté. » Guy Putfin, qui a été responsable entre 2002 et 2006 du département Archives et Histoire sociale du Centre Henri Aigueperse de l’UNSA Éducation  est revenu sur l’histoire de la crypte de la Sorbonne lors d’un colloque le 25 janvier 2018 organisé par l’Himase (Association pour l’histoire des militants associatifs et syndicaux de l’éducation, http://www.himase.fr/ ) « Des personnels de l’éducation dans la résistance » Voici le texte de son intervention où vous retrouverez le parcours de résistantes et de résistants parfois méconnus issus du monde de l’enseignement : texte_Crypte_Putfin.

Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

D’où vient la fête du 1er mai ?

Le 1er mai est un jour férié officiellement depuis 1947. Mais c’était déjà depuis plusieurs dizaines d’années la date traditionnelle des revendications ouvrières et sociales. Vous souhaitez en savoir davantage ?

Le livre de Maurice Dommanget « Histoire du 1er Mai » aide à mieux connaître l’histoire de ce jour symbolique de la fête des travailleurs. L’auteur était un instituteur, féru d’histoire et auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire sociale de la Révolution française, du mouvement ouvrier ou encore de l’éducation. Militant syndical de l’enseignement dans la tradition du syndicalisme révolutionnaire, Dommanget (1888-1976) a été le premier à restituer les pages glorieuses de l’histoire de ce jour, dont l’origine se situe en 1886 à Chicago lors d’une manifestation qui fut durement réprimée. Quelques années plus tard, en 1891, une fusillade à Fourmies (Nord) met un terme à une manifestation pacifique d’ouvriers qui revendiquaient la journée de 8 heures. Ces deux événements douloureux incitent les organisations syndicales à faire du 1er mai un jour de revendications, symbole des luttes sociales jusqu’à aujourd’hui.

Lire la suite de « D’où vient la fête du 1er mai ? »

Publié dans Histoire sociale

1948 : La FEN maintient son unité et choisit l’autonomie

 

Il y a aujourd’hui 70 ans, la Fédération de l’Éducation Nationale, a fait le choix de l’autonomie dans un monde syndical en proie aux divisions et aux difficultés liées à la Guerre froide et aux tensions sociales dans la France de l’époque. Héritière de la Fédération Générale de l’Enseignement d’avant-guerre, la FEN naît en mars 1946 et rassemble tous les syndicats des personnels de l’éducation. Elle appartenait à la CGT qui connaît une scission en 1948, entre la CGT proche des communistes et les minoritaires hostiles au communisme qui se regroupent au sein de la CGT-Force ouvrière (que l’on connaît ensuite sous le nom de FO). Ces tensions se retrouvent au sein de la FEN : faut-il aussi créer deux groupes ou faut-il conserver à tout prix l’unité ? Les débats sont vifs et le SNI, qui constitue le syndicat le plus important de la FEN, propose un référendum auprès des adhérents, suivi rapidement par les autres syndicats de la fédération. Une large majorité s’exprime alors en faveur de l’autonomie par rapport aux confédérations CGT et CGT-FO.

Lire la suite de « 1948 : La FEN maintient son unité et choisit l’autonomie »

Publié dans Histoire sociale

James Marangé : secrétaire général de la FEN en mai 68

 

Dans le cadre des commémorations de mai 68, le site du Maitron fournit en accès libre des notices biographiques d’acteurs de mai. On trouve ainsi la biographie de James Marangé, secrétaire général de la FEN au moment des événements de mai 68 . Nous aurons l’occasion de revenir sur la FEN et mai 68 dans les jours et les semaines qui viennent. En attendant, retrouver ici la biographie de James Marangé (réalisée par Guy Putfin) : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140371