à la Une
Publié dans Formation, Recherches, vu, lu pour vous

L’évaluation en questions… d’Educ.

Effet de mode ? L’évaluation est partout.

L’Éducation n’y échappe pas.

Évaluation des élèves, de leurs travaux ? De leur compréhension ? De leurs progrès ?

sommaire question educ

Évaluation des personnels à enseigner ? À éduquer ? À évaluer ?

Évaluation du système ? Des établissements ? Des politiques éducatives ?

Évaluation sommative ? Normative ? Formative ?

L’évaluation ne renforcerait-elle pas la compétition alors que c’est la coopération qui fait progresser ?

Faut-il avoir peur des erreurs ?

Une évaluation objective et universelle est-elle possible, alors la docimologie nous apprend qu’il a des biais dans tout acte de notation ?

Et que penser des QCM ? Pas forcément que du mal…

Le dernier numéro de « Questions d’Educ. » se penche sur la question de l’évaluation et ce demande Kévaluthon ?

Une vraie question… et pas mal de pistes pour y répondre.

A retrouver ici : https://nuage.unsa.org/index.php/s/iW41ircCNf9eUwa#pdfviewer

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

Présent, passé, futur : [Quoi de 9?] de février se conjugue à tous les temps

Aujourd’hui, les 22 hommes les plus riches du monde le sont plus que toutes les femmes d’Afrique. C’est ce que nous apprend le rapport annuel d’Oxfam qui montre que les femmes sont les premières victimes de la pauvreté.

Demain, quels seront « les futurs de l’Éducation« . C’est à cela que travaille l’UNESCO.

Hier la Shoah. Et si son enseignement permettait de lutter contre tous les radicalisme…

Aujourd’hui, Florence Robine est ambassadrice de Bulgarie et elle nous en parle dans le Grand entretien du numéro 5 de la revue [R] qui vient de paraître.

L’Histoire est sur nos écrans grâce aux séries télévisées. Support pédagogique… Pourquoi pas ?

Difficile de choisir entre la tradition militaire d’hier et la formation citoyenne pour demain : le SNU apparaît comme un dispositif « hybride ».

Et si les inégalités scolaires sont réelles en Outre-mer, elles ne sont pas des fatalités. Des pistes existent et la mobilisation est au rendez-vous dès à présent pour construire l’avenir.

Toutes ces informations et d’autres, sont à retrouver dans le [Quoi de 9 ?] de février à lire ici : quoi-de-neuf février 2020

à la Une
Publié dans La revue

Comme un [R] qui revient…

L’[R] de rien, la laïcité se réinvite dans le débat public … comme elle le fait depuis 30 ans et Ismaïl Ferhat nous aide à comprendre pourquoi.

Un [R] d’ailleurs nous viens de Bulgarie où Florence Robine est ambassadrice de France et nous parle de Culture et d’Éducation.

« Engagez-vous »… un [R] connu, mais que nous disent les travaux de la recherche sur l’engagement ? On regarde de plus près.

Un [R] nouveau soufflera-t-il sur la culture en donnant davantage de place aux femmes ? Béatrice Laurent invite à la réflexion.

PISA est de retour, comme un [R] de refrain. Et Jean-Philippe Laby nous guide pour mieux décrypter ce protocole d’évaluation international.

Comme un [R] du passé, Benoit Kermoal nous présente Renée et Joseph Rollo, un couple de militants. Une rencontre qui parle d’hier mais aussi de l’apport de l’histoire pour aujourd’hui.

Un [R] partenaire avec la présentation de la Jeunesse au plein air (JPA) et de ses actions au service des loisirs et de l’éducation.

Et toujours un [R] de rêve avec des respirations en mots et en images…

Comme un [R] de rien, voici donc la parution du n°5 de notre revue [R].

A lire dès maintenant et à garder dans sa bibliothèque…

sommaire

A commander ou à s’abonner auprès de celine.pourtier@unsa-education.org

à la Une
Publié dans Non classé

Les difficultés éducatives en outre-mer ne sont pas des fatalités

De Cayenne, le 1er février 2020

« Piste 17 : La scolarisation et la réussite scolaire doivent être les premières priorités. Le CESE appelle à une grande mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés pour mettre à niveau l’offre éducative. L’Etat doit donner les moyens nécessaires et corriger les sous-dotations au regard des besoins existants. A ce titre, il doit investir massivement dans les équipements afin de scolariser les élèves conformément aux normes nationales.

Piste 18 : Pour le CESE, l’Etat doit augmenter le nombre d’enseignants pour atteindre un maximum de 24 élèves par classe, appliquer la scolarisation obligatoire à 3 ans et le dédoublement des classes de CP et de CE1 des réseaux d’éducation prioritaire. La formation initiale et continue des enseignants doit être renforcée en prenant en compte les réalités sociales, culturelles et linguistiques des élèves. »

Telles sont parmi les 19 pistes proposées, celles qui concernent directement l’Éducation dans l’étude du CESE quant à «  L’ACCÈS AUX SERVICES PUBLICS DANS LES OUTRE-MER », rendue publique ce 29 janvier.

Comment en effet ne pas partager ce constat d’une très forte inégalité d’accès à l’Éducation dans l’ensemble des territoires ultramarins. Un déficit marqué par « des disparités [qui] restent très importantes non seulement avec l’hexagone, mais aussi entre les divers territoires d’Outre-mer et au sein même des territoires. Ainsi, la Guyane, Mayotte et Saint-Martin connaissent des difficultés particulièrement inquiétantes. »

Or la rapport du CESE rappelle que « l’éducation constitue un droit fondamental mais aussi un investissement pour l’avenir de la jeunesse dans les territoires. » Un investissement d’autant plus indispensable étant donné le fort taux de natalité et donc la croissance des effectifs scolaires extrêmement soutenue en Guyane, à Mayotte et Saint-Martin, « où la moitié de la population a moins de 30 ans.» Un progression démographique qui nécessite d’anticiper les besoins de postes d’enseignants et de construction scolaire. Ce que les pouvoirs publics ne font pas, « tant ils sont focalisés sur l’urgence »

Face à ces difficultés qui risquent de s’accentuer si rien est fait et alors que la dépense d’éducation par élève en 2013-2014 était de 3900 euros par élève à Mayotte et de 5831 euros pour la Guyane contre 7720 euros pour la moyenne nationale, le colloque organisé par l’UNSA Éducation à Cayenne ce 31 janvier, dans le cadre de son congrès régionale sur « éducation = réussite, en Guyane » n’a pas souhaité s’arrêter à des lamentations.

La lucidité sur les difficultés n’a pas empêché de mettre en avant l’enthousiasme et la détermination des acteurs éducatifs du territoire.

De véritable défis sont à relever et l’ensemble des intervenants ont soulignés qu’ils devaient l’être localement par une mobilisation de l’ensemble des acteurs territoriaux, même s’il est indispensable que l’État investisse (en postes, en constructions scolaires, en indemnités, en reconnaissance professionnelle, en formation et développement professionnel…) à la hauteur des ambitions éducatives pour les territoires d’outre-mer.

La jeunesse de la population guyanaise et son accroissement est une chance. Elle doit être vécue comme telle. La diversité des des situations géographiques (entre les villes du littoral et celles sur les fleuves), le multilinguisme, sont également des richesse. Dans ce contexte permettre la réussite de toutes et tous impliquent la coéducation avec une plus grande coopération entre service de l’État et collectivités territoriales, entre enseignants et animateurs, entre École et parents, entre chercheurs et professionnels éducatifs de terrain. La formation et la reconnaissance des personnels est indispensable afin de mieux impliquer chacune et chacun dans son rôle d’éducatrice et d’éducateur. Cela passe par une meilleure coordination avec le travail de l’INSPé, un véritable développement de l’observatoire de la scolarisation et de la réussite éducative, un rôle accru des comités techniques, la place essentielle des personnels non enseignants comme les administratifs, les assistants sociaux, les infirmiers, les médecins scolaires, une plus grand autonomie donnée aux équipes sous les impulsions pédagogiques des chefs d’établissements et des corps d’inspection, une inscription aussi dans les valeurs de laïcité, de lutte contre toutes les discriminations, d’égalité femme-homme.

L’Éducation n’est pas un élément isolé, elle s’inscrit dans une démarche de développement d’un territoire, d’émancipation des individus, d’épanouissement d’une population, de construction de capacités à vivre bien, et mieux, ensemble. Investir dans l’Éducation c’est donc investir dans l’avenir, tous les domaines. C’est ce que ce colloque de l’UNSA Éducation Guyane à monter, comme une première piste de réponse aux constatations et préconisations du CESE : l’assurance de professionnels qui ne baissent pas les bras, qui sont lucides mais engagés pour l’avenir de la jeunesse et de leur territoire.

Vous pouvez retrouver ici le rapport d’étude du CESE :

https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Etudes/2020/2020_03_services_publics_outremer.pdf

Ainsi que l’intervention du Centre Henri Aigueperse au colloque de l’UNSA Éducation Guyane : Guyane

à la Une
Publié dans Formation, Histoire sociale, vu, lu pour vous

Enseigner la Shoah face à tous les radicalismes

Avec la commémoration de la libération du camp de concentration d’Auschwitz se pose une nouvelle fois la question de l’enseignement en France de la Shoah.

Une interrogation qui se pose d’autant plus qu’une étude, publiée mercredi 22 janvier par l’institut Shoen Consulting, montrerait que 57% des Français ignoreraient le nombre de juifs tués dans les camps d’extermination, et qu’un quart des personnes âgées de moins de 38 ans affirmerait ne pas avoir entendu parler de la Shoah. Selon cette même étude 10% des sondés penseraient que « soit l’Holocauste est un mythe, soit le nombre de juifs assassinés pendant l’Holocauste a été largement exagéré« .

Malgré les questions méthodologiques qui peuvent interroger cette étude, s’agit-il d’un échec de l’enseignement alors que la Shoah a été intégrée comme un objet à part entière, dans les programmes du secondaire depuis 1989 ?

Constat d’échec qui n’est pas amer, mais invite à un sursaut, pour Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie dans un collège en Seine-Saint- Denis, responsable des formations au Mémorial de la Shoah et directeur de l’Observatoire de l’éducation à la fondation Jean Jaurès. Il vient de publier Sortir de l’ère victimaire. Pour une nouvelle approche de la Shoah et des crimes de masse (Odile Jacob, janvier 2020), ouvrage dans lequel il écrit que « brandir la mémoire de la Shoah face à des populations dont l’histoire collective n’a rien à voir avec cet événement historique revêt une efficacité limitée.»

Il convient donc de l’incarner. Ce que de nombreux professeurs, mieux formés, tentent de faire. Démarche à laquelle Ruth Zilberman participe également avec la sortie de son livre 209 rue Saint-Maur, Paris Xe Autobiographie d’un immeuble (Seuil, janvier 2020) qui fait suite à son film documentaire Les Enfants du 209 rue Saint-Maur, Paris Xe (2018, Zadig Productions/Arte), qui restitue la vie des habitants de cet immeuble parisien dans toute leurs diversités de 1850 à nos jours : « Nous autres du 209, les pauvres, les morts et les vivants, les disparus et les revenants, nous autres les communards et les artisans, les résistants et les dénonciateurs, nous autres les jeunes filles amoureuses et femmes de mauvaise vie, nous autres les Kabyles et les Polonais, les Juifs, les Portugais et les Bretons, les Marocains et les Italiens, nous autres, Odette, Albert, Daniel, Henry, Charles et les autres.“Nous autres du 209”, c’était la forte et fière affirmation d’une patrie imaginaire dont l’étendard serait ce toit de ciel découpé en carré au-dessus de la cour. » On y vit la période de Vichy et les rafles dont celle du « vel d’hiv » en juillet 1942. Avec des familles juives, des collaborateurs, des Justes, aussi, de celles et ceux qui font comprendre « que l’histoire n’est jamais écrite d’avance » comme l’affirme Ianis Roder.

Donner à comprendre la Shoah passe en effet par la nécessité de re-contextualiser, mais aussi de situer le drame dans un conception du monde telle que la portait l’idéologie nazie, « afin, comme le souhaite Ianis Roder, de faire émerger une grille de lecture des discours radicaux, d’hier et d’aujourd’hui.»

à la Une
Publié dans Histoire sociale

L’Histoire et les séries télévisées

Sollicité par les Cahiers de l’Atelier dont le n° 562, paru il y a quelques jours, le 16 janvier, est consacré à « Enseigner et transmettre l’histoire », Benoit Kermoal a rédiger un article intitulé « Les séries sont-elles utiles pour transmettre l’histoire ? »

En voici un extrait :

Dans quelle mesure les séries, qui connaissent une audience croissante depuis plusieurs années, peuvent-elles fournir une porte d’entrée dans la découverte d’une époque, ou d’un événement ? Sans être dupe des limites de la fiction, Benoît Kermoal souligne néanmoins quelques vertus pédagogiques de ces séries.

La série Watchmen, tirée de l’œuvre culte de David Gibbons et d’Alan Moore1, vient d’être diffusée aux États-Unis et dans le reste du monde. Mettant en scène des super-héros dans une époque imaginaire, elle s’ouvre pourtant sur un fait historique réel : le massacre de Tulsa (Oklahoma) qui causa plusieurs centaines de morts parmi la communauté afro-américaine en 1921. L’ensemble de la série se déroulant dans une époque alternative à la nôtre, on ne comprend pas tout de suite que ce fait a réellement existé et qu’il ne sort pas de l’imagination des scénaristes de cette fiction. Ce prologue pose une partie des enjeux de l’intérêt des séries pour les historien-ne-s et pour les professeur-e-s d’histoire-géographie : peut-on les utiliser comme un moyen d’information et de transmission sur des sujets historiques ? Ces œuvres de fiction ne risquent-elles pas d’entraîner des confusions entre des faits imaginés et des faits historiques ? Quelle est plus globalement la vision du passé de ces séries de plus en plus plébiscitées par les jeunes et les moins jeunes ? Pour répondre à ces questions, il faut avant tout prendre au sérieux cet élément omniprésent dans la culture populaire d’aujourd’hui.

[…]

Cahiers_de_l_Ate_5e17365252e81
Retrouvez l’ensemble de l’article de Benoit Kermoal dans le n°562 des Cahiers de l’Atelier « Enseigner et transmettre l’histoire », http://www.editionsatelier.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=bookshop-flypage.tpl&product_id=794&category_id=50&manufacturer_id=1&option=com_virtuemart&Itemid=1

 

 

 

1 Alan Moore, David Gibbons, Watchmen, DC Comics, 2009.

à la Une
Publié dans Aujourd'hui, Non classé

« Ouvrir la voie » : Hommage à Samy Driss, ami et camarade engagé

« Ouvrez la voie » affirme, dans le métro parisien, les affiches pour la ville de Chamonix.

Ouvrir la voie, une devise qu’aurait pu adopter notre ami et camarade Samy, lui qui aimait tant Chamonix et le Mont Blanc où il a encore pu y passer en famille, malgré la maladie, les fêtes de fin d’année.

Ouvrir la voie, c’est ce qui avait conduit Samy à participer à la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » (dite « marche des beurs », lui dont la famille est originaire de Tunisie), à militer à « France plus », puis à s’engager en politique pour développer la présence des jeunes et de la diversité au sein des équipes. C’est ainsi qu’auprès Jean-Pierre Sueur, Samy fera partie de l’équipe municipale à la mairie d’Orléans de 1989 à 1995.

Mais c’est dans le syndicalisme que Samy s’est essentiellement engagé.

Secrétaire académique du SE-UNSA de l’académie d’Orléans-Tours, puis secrétaire régional de l’UNSA Éducation, il devient secrétaire national de la fédération de 2002 à 2012 en charge des questions liées aux personnels.

En 2012, Laurent Escure, nouveau secrétaire général de l’UNSA Éducation, fait de lui le premier chargé de mission national de la fédération et lui confie les dossiers des Greta et la coordination du secteur jeunesse et sports.

Luttant déjà contre la maladie, il avait décidé de prendre sa retraite à cette dernière rentrée.

Disponible, convivial, toujours prêt à l’échange, Samy avait une analyse politique fine, une sensibilité à fleur de peau contre toutes les injustices et un engagement fort pour toutes les actions contre les discriminations et le racisme

Professeur certifié en technologie, Samy était aussi précurseur dans l’utilisation des outils informatiques puis numériques, au service de l’action syndicale.

Avec le décès de Samy, nous pleurons la perte d’un ami et un camarade engagé. Tout notre soutien à sa famille et à ses proches.

à la Une
Publié dans Aujourd'hui, Recherches, vu, lu pour vous

Les femmes premières victimes des inégalités

« Les inégalités économiques échappent à tout contrôle. En 2019, les milliardaires du monde entier, c’est à dire seulement 2 153 personnes, se partageaient plus de richesses que 4,6 milliards de personnes. Ce clivage profond s’appuie sur un système économique sexiste et injuste qui valorise davantage la richesse d’une minorité privilégiée, constituée d’hommes principalement, plutôt que les milliards d’heures de travail de soin – non rémunéré ou peu rémunéré – des femmes et des filles dans le monde. Prendre soin des autres, cuisiner, nettoyer, aller chercher de l’eau et du bois de chauffage sont des tâches essentielles au bien-être des sociétés et des communautés ainsi qu’au bon fonctionnement d’une économie. La responsabilité lourde et inégale du travail de soin perpétue les inégalités économiques et de genre.

Il est temps que cela change. Les gouvernements du monde entier doivent agir maintenant afin de construire une économie centrée sur l’humain qui défend des valeurs féministes et valorise ce qui est réellement important pour la société, plutôt que d’alimenter une course sans fin au profit et à la richesse. Des solutions existent et il y a urgence à les mettre en place : investir dans des systèmes de soin afin de répartir plus équitablement le travail de soin effectué aujourd’hui par les femmes et les filles et mettre en place une fiscalité plus juste et progressive qui taxe davantage les grandes fortunes et qui favorise les aidant-e-s. »

Ainsi commence le résumé du rapport annuel d’OXFAM international publié ce 20 janvier 2020 et intitulé « Celles qui comptent Reconnaître la contribution considérable des femmes à l’économie pour combattre les inégalités »

Deux éléments essentiels structurent ce rapport. Le premier consiste à mettre en évidence les immenses écarts de richesses entre les plus pauvres de la planète et les quelques milliardaires que compte le monde. Un écart qui ne cesse de croître si l’on en juge les chiffres d’augmentation des revenus. Ainsi si, de 2011 à 2017 les salaires moyens ont évolué de 3 % dans les pays du G7, les dividendes versés aux importants actionnaires ont progressées de 31 %.

graphique 2

Le second point fort est celui du « sexisme ». En effet, le rapport montre clairement que les femmes sont les premières victimes des inégalités économiques. Leurs salaires sont plus faibles, leurs emplois plus précaires, souvent moins qualifiés et le travail ‘ménager » qui leur incombe pour l’essentiel n’est ni reconnu, ni rémunéré. D’après les calculs d’Oxfam, « le travail de soin non rémunéré assuré par les femmes apporte une contribution considérable à l’économie à hauteur d’au moins 10 800 milliards de dollars chaque année, soit trois fois la valeur du secteur des technologies. » Les femmes sont ainsi moins riches que les hommes mais aussi moins représentées dans les instances de décisions, que ce soit au niveau économique (dans les conseil d’administration des entreprises) ou au niveau politique (dans les parlements et gouvernements).

graphique 3

Des données négatives qui ne sont pas pour autant immuables. Des solutions existent.

Le rapport rappelle que « depuis des décennies, économistes féministes, société civile et défenseur-e-s du travail de soin proposent une série de solutions pour mettre le travail de soin au premier plan, sous la forme d’un cadre transformateur baptisé « 4R ».

graphique 4

Oxfam propose les six mesures suivantes pour faire valoir les droits des aidant-e-s et pour commencer à combler le fossé entre les personnes qui assurent le travail de soin peu ou non rémunéré et l’élite fortunée qui bénéficie le plus de leurs efforts.

  1. Investir dans les services publics en charge pour rééquilibrer la responsabilité du travail de soin qui incombe de façon disproportionnée aux filles et aux femmes.

  2. Mettre un terme à l’extrême richesse pour éradiquer l’extrême pauvreté.

  3. Légiférer pour protéger les droits de l’ensemble des aidant-e-s et garantir des salaires décents pour les travailleuses et les travailleurs rémunérés pour leurs activités de soin.

  4. S’assurer que les aidant-e-s influent sur les processus décisionnels.

  5. Remettre en question les normes nuisibles et les croyances sexistes.

  6. Valoriser le travail de soin dans les pratiques et les politiques commerciales.

Des préconisations à débattre, mais qui permettent de réfléchir à la construction d’une société moins inégalitaire pour l’avenir.

Le rapport d’Oxfam est à retrouver ici : https://www.oxfamfrance.org/wp-content/uploads/2020/01/Rapport-Oxfam-Inegalites-2020-COMPLET.pdf

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

De la conscription au SNU : toute une histoire

« Le SNU, en tant que dispositif « hybride » encadré par des professionnels d’horizons différents (armée, éducation nationale et éducation populaire), fait donc aujourd’hui figure d’exception dans le paysage européen. »

Ainsi se conclut la Fiches Repères de l’iNJEP consacrée aux « services militaires et civils, panorama français et international » réalisée par Roxane Bricet et Samuel James, chargés d’études et d’évaluation, INJEP, et Hannah Gautrais, étudiante à l’ENS Lyon et publiée en décembre dernier.

Ce document inscrit le SNU dans la longue histoire allant de la conscription militaire au service civique.

Tout d’abord conçu par tirage au sort lors de son instauration en 1798, le service militaire en France remplit progressivement plusieurs fonctions. Il est d’abord créé pour fournir des ressources humaines à l’armée, mais le fait que celle-ci soit composée en partie d’appelés a vocation à rapprocher le peuple de l’armée et à légitimer l’action de cette dernière. Un objectif de cohésion national d’autant plus renforcé qu’il permet la rencontre de citoyens de tous milieux sociaux mais surtout participe à l’assimilation des « générations issues de l’immigration du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne » comme l’écrit Jacques Lanxade (« De la conscription à l’armée professionnelle ». 2005). Rite de passage à la vie adulte pour les jeunes garçons, le service devenu national devient progressivement une « institution républicaine » inculquant mesures d’hygiène, notions de discipline, éléments d’instruction…

Pour autant, en 1969, une enquête montre que 66 % des étudiants pensent que le service militaire est « inutile ». Régulièrement les législateurs le réforment avec « une multiplication des formes civiles du service national » selon Valérie Becquet (dans les Cahiers de l’action, no 34, « De la réforme du service national au service civique », 2011) et l’ouverture aux femmes à partir de 1970.

Comme une majorité de pays européens, la France suspend la conscription obligatoire en 1997 et se développent différents dispositifs de volontariat voient le jour, comme le « volontariat civil » en 2000, puis service civique volontaire en 2010 qui apparaît pour Valérie Becquet « comme “solution” appropriée pour intervenir auprès des jeunes » après les émeutes de 2005 dans les banlieues.

Les nombreuses expériences de services civils volontaires.en Europe s’inscrivent dans des objectifs de « développement personnel et formation de la jeunesse ; promotion du bénévolat et de l’action sociale au sens large ; renforcement de la cohésion nationale ; sécurité et prévention de l’extrémisme. […] Selon le contexte culturel et historique, l’accent est mis tantôt sur une finalité, tantôt sur une autre. », selon l ‘ « étude de législation comparée no 283, Recueil des notes de synthèse d’octobre à décembre 2017 » du Sénat, qui cite un service social volontaire aux Pays-Bas censé lutter« contre l’individualisme pour renouer le lien social, à la prévention de la radicalisation des jeunes et du terrorisme et au rassemblement de la communauté nationale

Reste que pour la plupart de ces initiatives, le volontariat reste la règle et l’encadrement est indépendant de l’institution militaire : deux grandes distinctions avec la grande différence avec le SNU, tout au moins dans son fonctionnement actuel et sa volonté de concerner tous les jeunes.

Retrouvez la fiche-repère de l’INJEP ici : https://injep.fr/publication/services-militaires-et-civils-panorama-francais-et-international/

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

Un [Quoi de 9 ?] pour nous aider à bien commencer 2020

Nouvelle année et donc bonnes résolutions

Voici un [Quoi de 9 ?] pour nous y aider

Tout d’abord des vœux de bonne et belle année d’éclosion éducative et culturelle

Ensuite des pistes pour l’accompagner :

– en accueillant et accompagnement mieux les enfants allophones

– en s’inspirant des 19 préconisations du CESE pour redynamiser l’éducation aux médias et à l’information

– en prenant en compte le développement des pratiques artistiques et culturelles des jeunes

– en reconnaissant que l’interdisciplinarité est un levier pour construire des communautés d’établissements

– en faisant le pari de la pédagogie au quotidien

De nouvelles ressources à lire, écouter et regarder et les premiers rendez-vous seront aussi des aides

Mais en ces tous premiers jours de cette nouvelle année 2020 [Quoi de 9 ?] vous propose aussi de regarder l’année écoulée et de rester mobilisé.e.s dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Un nouveau [Quoi de 9 ?] donc pour bien commencer la nouvelle année en militant.e.s et citoyen.ne.s : quoi-de-neuf janvier 20

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

5 ans après, où est (l’esprit) Charlie ?

C’était le 7 janvier. C’était il y a tout juste 5 ans.

C’était l’horreur d’un massacre.

Et la prise de conscience qu’en ce début de 21è siècle on pouvait encore être tué pour un mot, un dessin, une idée.

Tué pour sa liberté de conscience et d’expression.

5 ans après, 69 États dans le monde continuent à punir par la loi le blasphème alors que seulement huit pays l’ont retiré de leur cadre juridique,

Mais au-delà du seul cadre légal, la censure semble se développer. « Nouveaux censeurs » annonce le numéro de Charlie Hebdo de ce jour. «Rien n’a changé, ça ne peut que mal finir», affirme Richard Malka l’avocat du journal satyrique.

Pour Ahmed Shaheed, rapporteur spécial de l’ONU en charge de la liberté de religion ou de croyance, interrogé par Libération, « la peur l’a emporté», Et il cite des pays comme le Pakistan, l’Inde et le Bangladesh où la religion est instrumentalisée pour supprimer la liberté d’expression.

Une liberté qui semble faire peur.

Il est vrai que certains en ont profité pour tenter de l’instrumentaliser

Si « l’esprit Charlie», qu’il était de bon ton d’invoquer à tout propos il y a cinq ans, recule ainsi insidieusement sous le poids de ces «nouvelles censures» que l’hebdomadaire dénonce à juste titre dans le numéro anniversaire publié ce mardi » déplore l’historien du journalisme Alexis Lévrier, il dénonce également « une autre trahison, plus insidieuse » Celle d’utiliser « la tradition d’irrévérence de ce journal […] comme une caution pour autoriser l’injure, la diffamation ou l’appel à la haine. » Or rappelle-t-il, « il est donc impossible de mettre sur le même plan les dessins de Charlie moquant l’islam et les insultes d’un Eric Zemmour à l’égard des musulmans, lesquelles lui ont valu plusieurs condamnations judiciaires » ou d’un Gabriel Matzneff se présentant « comme un alter ego de Cabu ou Wolinski » car estimant « que les «artistes libertins» sont victimes des mêmes intolérances que les dessinateurs assassinés. »

A l’opposé, les arguments de «respect des sensibilités» ou des «minorités», peuvent apparaître comme les « oripeaux de la censure ou, plutôt, de «l’autocensure» comme s’en inquiète Richard Malka.

En effet renoncer à la caricature, revient non seulement à donner raison aux censeurs, mais à faire le deuil d’une liberté que la presse a su utiliser pour conduire à l’émancipation.

Un subtil équilibre à construire et qui devrait être au cœur de l’enseignement moral et civique comme de toute éducation à la citoyenneté.

à la Une
Publié dans Non classé

Finalement en 2019, [Quoi de 9 ?]

L’année 2019 en France aura d’abord était marquée, de bout en bout, par une importante contestation sociale. Bien que débuté fin 2018, le « mouvement des gilets jaunes » s’est longuement prolongé en 2019 et malgré les nombreux actes de violence qui l’ont entouré, il a longtemps été soutenu par une majorité de la population.

Depuis décembre, c’est à l’appel des organisations syndicales, que la contestation d’un nouveau régime de retraite, universel par points est massive, particulièrement à la SNCF et à la RATP. Si les syndicats mènent l’action cette fois, leur front est divisé entre ceux qui rejettent l’ensemble de la réforme et ceux qui souhaitent améliorer son contenu. Division qui globalement sépare les contestataires des réformistes mais se manifeste également au sein de certaines centrales.

Records de chaleur aussi pour l’été 2019. Les événements météorologiques (canicules, inondations, tempêtes…) auront été autant de manifestations rappelant l’urgence environnementale face au dérèglement climatique. Un contexte de nécessité absolu d’agir, et d’agir vite rappelé par de nombreux mouvements à travers le monde dont celles des jeunes et portée par Greta Thunberg devant l’assemblé générale de l’ONU en septembre 2019.

Un volontarisme du gouvernement français jugé insuffisant par Nicolas Hulot qui l’avait conduit, un an plus tôt, en août 2018 à démissionner de son poste de ministre de l’écologie. C’est une toute autre raison, sans lien avec l’environnement, qui contraint son successeur François de Rugy à démissionner le 16 juillet 2019, prolongeant ainsi l’instabilité de ce ministère qui a connu depuis une douzaine d’année pratiquement autant de ministres (11 en 12 ans).

Du côté politique, l’inquiétude démocratique vient des résultats des élections européennes en France qui place le parti d’extrême droite Rassemblement national (nouveau nom du Front national) en tête du scrutin avec 23,31 % des voix. Si faute d’accord entre eux l’influence des partis d’extrême droite au parlement européen reste faible, au niveau national, cette progression régulière est dangereuse.

Le gouvernement sous l’impulsion du président Macron cherche à instaurer des formes de démocratie participative. Ainsi de janvier à mars 2019 aura été initié un grand débat national sur quatre grands thèmes (transition écologique, fiscalité, services publics et débat démocratique), Depuis octobre 2019, une convention citoyenne, constituée de 150 citoyen.ne.s tiré.e.s au sort, travaille avec le CESE sur des réponses à la transition écologique.

De très nombreux événements géopolitiques dans le monde auront aussi été marqué du sceau de l’inquiétude, témoignage d’une époque instable et de transformations. C’est le cas avec l’élection de Jair Bolsonaro, investi président du Brésil le 1er janvier 2019. Des troubles en Algérie ont conduit à la démission du président Abdelaziz Bouteflika et se continuent suite au simulacre de scrutin présidentiel qui vient d’être organisé en ce mois de décembre. Depuis juin 2019 de très importantes manifestations ont lieu à Hong-Kong contre une loi donnant plus d’emprise à la Chine continentale et pour réclamer davantage de démocratie. On peut également citer la crise au Venezuela. Ainsi que les fluctuants et difficiles accords commerciaux entre en les États-Unis de Donald Trump et la Chine. Sans oublier toutes les tensions au Moyen Orient : en Syrie, Iran, Irak, Israël, Palestine. Et la guerre menée par l’armée turque contre les Kurdes avec le soutien de Moscou.

Du coté européen la nouvelle commission s’installe avec le Brexit comme premier dossier d’importance, puisque la victoire électorale du premier ministre britannique Boris Johnson confirme une sortie possible du Royaume Uni de l’Europe dès le 31 janvier 2020.

Dans ce contexte d’une année 2019 agitée, en France, le ministre de l’Éducation nationale Blanquer, qui ne devait pas faire de nouvelle loi scolaire, a fait voté sa « loi pour une École de la confiance » (promulguée au Journal Officiel le 28 juillet 2019). Elle prévoit l’abaissement de l’instruction obligatoire à l’âge de 3 ans, l’obligation de formation jusqu’à l’âge de 18 ans, le pré-recrutement des enseignants, la création d’un service public de l’École inclusive, etc. Elle instaure dès son article 1 « l’engagement et l’exemplarité des personnels de l’éducation nationale » ce qui, inscrit ainsi, questionne sur le sens du mot confiance.

Une confiance en forte baisse d’ailleurs selon les résultats du baromètre UNSA des métiers de l’Éducation 2019 avec une chute de 10,2 points d’adhésion à la politique ministérielle chez les enseignants située à 6,5% d’opinion favorable, seulement 5,2%, chez les professeurs des écoles,

Une confiance qui serait pourtant bien utile à réellement reconstruire à tous les niveaux, afin d’éviter que les inquiétudes et les instabilités de 2019 ne se transforment en crises plus profondes voire en catastrophes dans les années futures.

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

Pour Stanislas Dehaene, il faut davantage réfléchir à l’action pédagogique au quotidien

Cadeau de Noël ? Le point a mis en ligne le 25 décembre un interview du neuroscientifique Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’Éducation nationale (CSEN) afin qu’il « détaille les travaux en cours » de « cette instance, créée par Jean-Michel Blanquer début 2018, est composée de scientifiques », chargée d’émettre des avis, de prodiguer des conseils dans le domaine de l’éducation et également « de promouvoir la recherche scientifique dans les pratiques éducatives. »

Évidemment parmi les huit groupes de travail du CSEN aujourd’hui à l’œuvre, Stanislas Dehaene insiste particulièrement sur les travaux qui, pour la deuxième année consécutive, concerne les évaluations nationales en classes de CP et CE1. Il précise que « leur objectif n’est pas d’établir des statistiques nationales, mais bien d’aider les enseignants à repérer qu’un enfant en particulier rencontre des difficultés dans un domaine précis, et rattraper les choses tant qu’il est encore temps. »

De manière plus surprenante, le terme de « pédagogie » revient régulièrement dans les propos du président du CSEN. Ainsi affirme-t-il que « La France réfléchit beaucoup aux programmes, mais pas suffisamment à l’action pédagogique au quotidien, alors qu’elle est cruciale. » Qu’entend-il par action pédagogique ? Il le précise en ajoutant « Dans quel ordre enseigne-t-on les choses ? Avec quels outils ? Quelles métaphores ? Quelle systématicité ? Combien de fois par jour ? Les e nseignants pourraient bénéficier d’instructions pédagogiques plus claires. La direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) commence depuis deux ans à transmettre des recommandations de cet ordre-là, mais ce n’est qu’un début. » Dans ce même esprit il justifie la publication de «recommandations précises sur les pédagogies et les manuels scolaires de lecture, appuyées sur les recherches en sciences cognitives », ainsi que de tous les travaux du conseil sous forme de livre (La Science au service de l’école, Ed. Odile Jacob, 2019), parce « qu’ils constituent, progressivement, un programme minimal de sciences de l’apprentissage à destination des enseignants. Il est crucial de les aider, en formation initiale comme en formation continue, et tous les jours dans la classe. »

Les prochains travaux du CSEN porteront de la même manière sur l’éveil aux mathématiques, en lien avec la mission Villani-Torossian, ainsi que sur la métacognition, c’est-à-dire sur l’image que l’enfant a de lui-même.

Pour Stanislas Dehaene, il faut « mieux diffuser les résultats des recherches qui montrent quels gestes pédagogiques favorisent les attitudes positives de l’enfant. » car « notre école est l’une des moins positives du monde ; elle ne libère pas la créativité des enfants et les conduit à un pessimisme qui peut ensuite durer toute la vie. C’est une chose importante à changer : les enfants doivent retrouver à la fois confiance et sens de l’effort, savoir que tous peuvent apprendre. »

L’autre priorité du CSEN, porte sur « la lutte contre les inégalités, parce que les comparaisons internationales révèlent qu’elles affectent particulièrement notre pays. » En particulier, des recommandations sont en cours afin de « mieux aider les élèves en situation de handicap, qu’il soit sensoriel ou neurologique (dyslexie, dyscalculie, troubles du langage…). » Le neuroscientifique revendique l’idée simple de « mettre en valeur les talents de l’enfant, privilégier l’épanouissement plutôt que de prôner une rigide « égalité » de tous les élèves. » Il invite à « s’adapter aux profils individuels, pour que les enfants donnent leur plein potentiel. »

Des objectifs louables portés par une conception assez personnelle de la pédagogie, nourrie des apports des neurosciences et peu appuyée sur le quotidien de l’enseignement même si celui-ci est abondamment cité en référence.

Interview complet à retrouver sur le point.fr : https://www.lepoint.fr/education/il-faut-mettre-en-valeur-les-talents-de-l-enfant-25-12-2019-2354755_3584.php

à la Une
Publié dans Recherches

Mieux accueillir et accompagner les enfants allophones

« Décloisonner les actions éducatives à l’endroit des élèves dits allophones, faire de l’élève qui vient d’ailleurs un vivier de connaissances, répartir la charge de la responsabilité de l’inclusion entre deux enseignants et non un seul par la création d’un binôme de coordination entre l’enseignant de français et un enseignant d’une discipline scientifique, mettre les sciences au cœur des dispositifs de soutien, positionner le formateur CASNAV au centre de l’animation de la politique publique, prévoir une médiation psycho-sociale sous l’égide des assistantes sociales scolaires » telles sont avec la formation l’adaptation aux territoires et l’augmentation des moyens, les principales préconisations de la recherche « EDUCINCLU Éducation inclusive des enfants et jeunes primo-migrants : Élèves et professionnels du champ éducatif face aux enjeux de l’inclusion » consacrée à l’accueil et l’accompagnement des enfants allophones.

Dans un contexte marqué par l’augmentation des flux migratoire, cette étude, commanditée par le Centre Henri Aigueperse – UNSA Éducation dans le cadre des agences d’objectifs de l’IRES et coordonnée par Maïtena Armagnague et Isabelle Rigoni, maîtresses de conférences à l’INSHEA/Grhapes, porte sur la scolarisation des élèves désignés comme allophones et nouvellement arrivés (EANA) dans trois académies françaises très contrastées : une en Île-de-France, Bordeaux et la Guyane.

Comment plus de 60 000 EANA aux profils très hétérogènes (niveau de scolarisation antérieure, niveau de langue…) sont-ils accueillis dans les établissements scolaires, et dans des territoires eux mêmes très hétérogènes (métropole/Guyane ; territoires paupérisés/favorisés ; milieu urbain/rural) ? Pour les équipes éducatives, comment se centrer sur les apprentissages en isolant les facteurs perturbateurs (précarité économique, administrative) ; n’est-ce pas illusoire et comment y faire face ? Comment accompagner, soutenir et former les professionnels à ces fonctions ?

Pour donner des réponses à ces principales questions, une équipe de 12 chercheurs, principalement en sociologie et en sciences de l’éducation a mené l’étude et a donné lieu à un rapport de recherche de 230 pages contenant 17 préconisations concrètes.

Dans sa première partie, le document restitue les grandes lignes des expériences enfantines et juvéniles ainsi que celles des acteurs éducatifs les prenant en charge dans le cadre scolaire. Elle est organisée en fonction d’une entrée par territoires, apparue fondamentale de par l’ancrage profondément situé des dynamiques scolaires et migratoires.

La seconde partie du rapport met en lumière le rôle des acteurs socio-éducatifs, professionnels ou bénévoles intervenant auprès des enfants et jeunes migrants en dehors du champ scolaire. Un portrait des interventions différenciées est dressé selon les territoires, notamment en fonction des ressources disponibles, afin de saisir les dimensions plurisectorielles et interprofessionnelles de l’accompagnement éducatif, tout en travaillant sur la façon dont s’opère l’articulation et la coopération entre les acteurs éducatifs scolaires et non scolaires. Dans ce cadre est particulièrement analysée l’étude des collaborations entre différents acteurs et institutions éducatives, à savoir les possibilités de construction d’une coopération entre l’École et le secteur socio-éducatif autour de la question de la scolarisation des EANA. Les rôles et les fonctions de chacun de ces protagonistes éducatifs, les différents acteurs scolaires, socio-éducatifs et les familles, sont également étudiés.

Enfin, le rapport conclut sur une série de préconisations liées aux moyens et aux modalités relatifs à la fois à l’accompagnement professionnel et à la formation des équipes éducatives dans le contexte d’une École inclusive ; à l’enseignement des langues et des sciences, en tenant compte des connaissances déjà acquises par les élèves ; à l’organisation des plannings et des examens.

Une synthèse du rapport est disponible ici : Synthese_EDUCINCLU_Final-1

Pour lire le rapport de recherche : Rapport_Educinclu

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Des jeunes plus impliqué.e.s dans des pratiques artistiques et culturelles multiples

Plus de huit jeunes sur dix ont cumulé au cours de l’année à la fois une activité culturelle numérique, une activité artistique créative amateur et une activité ou sortie culturelle plus traditionnelle, en 2019. Le Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2019 met ainsi en évidence le dynamisme et la diversité des activités culturelles chez les jeunes.

tableau 1

Certes, les activités cultuelles numériques (86 % des jeunes), dont la pratique du streaming (qu’il s’agisse d’offres légales ou illégales) s’impose comme la pratique dominante, ainsi 81 % déclarent regarder des films ou des séries en streaming et 76 % écouter de la musique en streaming. Mais le temps consacré au numérique n’empêche pas nécessairement d’autres activités culturelles ou artistiques. Au contraire, comme de précédentes études l’ont déjà montré, l’usage des écrans (ordinateurs, tablettes et smartphones…) permet le passage entre différentes activités (photographie, films, sociabilité, lecture, écriture, écoute de musique, visionnage de films, séries ou vidéos…) et pour peut conduire à la multi-activité. Le numérique devient ainsi « un mode de découvertes des nouveaux biens culturels » davantage qu’un concurrent des pratiques traditionnelles. La réalisation de travaux manuels ou de décoration sont ainsi pratiqués par 65 % des jeunes, la réalisation de photo et de vidéo par 60 %. La danse (48 %) et le chant (48 %) concernent un jeune sur deux.

L’étude relève ainsi que 18 % des jeunes cumulent même au moins sept pratiques amateurs artistiques différentes et qu’inversement la part de ceux qui se consacrent exclusivement à un ou deux types d’activités est très faible.

Pour autant, si les 18-30 ans ont des pratiques artistiques créatives, en dehors des temps d’étude, plus importante que l’ensemble de la population (plus 22 points pour le chant, 20 pour la danse, la peinture, le dessin, la sculpture, 17 pour la création numérique…), cette génération n’échappe pas aux disparités socio-économiques et territoriales. Le Baromètre DJEPVA 2019 sur la jeunesse confirme que « la diversité des sorties culturelles est plus forte auprès des jeunes les mieux installés socio-économiquement. » Ainsi ce sont les jeunes les plus diplômés qui réalisent le plus grand nombre de sorties différentes : 31 % ont effectué quatre à cinq types de sorties culturelles contre 21 % des moins diplômes. A l’inverse, alors que 15 % des peu diplômé.e.s n’ont investi aucun type de sortie culturelle, ce n’est le cas que de 4 % des diplômé.e.s du bac ou plus. Un écart qui s’observe aussi suivant le lieu de résidence. Ainsi « la vie dans une grande ville encourage à profiter de sorties plus diversifiées en raison du plus grand nombre d’équipements disponibles. » SI 15 % des jeunes habitants en zone urbaine d’au moins 200 000 habitants ont réalisé entre six et sept types de sorties culturelles différentes au cours des douze derniers, ce n’est la cas que pour 9 % des jeunes vivant dans une commune rurale ou dans une ville moyenne (entre 2 000 à 200 000 habitants.)

graphique 2

Enfin, la recherche confirme que « le coût est la première barrière à l’accès des jeunes à la culture , cité par un jeune sur deux (50 %). » Un frein financier encore prégnant pour les jeunes ayant une situation d’activité ou familiale précaire : 59 % des jeunes au chômage (+9 points), 57 % de jeunes « autres inactifs » (+7 points) et 58 % des jeunes célibataires avec des enfants (+8 points). Le manque de temps est pour 43 %, le second empêchement « particulièrement mise en avant par des jeunes avec des situations sociales confortables : 48 % des jeunes ayant un niveau de diplôme équivalent ou supérieur au baccalauréat (+5 points) la mettent en avant, tout comme 47 % des jeunes en emploi (+4 points) et surtout 50 % des jeunes étudiants sans activité professionnelle en parallèle (+7 points). » Pour un quart des jeunes les contraintes de déplacement constituent un troisième frein, prioritairement chez celles et ceux les plus en difficulté (+6 points chez les jeunes s’identifiant à la catégorie des « défavorisés »), et/ou vivant dans certains territoires (+5 points chez les jeunes des communes rurales).

Demeurent également « des comportements d’auto-censure face à certaines pratiques culturelles » souvent liés aux « modes de transmission de la cellule familiale » dans l’accès à la culture. Ce qui donne une justification supplémentaire au développement de l’éducation et de l’accompagnement éducatifs et culturels pour toutes et tous, tout au long de la vie.

Pour lire l’ensemble des résultats de ces données sur la culture dans l’enquête jeunesse, vous pouvez consulter le document de l’INJEP « De spectateurs à créateurs : multiplicité des pratiques culturelles et artistiques des jeunes » : IAS30_spectateur-acreateur_BD

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

L’éducation aux médias et à l’information : une démarche d’émancipation et de citoyenneté

« La diffusion et la circulation de l’information ne constituent pas des questions nouvelles. Mais elles trouvent une résonance particulière du fait de l’évolution des technologies, de la multiplication des supports d’information, de l’accélération du temps, réinterrogeant les notions de liberté d’opinion et d’expression, de responsabilité, de développement de la démocratie et de dialogue entre les citoyens. »

Ces mots introduisent l’avis du CESE « LES DÉFIS DE L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS ET À L’INFORMATION », présenté au nom de la Section de l’éducation, de la culture et de la communication par Marie-Pierre Gariel et adopté au scrutin public à l’unanimité le 11 décembre.

S’appuyant sur le constat d’une transformation profonde du monde des médias et des pratiques médiatiques, avec l’apparition continue de nouveaux vecteurs d’information (Internet, réseaux sociaux numériques, etc.), la possibilité offerte à chacun d’être émetteur et récepteur de l’information, la crise du modèle économique et concentration des médias, la dégradation des conditions de travail et précarisation des professionnels de l’information, le climat de méfiance vis-à-vis des médias mais aussi de façon plus générale envers la parole politique, certaines institutions ou expertises scientifiques, la rapport met en évidence à la fois l’existence de nouveaux espaces de discussion et de connaissance qui enrichissent le débat démocratique, mais aussi la fragilisation de certains médias et la production de dérives.

Le CESE considère donc l’éducation aux médias et à l’information (EMI) « comme un défi majeur pour préserver et vivifier la démocratie mais aussi comme une opportunité de rendre concrète l’éducation à la citoyenneté. » Selon l’avis, elle « doit permettre aux enfants, aux jeunes, aux adultes et aux personnes âgées d’acquérir, sans pour autant devenir des professionnels, des connaissances et des compétences leur permettant de s’informer, d’émettre, de diffuser, d’analyser et de partager des informations de façon responsable. » S’inscrivant dans une vision globale d’éducation populaire et d’exercice de la citoyenneté, elle concourt en effet « à développer le discernement et l’esprit critique nécessaires pour décrypter les médias et l’information et pour exercer sa liberté d’opinion et d’expression. »

Les 13 préconisations de l’avis « plaident pour le développement d’une éducation aux médias et à l’information qui accompagne les citoyens et les citoyennes tout au long de leur vie, participant de leur émancipation individuelle et collective, leur permettant d’être libres et responsables face à l’information et contribuant à un débat démocratique éclairé. »

Préconisation n° 1 :le CESE préconise que l’État crée des instances nationale et régionales, pilotées par le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI), réunissant les principaux acteurs de l’éducation aux médias et à l’information (les différents ministères concernés, les collectivités territoriales, le CLEMI, les associations, les instances représentatives du secteur presse et médias…) afin de coordonner leurs actions, d’élargir leur cible à tous les publics (enfants, jeunes, adultes et personnes âgées) et sur tous les territoires y compris les Outre-mer et d’en développer de nouvelles en favorisant les synergies.

Préconisation n° 2 : le CESE préconise de renforcer les moyens financiers et humains du Centre pour l’éducation aux médias et à l’information et de systématiser dans chaque académie la désignation d’au moins un coordonnateur à temps plein ayant le statut de délégué académique. Ceux-ci doivent disposer des ressources nécessaires pour mener leurs missions de formation et d’accompagnement auprès des personnels (enseignants et enseignantes, documentalistes, cheffes et chefs d’établissement, corps d’inspection…), mais aussi des acteurs locaux, au plus près du terrain.

Préconisation n°3 : le CESE préconise que les ministères concernés tirent un premier bilan de l’enseignement de l’éducation aux médias et à l’information au collège et au lycée. Sur la base de ce bilan et pour mieux identifier cet enseignement, il pourra être envisagé de renforcer les dispositifs existants ou d’en créer de nouveaux: référentiel dédié, parcours spécifique, etc.

Préconisation n°4 : le CESE préconise que les ministères en charge des questions d’éducation et de culture co-construisent avec les acteurs concernés et mettent en place, en le dotant de moyens adaptés, un plan systématisant la création de médias (journal, web-radio, télévision, etc.) par et pour les jeunes ou la mise en place d’un événement lié à l’éducation aux médias et à l’information, organisé avec les élèves, dans chaque établissement scolaire et universitaire. La mise en œuvre de ce plan s’appuiera sur les équipes éducatives, les radios et télévisions associatives à but non lucratif et les autres acteurs de l’éducation aux médias et à l’information (associations, journalistes, médias, parents, etc.) et favorisera les jumelages entre établissements.

Préconisation n°5 : afin d’accompagner les parents dans leurs responsabilités éducatives, le CESE préconise de mieux faire connaître les dispositifs d’éducation aux médias et à l’information existants en direction des familles et de les doter de moyens pour qu’ils se développent, au travers de partenariats mis en œuvre sur les lieux de présence des parents (accueil des enfants, espaces parents, travail, maisons de quartiers, tiers lieux, etc.).

Préconisation n° 6 : le CESE préconise que la Semaine de la presse et des médias dans l’École devienne la Semaine des médias et de l’information pour toutes et tous avec un volet scolaire et un volet grand public.

Préconisation n°7 : le CESE préconise que les ministères en charge des questions d’éducation et de culture et les collectivités territoriales consacrent davantage de moyens aux associations accueillant les volontaires du Service Civique pour mener des missions dans le domaine de l’éducation aux médias et à l’information.

Préconisation n°8 : considérant le sous-dimensionnement des projets en matière d’éducation aux médias et à l’information en direction des étudiants, des adultes et des personnes âgées, le CESE préconise que les ministères concernés lancent un appel à projets sur ce thème à destination de ces publics qui pourront s’appuyer sur des pratiques inter-générationnelles et les savoirs de chacun.

Préconisation n° 9 : le CESE préconise que le cahier des charges des chaînes du service public intègre la diffusion d’une émission télévisée, à une heure de grande écoute, dédiée au décryptage de l’information et à la fabrication des contenus médiatiques. Elle devra être accessible en replay sur Internet et conçue de façon à être visionnable sur tous les supports.

Préconisation n°10 : le CESE préconise que les Espaces Publics Numériques mettent en place régulièrement des activités d’éducation aux médias et à l’information. Celles-ci, menées au sein de leurs locaux mais aussi en dehors, doivent reposer sur la pratique, en partenariat avec les acteurs de leurs territoires agissant dans ce domaine.

Préconisation n°11 : le CESE préconise que l’État et les collectivités territoriales, dans le cadre du deuxième acte du Plan bibliothèques, dédié à la transformation des bibliothèques/médiathèques et à l’extension de leurs missions dans les champs éducatif, social et numérique, développent dans ces structures davantage d’activités d’éducation aux médias et à l’information reposant sur la pratique et en partenariat avec les acteurs locaux agissant dans ce domaine.

Préconisation n°12 : le CESE préconise que le ministère de la Culture amplifie le déploiement des résidences de journalistes à l’attention de tous les publics sur tous les territoires y compris dans les Outre-mer.

Préconisation n° 13 : le CESE préconise que le ministère de la Culture soutienne et développe les médias associatifs en garantissant leurs canaux de diffusion notamment au moment du renouvellement de l’attribution des fréquences.

Des préconisations qui rejoignent des travaux commencés durant la mandature précédentes et qui peinent depuis à se prolonger et à se concrétiser.

Retrouvez ici l’ensemble de l’avis du CESE : https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2019/2019_30_defi_education_medias_information.pdf

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Quand l’interdisciplinarité construit des collectifs d’établissements

Maladroite, trop descendante, ne laissant pas suffisamment de marge d’interprétation et de mise en œuvre localement, la réforme des collèges de 2016, abandonnée dès l’année suivante par le nouveau ministre de l’Éducation nationale posait la question, au travers de l’interdisciplinarité, de la fabrication de collectifs d’établissements.

Dans une note de recherche issue du projet CROSSCUT, Catherine Reverdy de l’Ifé revient sur les principaux enseignements de l’analyse des démarches de cinq collèges français.

Le premier constat est que « certain.e.s enseignant.e.s qui ne pratiquaient pas ou peu l’enseignement transversal ont été en quelque sorte « obligé.e.s de s’y mettre », avec la réforme. Et que si elle n’est pas devenue un mode de réflexion et de projet généralisé, l’interdisciplinarité semble maintenant au cœur des préoccupations des établissements avec la mise en place des projets interdisciplinaires, reposant sur l’évaluation des compétences et l’organisation de l’enseignement par cycle. Deux aspects qui « semblent avoir permis de mettre en évidence pour tou.te.s les enseignant.e.s la nécessité de croiser les matières, même si tous les collèges étudiés n’en sont pas au même point. »

Très centré sur une approche disciplinaire, l’enseignement secondaire français perçoit davantage l’interdisciplinarité comme une démarche globale, au-dessus des discipline, permettant de les mettre en lien, de les faire se rencontrer. Aussi, pour les enseignants cela implique co-intervention des professeurs des différentes disciplines concernées. Pour de nombreux personnels de direction, l’interdisciplinarité peut « permettre aux enseignant.e.s de croiser ou faire converger les regards disciplinaires (façons de faire différentes) sur un objet commun. » Elle rend possible « le décloisonnement, de sortir de son champ disciplinaire et de voir que ce sont les mêmes compétences qui sont travaillées différemment selon les disciplines. »  C’est un « levier pour travailler autrement » selon une principale. L’interdisciplinarité, conçu comme un enseignement transversal, vise surtout « à produire du sens pour les élèves, à rendre les apprentissages cohérents, à les motiver ou à préserver leur estime de soi dans cette période difficile de l’adolescence. »

Dépasser le cadre de sa seule discipline implique des qualités ou des compétences de la part des enseignant.e.s, qui les listent :

solides compétences pédagogiques, grande expérience professionnelle ;

bonne connaissance disciplinaire ;

volonté de collaboration, connaissance minimale des autres matières, curiosité et intérêt pour de nombreux domaines, bonnes relations avec ses collègues ;

ouverture d’esprit par rapport au changement de pratiques.

Et dans de nombreux cas, cela passe aussi par des « critères d’affinité professionnelle, et non seulement personnelle : si les deux enseignant.e.s partagent les mêmes idées pédagogiques, alors la collaboration professionnelle est possible, voire facilitée. »

Si les organisations matérielles et pédagogiques peuvent être des aides ou des freins à la mise en œuvre de projets et de démarches interdisciplinaires, une dimension collective est une nécessité pour la conduite d’enseignements transversaux. Et ceux dans une double dimension. Il s’agit d’une part de permettre le développement et le bon fonctionnement de communautés d’apprentissage professionnel entre enseignant.e.s. Approche qui montrent « un impact positif sur leur développement professionnel. ». Il s’agit également de tendre vers un collectif d’établissement plus large, impliquant entre autres les personnels de direction : essai de structuration fragile comme le rappelle l’auteure qui rappelle qu’il « doit être soutenu par un accompagnement. »

Lire ici l’ensemble du rapport :Reverdy_2019_Note-de-recherche_Projet-Crosscut

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9?] : encore trop d’inégalités dans les 9 infos de ce mois de décembre

L’actualité de ce mois de décembre est largement marquée par la publication des nouveaux résultats de l’évaluation PISA. [Quoi de 9 ?] s’en fait l’écho en focalisant son approche sur la question des inégalités.

  • Il faut dire qu’à nouveau les résultats des tests internationaux mettent en évidence que l’École en France ne compense pas assez les inégalités et qu’elle tend à exacerber les déterminismes en particulier sociaux et culturels.

  • Inégalités territoriales aussi en banlieues comme le montre le film « Les Misérables » mais aussi dans le monde rural et dans les petites villes.

  • Incertitudes et inquiétudes des jeunes, là encore pas de toutes et tous, mais des plus fragiles, qui s’interrogent sur leur avenir et doutent.

  • Inégalités encore des établissements scolaires face aux actes de violence, concentrés dans une minorités qui cumulent les difficultés et apparaissent parfois comme des lieux de souffrance, alors que le climat scolaire joue un rôle important dans les réussites.

  • Inégalités des enfants, qui certes bénéficient depuis trente ans maintenant d’une reconnaissance de leurs droits, mais ceux-là peinent encore à être appliqués de par le monde.

Des infos qui invitent à réagir, des ressources à lire, écouter et regarder et des rendez-vous qui peuvent y aider, voici le menu de [Quoi de 9 ?] de décembre qui espère une fin d’année marquée par des décisions plus justes et plus solidaires : quoi-de-neuf décembre 2019

à la Une
Publié dans Aujourd'hui, Recherches, vu, lu pour vous

L’océan en manque d’oxygène

D’ici vendredi 13 décembre les membres de la COP 25 réunis à Madrid seront-ils capables de prendre les bonnes décisions et de confirmer les ambitions de l’accord de Paris pour lutter contre le dérèglement climatique et endiguer l’actuelle catastrophe environnementale annoncée ?

Rien n’est moins sûr. D’autant que chaque nouveau rapport scientifique révèle ou amplifie de nouveaux points noirs et insiste sur l’urgence à agir efficacement.

Confirmant ce que le GIEC avait déjà mis en évidence, le récent rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), intitulé « Désoxygénation des océans : le problème de chacun », n’est pas en reste en affirmant que « Le réchauffement des océans est l’un des problèmes cachés les plus importants de cette génération – et pour lequel nous sommes totalement mal-préparés » Ce travail de trois années auquel ont collaboré 67 scientifiques de 51 instituts de recherche répartis dans 17 pays, aboutit à un rapport de plusieurs centaines de pages révélant les preuves scientifiques détectables d’impacts négatifs du réchauffement climatique sur la vie marine, des micro-organismes jusqu’aux mammifères. Impacts qui sont susceptibles d’augmenter significativement dans les années à venir.

Ainsi selon le rapport, à l’échelle mondiale, le taux d’oxygène dans les océans a diminué d’environ 2 % entre 1960 et 2010. Une perte qui pourrait atteindre 3 à 4 % de leurs stocks d’oxygène d’ici à 2100 si les émissions continuent à croître au rythme actuel. Or « la majeure partie de cette perte se concentrant dans les premiers 1.000 mètres de la colonne d’eau, où la richesse et l’abondance des espèces sont les plus élevées« , souligne le rapport qui cartographie déjà 700 sites à travers le globe, souvent sur des côtes et dans des mers semi-fermées, qui sont en manque d’oxygène, alors qu’il n’y en avait que 45 dans les années 1960.

Cette diminution de la teneur en oxygène des océans qui « a déjà commencé à modifier l’équilibre de la vie marine« , favorise le développement des espèces tolérantes à l’hypoxie (les microbes, les méduses et certains calmars) au détriment d’espèces sensibles à l’hypoxie, dont la plupart des poissons.

Un risque majeur pour la sauvegarde de la diversité et des écosystèmes marins. Une grave menace aussi pour la pêche et donc pour les humains, en particulier les populations côtières, spécifiquement dans des pays en développement, dont c’est l’essentielle source de nourriture et la base de leurs économies locales.

Une nouvelle urgence environnementale à prendre en compte qui nécessite volontarisme et réglementation. A Madrid, comme partout dans le monde, il est plus que temps d’agir.

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

Banlieues : de « La Haine » aux « Misérables », près de 30 ans de souffrance urbaine

« L’image tremble, noir et blanc un peu sale, comme contaminée par la boue des ruelles en terre battue, entre deux baraques pourrissantes. Des enfants jouent dehors, par grappes, sur un lit déglingué. Des chiffonniers trient des déchets, tirent une charrette à bras. Plus loin, l’ombre monumentale d’une cheminée d’usine écrase le paysage. Bienvenue dans La Zone. En 1928, le cinéaste Georges Lacombe filmait la ceinture de misère qui encerclait Paris, une sorte d’état de siège de la pauvreté et de l’exclusion. » Comme le rappelle Cécile Mury sur télérama.fr,* le cinéma et la banlieue ont une longue histoire en commun. La sortie du film « Les Misérables » de Ladj Ly est l’occasion de la rappeler.

Mais la cité moderne, avec ses immeubles, ses cours en béton, ses trafics, ses « guerres » urbaines, c’est essentiellement « La Haine » le film de Mathieu Kassovitz, inspiré d’une bavure dans un commissariat de banlieue parisienne lors d’une garde à vue, sorti en 1995 en est l les plus révélateur, mettant en scène des alarmantes tensions sociales de la banlieue française. Des lieux dans lesquels règnent violence, exclusion et échec scolaire, comme le montrait déjà Jean-Claude Brisseau en 1988 dans « Du bruit et de fureur ».Et que confirme « Ma 6-t va crack-er » le film de 1997 de Jean-François Richet, qui insiste aussi sur le trafic de drogue, repris dans « Raï » de Thomas Gilou (1995). Un caïd violent est aussi au cœur du film « La Squale » de Fabrice Genestal qui déclarait en 2000 : « il s’agit de la violence des cités. Et je ne l’ai pas cachée, parce qu’il eût été hypocrite et lâche d’édulcorer au nom de je ne sais quelle bienséance pudibonde. »

Il faut ensuite attendre presque 15 ans pour retrouver une longue séries de films qui font d ela banlieues leur sujet. C’est ainsi le cas de « Dheepan » de Jacques Audiard en 2015, de « Chouf » de Karim Dridi en 2016, de « Divines » la même année, de Houda Benyamina et de « Banlieusards » de Kery James et Leïla Sy, en 2019, films que présente Laurent Schenck sur allociné.fr**.

Tous ces films, à leur manière, cherche à montrer et à comprendre. Dire à la fois que la banlieues c’est cela : de la violence, des multi-difficultés à vivre au quotidien, des discriminations, des trafics, les difficiles relations avec la police, les autorités, les voisins, le quartier d’à côté… Mais que ce n’est pas que cela. Que c’est aussi des solidarités, des envies de s’en sortir, un chez soi , des histoires d’amitiés et d’amour…

Des films qui surtout interrogent. De « La Haine » aux « Misérables », de 1995 à 2019, en presque 30 ans, aucun progrès ne semblent avoir été réalisés, les mêmes situations semblent se reproduire, enkystées dans des inégalités sociales, des enfermements communautaires, des ghettos sociaux qu’aucune politique ne prend réellement en compte pour les faire cesser.

* https://www.telerama.fr/cinema/de-la-zone-aux-miserables-une-histoire-de-la-banlieue-parisienne-dans-le-cinema-francais-12,n6552535.php

** http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18685856.html

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Au-delà des résultats disciplinaires, les enseignements de PISA

« Votre intelligence est une de vos caractéristiques que vous ne pouvez pas vraiment changer », seuls 54 % des élèves français.e.s sont en désaccord avec cette affirmation, soit une proportion inférieure à la moyenne de l’OCDE (63%) selon l’enquête PISA, Ce sont les filles et les élèves favorisés qui, par rapport aux élèves défavorisés, affirment davantage que l’intelligence peut se développer.

62 % des élèves français.e.s déclarent dans PISA face à un échec, leur crainte de ne pas avoir suffisamment de talents (moyenne OCDE : 55 %) et cela les fait douter de leurs projets pour l’avenir (moyenne OCDE : 54 %). En prenant en compte le profil socio-économique des élèves et de l’établissement scolaire fréquenté, plus les élèves expriment une plus grande crainte de l’échec moins elles ou ils sont satisfait.e.s de leur vie.

En France, pour seulement 45% des répondant.e.s, les élèves coopèrent entre eux dans leur établissement (moyenne OCDE : 62 %), mais ce ne sont que 41 % des élèves (contre 50 % pour la moyenne de l’OCDE) qui déclarent que leurs camarades de classe sont en compétition les un.e.s avec les autres.

Un.e élève français.e sur cinq, venant d’un milieu défavorisé, ne prévoit pas de faire des études supérieures alors que cette proportion est très faible pour les élèves issu.e.s d’un milieu favorisé.

Parmi les élèves les plus performant.e.s en mathématiques ou en sciences, si un garçon sur trois en France souhaite travailler comme ingénieur ou comme scientifique à l’âge de 30 ans, seule une fille sur six se projette dans ce type de professions.

L’édition 2019 de l’évaluation PISA, relative aux enquêtes menées auprès des élèves en 2018, est donc rendue publique ce mardi 3 décembre. Elle est riche d’enseignements qu’il conviendra d’analyser en détail.

Ce premier article s’attache ainsi à regarder certains éléments de contexte, au-delà des résultats disciplinaires qui ont assez peu évolués.

Or, comme l’ont révélé, les éditions PISA précédentes, la France demeure l’un des pays de l’OCDE où la corrélation entre le niveau socio-économique et la performance éducative est la plus forte. Dans PISA, 107 points séparent les élèves français.e.s issu.e.s d’un milieu favorisé de celles et ceux appartenant à un milieu défavorisé. Une différence nettement supérieure à celle de 89 points observée en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Moins de confiance en soi, plus de crainte face à l’échec, peu de coopération entre les élèves, des orientations genrées et de l’autocensure quant aux études supérieures et au choix d’avenir dans les classes défavorisées, sont autant d’éléments qui continuent à affirmer que l’École en France n’est pas un remède contre les inégalités sociales, économiques, culturelles.

Évidemment, il faut rappeler que les élèves interrogés sont ceux qui avaient 15 ans en 2018, les applications de la Loi de refondation de l’École de la République ne les concernent donc pas puisqu’ils étaient en CM2 en 2013 et que la réforme prévue du collège n’a finalement pas été mise en œuvre. L’OCDE avait tout de même salué le bon sens dans lequel allait les évolutions décidées alors. Quant aux réformes Blanquer, il faudra plusieurs années encore pour en voir les potentiels effets, même si les études montrent déjà l’inutilité des redoublements qui sont en augmentation.

Pour lire l’ensemble des résultats de l’évaluation PISA 2019 :

http://www.oecd.org/pisa/publications/PISA2018_CN_FRA_FRE.pdf

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Insatisfaction et inquiétude en hausse chez les jeunes

Une majorité de jeunes s’avère satisfaite de leur situation et confiante dans leur avenir personnel. Pour autant, l’édition 2019 du baromètre DJEPVA sur la jeunesse révèle, par rapport à 2018, une montée de l’insatisfaction et des inquiétudes, y compris parmi les populations les mieux insérées socio-économiquement.

S’ils sont plus nombreux (+ 6 points par rapport à 2018) à exprimer l’impression que leur niveau de vie personnel s’est amélioré, les jeunes ont davantage l’impression de s’imposer des restrictions budgétaires (+ 5 points, ce qui correspond à un retour au niveau de 2017.) Ils s’attendent également plus (+ 6 points par rapport à 2018) à la dégradation de leurs conditions de vie au cours des cinq prochaines années.

Et, faut-il y voir la fin d’une « lune de miel politique » issue de l’élection d’Emmanuel Macron, si seulement 41 % estimaient en 2018 que le nombre de chômeurs allait « continuer à augmenter pendant plusieurs années », ils sont aujourd’hui plus de la moitié (54 %) qui le pensent.

Cette méfiance de la jeunesse envers l’avenir, ne se limite pas au seul contexte économique, l’étude révèle qu’elle « entre en résonnance avec une montée générale des inquiétudes au sein de la jeunesse depuis une dizaine d’années, sur des thématiques aussi variées que la santé ou les accidents de la route, mais aussi avec l’actualité environnementale et sociale de l’hiver 2018-2019. »

jeune moral

Évidemment, comme le montre le graphique ci-dessus, la jeunesse n’est pas uniforme. L’environnement socio-économique, le niveau d’étude, la situation familiale… sont des critères qui influent fortement sur la satisfaction à l’égard de sa vie. Celle-ci est en recul important auprès des jeunes non étudiants : entre 2018 et 2019, elle a ainsi reculé de 6 points chez les jeunes inactifs, de 3 chez celles et ceux en recherche d’emploi, mais également de 5 points chez les jeunes en emploi et jusqu’à 8 pour celles et ceux qui bénéficient d’un CDI.

Des données qui ne sont pas sans interroger les politiques publiques en faveur des jeunes.

[Le Baromètre DJEPVA pour la jeunesse 2019 est riche de nombreux autres enseignements qui donneront lieux à d’autres articles du Centre. Vous pouvez retrouver l’ensemble de l’étude sur le site de l’INJEP : https://injep.fr/wp-content/uploads/2019/11/rapport-2019-12-barometre-djepva-2019.pdf ]

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Le déterminisme territorial dans l’avenir des jeunes des zones rurales et des petites villes

En France, le poids de l’appartenance sociale est déterminant par rapport au parcours et à la réussite scolaire. Cet élément, mis en évidence par les évaluation internationales, est aujourd’hui, malheureusement, bien connu et analysé.

A ce déterminisme socio-économique s’ajoute une forte disparité territoriale. Elle a été largement mis en évidence et étudiée en ce qui concerne la « banlieue » . La situation est bien moins observée pour les jeunes qui vivent dans le monde rural ou dans les petites villes de région.

Afin de remédier à cette méconnaissance, Chemins d’avenirs, la Fondation Jean-Jaurès et l’Ifop ont interrogé les jeunes Français de 17 à 23 ans sur leurs choix d’orientation et leur rapport à l’avenir.

Les réponse à cette enquête, mettent largement en évidence la manière dont « les origines géographiques et sociales continuent d’influer fortement sur la projection de ces jeunes vers l’avenir, sur leur degré d’ambition et sur l’autocensure qu’ils développent, de manière plus ou moins consciente, en fonction de leur milieu d’origine et de leur lieu de résidence. »

Quelques éléments pour illustrer ce constat

42 % pour les jeunes de zones rurales ont le sentiment de ne pas avoir suffisamment d’informations pour s’orienter, contre 32 % pour les jeunes d’agglomération parisienne (soit une moyenne de 41 % pour l’ensemble des jeunes de 17 à 23 ans intérrogé.e.s).

67 % des jeunes d’agglomération parisienne indiquent qu’ils ont fait ou vont faire des études supérieures « ambitieuses » contre 48 % des jeunes des villes de moins de 20 000 habitants soit un total de 58 % des jeunes de 17 à 23 ans enquêté.e.s).

SI 42 % des jeunes des villes-centres indiquent avoir des modèles qui les inspirent dans leurs choix de formation ou de carrières, il ne sont que 27 % dans les villes isolées et 28 % dans les territoires ruraux.

Cette forte différence, se retrouve également en dehors de l’École, puisque 32 % des jeunes des zones rurales disent n’avoir pratiqué aucune activité extra-scolaire pendant leur scolarité, contre seulement 20 % en agglomération parisienne.

Il en va également de même pour les possibilités d’études ou de travail à l’étranger. Ainsi ce ne sont que 27 % pour les jeunes des territoires ruraux qui déclarent être encouragés à aller étudier à l’étranger par leurs familles, contre 41 % en agglomération parisienne ( sur un total de 33 % des 17-23 ans des répondant.e.s). Et si, près d’un.e jeune Français.e sur deux envisage la possibilité de travailler à l’étranger dans le cadre d’une future activité professionnelle, cette éventualité n’est appréhendée que par 34 % des 17-23 ans issus des zones rurales, alors que 52 % vivant en agglomération parisienne l’envisagent.

Des données qui, certes ont été partiellement prises en compte dans le travail d’Ariane Azéma, inspectrice générale de l’Éducation nationale, du sport et de la recherche missionnée avec Pierre Mathiot par le ministre Jean-Michel Blanquer sur ce que devrait être la politique territoriale de l’Éducation nationale, mais dont l’importance nécessitent aller plus loin.

Un rapport nécessaire, mais au-delà, une (ré)action indispensable.

La totalité de l’étude est à lire sur le site de la Fondation Jean Jaurès : https://jean-jaures.org/nos-productions/jeunes-des-villes-jeunes-des-champs-la-lutte-des-classes-n-est-pas-finie

Voir également l’article de l’UNSA Education sur le rapport AZEMA-MATHIOT : http://www.unsa-education.com/Territoires-et-Reussite-25-propositions-pour-une-politique-educative-adaptee

à la Une
Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale, Recherches, vu, lu pour vous

Convention des droits de l’enfant : un levier pédagogique

Ce 20 novembre est la journée internationale des droits de l’enfant.

Parce que voici exactement 30 ans, le 20 novembre 1989, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies adoptait La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE ou Convention relative aux droits de l’enfant) Un traité international dont le but est de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants et la rédaction est à l’initiative de la Pologne

Parce que 30 ans plus tôt, le 20 novembre 1959, onze ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Assemblée générale des Nations unies avait déjà adopté une première déclaration des droits de l’enfant.

Parce que le fondement de ces idées viennent du Dr Janusz Korczak, pédiatre polonais, dès les années 1920.

L’ensemble cette démarche s’inscrit dans la volonté de consacrer le passage de l’enfant comme sujet de droit et non plus seulement objet de droit.

Une évidence dirait-on ? Pas tant que cela.

Comme le rappelle Philippe Meirieu dans so ouvrage Le pédagogue et les droits de l’enfant : histoire d’un malentendu ? (Paris, Editions du Tri, Paris, 2002) la filiation d’une telle démarche peut « s’inscrire dans la filiation de Rousseau et, peut-être même, voir en Montaigne un de ses précurseurs. » Et pourtant ce texte devenant force de loi et de références communes, a soulevé des objections, de natures différentes, mais relevant du même présupposé « le seul véritable droit de l’enfant est le droit d’être éduqué, à recevoir une éducation que seuls les adultes éduqués eux-mêmes, peuvent lui donner. »

« La mystification des droits de l’enfant », dira même Alain Finkielkraut, (Les droits de l’enfant, Actes du colloque européen d’Amiens, 8, 9 et 10 novembre 1990, Amiens, CRDP, 1991.)

Pourquoi ?

Parce qu’au-delà de la protection, la convention des droits de l’enfant, reconnaît à celui-ci des libertés : d’expression, de choix de ses opinions et de ses appartenances… en un mot, « le traiter comme un être responsable, déjà capable de penser par lui-même »

Si « chacun s’accorde sur le fait que le premier droit de l’enfant est le droit à l’éducation, chacun s’accorde sur la nécessité d’une préparation à l’exercice de la citoyenneté…[…] le désaccord porte sur les conditions de cette préparation et la nature de l’éducation à lui proposer. D’un côté, il y a ceux qui affirment que, parce qu’il est dans la minorité, l’enfant doit recevoir une éducation qui lui impose les principes nécessaires à son développement et les comportements permettant l’émergence de sa liberté. D’un autre côté, il a ceux qui affirment qu’on ne forme à la liberté que par l’exercice de la liberté et que l’éducation doit faire de cette dernière non seulement son objectif mais aussi son moyen.[…]. D’un côté, il y a ceux qui croient que la soumission à une discipline imposée forme la volonté nécessaire à l’exercice de la citoyenneté adulte. D’un autre côté, ceux qui pensent que la libre implication dès l’enfance dans une activité collective permet de découvrir soi-même les règles nécessaires à l’accès de la responsabilité citoyenne. D’un côté ceux qui croient possible de former à la démocratie par rigueur de l’instruction. De l’autre, ceux qui sont convaincus qu’on peut former à la démocratie par la démocratie elle-même », affirme Philippe Meirieu.

La convention fait le choix de la participation des enfants. Un droit ? Peut-être mais surtout « une exigence pédagogique, une manière de concevoir l’éducation à la responsabilité et à la citoyenneté. »

Une manière pour la Convention internationale des droits de l’enfant d’entrer au cœur de la démarche éducative et pose l’incontournable question de « l’articulation difficile entre le nécessaire exercice de l’autorité de l’adulte et la prise en compte indispensable de la liberté de l’enfant. »

En ce sens la Convention est un formidable levier pédagogique pour impliquer l’enfant dans son Éducation et la construction de son avenir.

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

La violence dans les établissements scolaires : une réalité à nuancer

Y a-t-il de plus en plus de violence dans les établissements scolaires ? Quelques événements dramatiques et médiatisés tendent à l’affirmer.

La réalité est plus nuancée. L’enquête annuelle SIVIS permet de mieux l’appréhender en s’appuyant sur les déclarations (par les chefs d’établissements) des accidents graves survenus au cours de l’année scolaire.

Tout d’abord, il faut le dire avec force, en 2018-2019, un établissement sur 3 n’a déclaré aucun incident grave. C’est même le cas pour 39 % des lycées généraux et technologiques. Chiffre qui monte à 52 % si l’on considère les établissements dit « favorisés ».

A l’inverse, la concentration de 10 incidents graves et plus, se fait dans 1 établissement sur 5. C’est le cas pour 33 % des établissements considérés comme « socialement défavorisés ». Et ce sont pour 68,8 % des cas, dans les collèges qu’ont lieux ces incidents graves.

Ainsi donc, comparé à l’année scolaire 2017-2018, le taux d’incident grave est en hausse, passant de 10, 4 pour milles élèves à 12,2, avec une forte augmentation en lycées professionnels ( + 6,1 points) et en collège (+ 2,2 points).

infographie_sivis_2019_1203201

Ces actes graves sont pour l’essentiel des violences verbales pour 42 % (+ 4 points) et des violences physiques pour 30 % (- 2 points). Ces fait sont majoritairement commis par des élèves (91%).

Les auteurs en sont principalement des garçons (81%) et leur victimes également dans 7 cas sur 10. Lorsque les filles sont victimes, dans un cas sur deux le motif de la violence est sexiste.

Comme pour les garçons, les incidents que commettent les filles le sont avant tout envers d’autres filles (70 % des cas environ). Cette violence entre filles se manifeste plus fréquemment à l’extérieur de l’établissement (28 % contre 20 % des incidents des filles envers les garçons). De plus, dans 34 % des cas (contre 16 % en moyenne), elle s’inscrit plus souvent dans le cadre d’un harcèlement.

Les violences commises par les filles envers des garçons sont nettement moins fréquentes (2 % de l’ensemble des incidents), mais 16 % (contre 5 % de la moyenne des incidents graves) le sont pour des motifs homophobes, racistes, xénophobes ou antisémites.

Si la majorité des actes graves se produisent entre élèves du même âge, il est toutefois à noter qu’un incident grave sur quatre est commis à l’encontre d’un élève plus jeune alors que seulement 10 % sont commis contre des élèves plus âgés.

Enfin, nouveauté de l’enquête de cette année, 1 % de ces incidents graves correspondent à des atteintes à la laïcité.

La totalité des résultats de l’étude est à retrouver ici :

https://www.education.gouv.fr/cid96624/resultats-de-l-enquete-sivis-2018-2019.html

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9?] de novembre : encore des murs à faire tomber

Évidemment en ce 9 novembre, l’Histoire nous rappelle « la joie d’événements heureux vraiment inattendus » lors de la chute du mur de Berlin.

Mais l’actualité dont [Quoi de 9 ?] de ce mois de novembre se fait l’écho, nous invite aussi à réfléchir aux murs qu’il faut continuer à faire tomber :

  • ceux des inégalités qui pourraient être dépassés si l’on « viser plus haut » pour l’Enseignement supérieur ou si la pédagogie prenait plus en compte la participation active de tous les élèves comme dans les démarches de projets ;

  • ceux qui s’effritent trop lentement en faisant progresser peu à peu la scolarité dans le monde ;

  • ceux de la confiance qui font encore douter de l’expertise des citoyens

  • ceux de la langue qui peinent à reconnaître la richesse et la diversité des langues et l’importance d’en apprendre et d’en parler « plus d’une »

  • ceux de la haine, qui cherchent à instrumentaliser la laïcité pour en faire un instrument de combat contre un partie de la population

Les infos ainsi que les ressources à lire, écouter et regarder et les rendez-vous que [Quoi de 9 ?] vous propose en ce mois de novembre, montrent qu’il y a des raisons de se réjouir, des murs tombent. Il faut aussi rester attentifs, d’autres pourraient être érigés ou résistants si nous n’y prenions garde. : quoi-de-neuf novembre 2019

à la Une
Publié dans Histoire sociale

Le 9 novembre 1989 et la chute du mur de Berlin : « secoué par la joie d’événements heureux vraiment inattendus »

On célèbre actuellement la chute du Mur de Berlin et la disparition très rapide des démocraties populaires en Europe suivie de l’éclatement de l’URSS. Cet événement marque la fin de l’expérience communiste ouverte en 1917 par la Révolution russe. La rapidité de l’événement, ainsi que les profondes transformations qui en sont issues ont eu des répercussions multiples à la fin du XXème siècle.

illustration1

Quelques jours plus tard après la chute du Mur, le journal de la FEN du 17 novembre 1989 revient sur cet événement et le secrétaire général de l’époque, Yannick Simbron ( voir sa notice biographique dans le Maitron http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article173243 ) écrit un édito intitulé «  C’est aussi une question d’éducation ». Il rappelle en premier lieu que le modèle de l’Allemagne de l’Est fut souvent valorisé dans les milieux de la gauche : « souvent cet effort [de la RDA] a été cité en exemple au sein même de la FEN. L’échec est aujourd’hui patent tant au plan économique qu’au plan éducatif. » Pour lui, il fallait avant tout développer l’esprit critique, la libre expression et la volonté d’entreprendre dans un système réellement démocratique, et non pas vivre dans un régime autoritaire qui muselait la population est-allemande depuis 1949. Il faut ici rappeler que la FEN était traversée par des luttes de courants, dont certains se réclamaient ouvertement du communisme. La tendance majoritaire profite dès lors de la chute du Mur pour affirmer la supériorité de sa conception du monde, davantage marquée par la social-démocratie que par le modèle communiste.

C’est le 1er décembre 1989 que l’on trouve dans FEN Hebdo, une analyse plus poussée écrite par Alain Mouchoux, secrétaire national à l’international ( voir des éléments biographiques ici http://cha.unsa-education.com/spip.php?article117) : «  Le formidable élan populaire qui bouscule les pouvoirs en place est un événement considérable bien sûr pour ces pays eux-mêmes mais pour toute l’Europe. » Il souhaite surtout que les organisations syndicales affichent leur soutien au vaste mouvement de démocratisation qui touche tous les pays de l’Est. Un dessin humoristique qui accompagne l’article est révélateur : il est temps de remiser le communisme au musée !

Il faut dire que cette actualité agite aussi les rangs de la FEN : lors du bureau national du 14 décembre 1989, on débat à propos de la situation nouvelle. Le compte rendu montre les oppositions fortes entre les tendances, majoritaire et minoritaire : «  Alors que lui, Jean -Paul Roux était du côté des opprimés, U.A [ la tendance Unité et Action, minoritaire à la FEN, proche des communistes] et PCF étaient derrière les chars russes à Budapest en 1956, vantaient les bienfaits du socialisme à l’est à Prague en 1968, disaient que c’était la démocratie qui venait à l’aide des Afghans à Kaboul en 1980 et faisaient le panégyrique du Général Jaruzelsky en Pologne. »

Jean Paul Roux est alors secrétaire national au secteur « revendications » (voir sa biographie http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article171185) . Il devient peu après un des principaux acteurs de la scission de la FEN, où la cohabitation entre les différents courants n’est plus possible. L’échec du communisme est une des raisons qui conduit à la création de nouvelles fédérations dans l’éducation, l’UNSA Éducation d’une part (qui rassemble les majoritaires) et la FSU d’autre part (rassemblant des courants toujours marqués par le communisme). C’est jean-Paul Roux qui devient quelques années plus tard le premier secrétaire général de l’UNSA Éducation. Mais pour l’heure, s’inscrivant dans un courant du syndicalisme où les libertés démocratiques sont fondamentales, il affiche son optimisme devant cette liberté nouvelle qui souffle sur les anciennes démocraties populaires, le compte rendu de cette réunion précisant : « C’est vrai que ce qui se passe à l’Est secoue. Jean-Paul Roux est secoué par la joie d’événements heureux vraiment inattendus ».

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

Difficile confiance

Selon un sondage Harris interactive pour le Nouveau magazine littéraire sur « La confiance des Français dans différents acteurs et personnalités » de septembre 2019, 74 % des sondé.e.s affirment faire confiance aux enseignant.e.s, 78 % aux scientifiques, mais seulement 38 % aux syndicalistes représentants les salarié.e.s (23 % pour les syndicalistes patronaux).

Comme dans d’autres sondages précédents, seul.e.s les maires, parmi les élu.e.s, recueillent un pourcentage élevé de confiance (63%) alors qu’il n’est que de 21 % pour les député.e.s et les sénateurs ainsi que pour les ministres.

Il est intéressant de noter que pour les enseignant.e.s et pour les syndicalistes le niveau de confiance est dégressif avec l’âge des sondé.e.s, les 18-24 ans leur accordant bien davantage leur confiance que les plus de 65 ans.

Si ce sont les interrogé.e.s proches d’ Europe Écologie Les Verts qui ont le plus confiance dans les enseignants (89%), se sont ceux proches du Rassemblement national qui leur accordent le moins leur confiance (65%).

Quant aux syndicalistes s’ils sont plébiscité par les proches de La France insoumise (72%), ils inspirent de la méfiance à celles et ceux proches des Républicains (27 % de confiance) et de La République en Marche (28 % de confiance). Les personnalités syndicales proposées par le sondages apparaissent comme suscitant très peu de confiance : 18 % pour Laurent Berger et 15 % pour Philippe Martinez (même si ces chiffres sont à modérer étant donné le grand nombre de celles et ceux qui « ne se prononcent pas » sur leurs noms).

Ce sont les proches de la France Insoumise et du Rassemblement National qui disent avoir le moins de confiance dans les élus à l’inverse des proches de la République en Marche leur faisant le plus confiance.

Trois enseignements à déduire de ce sondage, assez peu différents de ses prédécesseurs :

– près de 3/4 des sondé.e.s font confiance aux enseignants, les jeunes davantage que les séniors, ce qui révèle, en dehors d ‘une approche nostalgique du « c’était mieux avant », des attentes fortes vis à vis de l’École et de l’Éducation ;

– la confiance dans le syndicalisme et ses dirigeants bien que stable, reste faible et augure mal le renforcement du dialogue social ;

– la faiblesse démocratique se confirme avec une méfiance envers les élus qui s’ancre profondément, surtout aux extrêmes du champ politique.

Les résultats du sondage sont consultables ici : https://harris-interactive.fr/opinion_polls/la-confiance-des-francais-dans-differents-acteurs-et-personnalites/

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

Menace pour la laïcité ou développement d’un sentiment anti-islam ?

Parce qu’elle implique la liberté totale de conscience et la séparation de l’action politique de l’influence de tous les courants religieux, la laïcité ne cesse de provoquer des débats en France. Elle se heurte sans cesse depuis des siècles à celles et ceux qui voudraient imposer leurs croyances ou maintenir l’influence de dogmes sur la conduite des affaires publiques.

Si au cours de l’histoire c’est essentiellement avec les clercs et les plus conservateurs des fidèles de l’église catholique qu’ont eu lieu les affrontements -et ils ne sont pas achevés si l’on regarde la sociologie des organisateurs et des participants à la « manif pour tous » – la relation avec l’islam s’est tendue depuis une trentaine d’années. L’affaire de Creil en 1989, avec trois collégiennes refusant de retirer leur voile en classe, est ainsi à l’origine de la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux dans les Écoles publiques.

Trente ans plus tard, la polémique rejaillit avec force. Pour autant, le contexte est fort différent. La menace terroriste se revendiquant d’un islamisme intégriste conduit au risque d’un amalgame avec l’ensemble des musulmans et à des discriminations qui peuvent provoquer des formes de radicalité de parts et d’autres. Un équilibre fragile avec lequel certains partis politiques n’hésitent pas à jouer. Alors que les médias eux-mêmes participent parfois à sa fragilisation.

Ainsi paraissait il y a quelques jours, un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, intitulé « Les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme », titre qui à lui seul révèle déjà d’un rapprochement mal venu, n’orientant la laïcité que dans son rapport aux dérives extrémistes d’une seule religion.

Or les résultats sont plus intéressants en nuancés que la restitution faite par la plupart des médias.

A la question « Pour les mois qui viennent, pour chacun des thèmes suivants, diriez-vous qu’il est tout à fait prioritaire, importante mais pas prioritaire ou secondaire ? », les sondé.e.s répondent d’abord la santé (82%), la lutte contre le chômage (67%) , le relèvement des salaires et du pouvoir d’achat (66%), la lutte contre la délinquance (65%), la protection de l’environnement (62%). La lutte contre l’islamisme (56%) et la défense de la laïcité (39%), objets mêmes du sondage, n’arrivent qu’en fin de tableau.

S’ils sont certes des préoccupations, ils le sont moins que d’autres thèmes. Si l’on additionne les réponses qui placent ses sujets comme prioritaires ou importants on obtient 86 % pour la lutte contre l’islamisme et 83 % pour la défense de la laïcité, là où tous les autres items sont à 95 % et plus.

Autre nuance à apporter, chez les plus jeunes les chiffres des priorités vont d’abord à la santé et à l’environnement et sont bien plus faible pour la lutte contre l’islamisme (42%) et la défense de la laïcité (34%), alors qu’ils explosent chez les plus de 65 ans (67 % et 48%).

Interrogé.e.s sur le sens qu’elles ou ils donnent à la laïcité, la réponse des sondé.e.s qui augmente le plus par rapport aux sondages précédents est « faire reculer l’influence des religions dans notre société » avec 26 % (en hausse de 6 points par rapport au sondage Ifop JDD de mars 2019 et de 9 points par rapport à celui Ifop CNAL de novembre 2015), derrière « séparer les religions et la politique avec 27 % ( en baisse de 3 points par rapport à mars 2019 et de 5 par rapport à novembre 2015) et avant « assurer la liberté de conscience, stable par rapport à mars avec 22 % (baisse de 5 points par rapport à novembre 2015). Intéressant de noter d’ailleurs que ce sont les sympathisant.e.s du RN qui souhaitent le plus (44%) réduire l’influence des religions dans la société… toutes les religions ? La question se pose, mais ne l’ai pas par le sondage Ifop/JDD).

Ce sont également les sympathisant.e.s RN qui disent très majoritairement (91 % contre 78 % pour l’ensemble des sondé.e.s) que la laïcité est en danger. Des chiffres à mettre en regard des résultats de la question suivante : « Diriez-vous que la question de la laïcité se pose aujourd’hui différemment en France s’agissant de la religion musulmane ? », là encore avec 93 % de réponses favorables, les sympathisant.e.s RN dépassent de loin la moyenne des répondant.e.s (80%). Des réponses qui conduisent à l’affirmation que «l’Islam est incompatible avec les valeurs de la société française » pour 61 % des interrogé.e.s mais pour 85 % des sympathisant.e.s du RN et 83 % des sympathisant.e.s LR.

L’orientation des questions du sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, oblige à ne pas se contenter d’effet d’annonce. La lecture en détail des résultats pose certes le ressenti d’un risque pour la laïcité. Mais l’amalgame tend à faire croire qu’il ne serait inhérent à une seule religion, l’islam, désignée comme incompatible avec les valeurs de la République, une contribution aux thèses de l’extrême droite, qui entretient, voire exacerbe, les rejets et parfois les haines. Une attitude bien éloignée de l’esprit de la laïcité qui est effectivement , dans ce sens, en danger.

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Expert, es-tu là ?

Notre monde est complexe. Prendre des décisions dans ce contexte ne va donc pas de soi. Pour y aider, le recours aux » experts » est fréquent.

Ainsi, pas un événement couvert par les médias qui ne fasse appel à des experts du domaine, capables, plus ou moins, d’éclairer la situation, voire d’en prédire les suites.

Qu’en est-il dans le domaine public, dans la décision politique ou du moins administrative, lorsque les cadres de la fonction publique doivent faire des propositions dans des domaines aussi variés que l’emploi, l’environnement, la santé… ?

L’enquête Acteurs publics/EY pour l’Observatoire des politiques publiques réalisée par l’Ifop, met en évidence que sur les grands enjeux d’avenir le recours à l’expertise est jugé indispensable. Et que s’il y a « experts » et « experts », ce sont les chercheurs et universitaires qui sont perçus comme les plus pertinents.

Une expertise utile

A la question

– « Si votre administration, service ou organisation avait recours à des experts publics ou privés en amont des décisions stratégiques, et dans le déploiement de politiques publiques, vous jugeriez cela… ? »

– « utile » répondent 90 % des cadres de la fonction publique interrogés, même « très utile » pour 41 % d’entre eux dont 40 % d’agents de l’État et 45 % de ceux de la fonction publique territoriale

Une expertise jugée autant utile au niveau central que territorial par 69 % des répondants (pourcentage qui atteint 73 % dans la fonction publique territoriales), alors que pour un quart des agents de la fonction publique hospitalière la priorité est au niveau de l’établissement et du territoire.

Transformation numérique (60%), environnement (59%), projets d’infrastructure (53%), transports, mobilités (51%), santé publique (50%) sont les sujets qui requièrent le plus les avis des experts. Et tout particulièrement pour les agents de la fonction publique territoriale pour lesquels ces domaines sont davantage sensibles et nécessitent d’être aidés et conseillé.

L’Éducation, avec 36 % des répondant (42 % dans la FPT) apparaît moins comme un domaine dans lequel l’expertise est essentielle. Pour autant, elle est classée devant la sécurité (32%) et même bien avant la défense (20%), la justice (19%), la diplomatie (13%).

Quel expert ?

Ce sont les chercheurs et universitaires qui arrivent en tête (71%) des experts considérés comme les plus pertinents.

Viennent ensuite les opérateurs publics techniques (52%) et les grands corps de l’État (ingénieurs, inspecteurs) avec 48 %.

Les agents publics placent ainsi les ressources publiques en expertise avant le recours au secteur privé. Les cabinets d’études et de conseils privées ne recueillent que 44 % et les industriels 25 %.

Plus étonnant, à l’heure des consultations et de la participations, seuls 5 % des sondés placent en tête de la pertinence en expertise les citoyens et les usagers, chiffre qui tombe à 2 % pour les associations.

Autant dire que l’expertise d’usage, tout comme l’expertise citoyenne ont encore bien du chemin à parcourir avant d’être reconnues au même niveau que les formes d’expertises savantes.

Résultats complets du sondage à retrouver ici : https://www.acteurspublics.fr/articles/sondage-exclusif-9-agents-publics-sur-10-veulent-sappuyer-sur-des-experts-pour-decider

à la Une
Publié dans Formation, vu, lu pour vous

Enseignement supérieur : « Viser plus haut »

«  […] on ne peut plus aujourd’hui penser que les études s’adressent uniquement à des jeunes entre 17 ans et 23ans, futurs cadres supérieurs, ou universitaires de haut vol, de préférence issus de milieux favorisés, accompagnés par quelques camarades de milieu modeste hyper-brillants. Aujourd’hui fréquentent l’enseignement supérieur des femmes et des hommes d’âges divers, avec des passés scolaires variés, issus de milieux sociaux mélangés et avec des aspirations et des destins variés. Ça ne veut pas dire qu’on renonce aux exigences universitaires mais qu’elles doivent se traduire de manière différente. »

Forts de ce constat Martin Andler, Daniel Bloch, Jules Donzelot, Constance Hammond, Guillaume Miquelard-Garnier, Martin Richer, Arnaud Thauvron, pour Terra Nova proposent « De nouvelles ambitions pour démocratiser l’enseignement supérieur » dans une note intitulée «Viser plus haut», qui s’inspire largement du programme britannique «Aimhigher».

le rapport est construit autour de 5 séries de mesures.

Les premières concernent les jeunes et leurs familles pendant leur scolarité. Il s’agit de « développer un véritable parcours d’orientation, de mettre en place une labellisation et des financements adéquats » afin de combattre « l’autocensure de trop nombreux jeunes, notamment les filles, et à les encourager à élever le niveau de leur ambition scolaire. » Celui-ci impliquera à la fois les jeunes, dès l’école primaire et jusqu’en classe de terminale, ainsi que leur famille.

Les mesures II concernent les évolutions de Parcoursup pour qu’il devienne « un outil au service de l’équité sociale » avec la mise à disposition d’informations fiables et complètes ainsi qu’un accompagnement pour les élèves de milieu modeste.

La troisième série de mesures vise à mieux accueillir et accompagner les nouveaux étudiants, en particulier en licence, « à la fois sur le plan pédagogique, de l’accompagnement et de la vie étudiante » avec « des propositions sur les aides (bourses, allocations logement…). »

Les mesures IV portent sur le deuxième cycle et posent les questions d’équité sociale dans l’accès aux écoles et aux masters. Le rapport milite pour qu’ « à ce niveau-là aussi, le système doit permettre un accès des étudiants issus des filières moins prestigieuses (STS, IUT, licences universitaires des petites universités…) aux meilleurs cursus de niveau master des universités et des écoles. » Sans « nier la notion de mérite académique », il s’agit de remédier au fait que « certaines inégalités de performance ne sont pas intrinsèques et liées aux conditions d’études, et que les écoles ainsi que les masters ont tout à gagner à diversifier leur recrutement. »

Enfin, les dernières mesures invitent l’université de demain à devenir une « université de la formation tout au long de la vie », « une institution où « l’on revient » facilitant l’autonomie et l’initiative au travail en même temps que la promotion et la reconversion, avec des allers et retours entre temps de formation et temps de travail, des contenus, des pédagogies et des rythmes d’études adaptés. »

Si de nombreuses mesures contenues dans ce rapport de Terra Nova ne sont pas nouvelles et si plusieurs sont déjà mise en œuvre dans certains établissements de l’enseignement supérieur, elles ont le mérite d’être ici présentées de manière articulées, structurées et faisant système. Elles posent les axes qui pourraient être ceux d’une véritable modernisation de l’enseignement supérieur afin qu’il prenne davantage en compte les enjeux de la démocratisation des études supérieures ainsi que des besoins en formation tout au long de la vie adaptée aux évolution du XXIe siècle.

Reste que de nombreuses pistes évoquées dans le rapport ont un coût peu chiffré et surtout dont les auteurs ne disent pas comment ils seraient financés, ce qui est pourtant essentiel dans un contexte de pénurie et de difficultés financière et économiques récurrentes dans les universités.

Pour lire l’ensemble du rapport de Terra Nova :

http://tnova.fr/system/contents/files/000/001/846/original/Terra-Nova_Viser-plus-haut-d_mocratiser-enseignement-sup_rieur_021019.pdf?1569946308

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

«Plus d’une langue»

Cette devise empruntée à Jacques Derrida, orne désormais l’épée de cuir et de led de la neuvième de nos académiciennes, la philosophe Barbara Cassin.

Dans son discours de réception à l’Académie française ce 17 octobre, après avoir réaffirmé son opposition ferme « à la hiérarchie des langues et à leur prétention auto-proclamée à un génie supérieur », Barbara Cassin s’est interrogée sur ce choix du pluriel et sa signification. « Que veut dire cette devise appliquée à notre langue, la langue française ? À l’horizon, se profile le château de Villers-Cotterêts, future cité de la langue française, implantée dans l’un des territoires où le taux d’illettrisme est le plus élevé. «Plus d’une langue», c’est faire entendre qu’à l’intérieur de lui-même le français est multiple, divers. Il provient d’autres langues, compose des éléments venus d’ailleurs. Il évolue avec l’histoire, se réinvente avec la géographie. Ce «plus d’une langue» conduit de l’étymologie et de la grammaire aux emprunts et aux assimilations ; il mène aussi des terroirs et des régions à quelque chose comme une langue-monde. On ne dira jamais assez l’importance, pour la France et pour le français, des langues parlées en France, toutes ; ni l’importance de la francophonie […] »

Et elle complète « Mais «plus d’une langue», c’est signifier aussi, depuis le dehors, que le français est une langue «entre autres», parmi d’autres. Pour parler une langue et pour savoir que c’est une langue que l’on parle, il faut en parler, ou en flairer, plus d’une. Plus d’une langue en Europe, et plus d’une langue dans nos classes. C’est là que la traduction, savoir-faire avec les différences, travail entre les cultures, arrêt «entre», est une pratique qui s’impose. Avec hospitalité et patience. »

« La langue française n’est pas hors du temps, comme une essence fixe ou figée, elle a tout le temps » rappelle aussi la philosophe qui profite de son discours pour dénoncer la hausse différentielle des droits d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers, se félicitant qu’ « heureusement, le Conseil constitutionnel vient d’en décider autrement. »

Barbara Cassin se permet une autre incursion dans l’actualité des questions sociétales dans la conclusion de son intervention : « Je ne peux pas m’empêcher de penser, mais c’est sans doute encore un préjugé, qu’il est plus facile d’épouser la diversité, le pluriel et le temps quand on est une femme–je veux dire:avec le côté femme de nous-mêmes. Plus facile, de prendre ses distances avec l’Un, la Vérité, la Raison, la Pensée, l’Universel, plus facile de croire moins quand on est une femme.Nous avons été si longtemps privées de philosophie et de politique, depuis la Grèce jusqu’à la génération de ma mère qui, jeune,ne votait pas et n’avait pas de chéquier. C’est cela qui a changé. » Et moquant cette Académie, « un monde d’hommes, fait par des hommes pour des hommes » qui s’ouvre, elle s’interroge : « Se pourrait-il que l’immortalité soit, de plus en plus, en prise avec cette «chancelante équivocité du monde», qui pour Hannah Arendt caractérise la condition humaine ? »

« Plus qu’une langue » pour dire le monde et la société qui change. Telle est la leçon de Barbara Cassin à son entrée à l’Académie française. Un plaidoyer qui fait écho à notre étude sur « la langue, les langues » dans le numéro 4 de la revue [R]. Une sagesse qui devrait présider à toute politique d’enseignement des langues et du français, de promotion de la francophonie, de valorisation de toutes les cultures et de toutes les langues, de revendication de la traduction dans toutes les instances plurinationales.

On peut lire avec bonheur l’ensemble du discours de Barbara Cassin sur le site de l’Académie française : http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/discours_de_mme_barbara_cassin.pdf

à la Une
Publié dans Formation, Recherches, vu, lu pour vous

Des projets pour mieux apprendre (et mieux enseigner ?)

Venue du monde de l’entreprise et s’étant peu à peu adaptée à celui de l’Éducation, dès le début du XXe siècle dans ses démarches pédagogiques les plus actives puis dans les années 1970 dans l’Éducation nationale, la démarche de projet est à nouveau très présente dans le milieu scolaire depuis les années 2000.

Projets d’école, projets d’établissement, travail par projets… autant d’occasion de mettre en dynamique un ensemble d’élèves autour d’un objet commun.

Le dernier « Edubref » de l’Ifé sous la plume de Catherine Reverdy se penche sur les apports de tels projets dans les apprentissages.

Tout d’abord, il faut acter, avec Dewey et Kilpatrick, deux précurseurs du début du XXe siècle, que « l’élève doit être acteur ou actrice de sa formation, ce qui doit passer par des apprentissages concrets donnant du sens à cette formation. » Il s’agit donc d’un apprentissage actif, dont la plupart des travaux de recherche mettent en évidence trois caractéristiques indispensables à la mise en œuvre d’un projet :

– un engagement du sujet ;

– une réalisation ou une production (page internet, affiche, objet, manifestation…) ;

– une planification de cette réalisation, qui fait partie intégrante du projet.

Les conditions d’un véritable apprentissage par projet, impliquent un «problème défini au début du projet » et devant servir de fil directeur aux activités réalisées dans le projet ainsi qu’ « une production finale doit apporter une solution à ce problème. »

Ainsi, « l’apprentissage lors d’un projet se fait par des étapes nécessaires d’essais et d’erreurs qui sont favorisées par la production à réaliser : il est en effet plus facile de voir sur sa production les limites de son raisonnement ou les solutions inefficaces au problème défini au début du projet. » En leur permettant d’acquérir l’habitude de se projeter, d’imaginer des solutions et de prendre des initiatives, les projet développent, pour les élèves, à la fois « des compétences sociales (souvent les projets se font en coopération) et des compétences disciplinaires des élèves (réinvestissement des connaissances dans un contexte inédit). » Un double processus qui « facilite une certaine structuration des connaissances tout au long du projet, à condition de laisser chaque élève apprendre et avancer dans son projet à son rythme. »

L’apprentissage par projet nécessite que les enseignant.e.s sachent construire un équilibre entre un cadre trop strict et un trop grand laisser-faire. Ce qui implique qu’elles et ils soient formé.e.s à cette approche pédagogique afin de pouvoir assurer leurs différents rôles : motiver les élèves sur la durée pour qu’ils ne se découragent pas, apporter un soutien aux bons moments mais en laissant les élèves apprendre par eux-mêmes ou elles-mêmes, prévoir suffisamment de temps d’apprentissage pour tous les rythmes des élèves, mais pas trop au risque de perdre l’objectif du projet… en un mot conduire « ces projets avec souplesse .»

Le dossier de l’IFé interroge également la difficulté de trouver des modes d’évaluation adaptés à la démarche d’apprentissage par projet. En effet, il est indispensable que les règles du jeu soient fixées dès le départ et qu’enseignant.e.s comme élèves sachent ce qui sera évalué et comment.

Il n’en demeure pas moins que « la nécessité de mettre en cohérence les projets déjà existants, de les formaliser, mais également d’évaluer collectivement leurs effets sur l’apprentissage des élèves (motivation, estime de soi, prise d’initiative, meilleure com-préhension des liens entre les différentes matières) et sur les pratiques enseignantes » est plus qu’importante. Les travaux manque sur ces démarches, en particulier dans la dimension interdisciplinaire. « Mieux comprendre ces effets permettrait d’améliorer ces projets, de les intégrer davantage aux contenus disciplinaires, de faire fructifier les différentes pratiques enseignantes lors d’échanges organisés, dans un climat professionnel qui se construit notamment à l’occasion de ces projets. »

Ou pour le dire autrement, certainement que la démarche de projet gagnerait aussi à être utilisée pour le fonctionnement des équipes enseignantes et éducatives.

Edubref d’octobre 2019 : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/464/files/2019/07/Edubref-octobre-2019.pdf

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

De l’importance de l’Éducation dans le [Quoi de 9 ?] d’octobre

L’avenir se construit par l’Éducation…

tel pourrait être le message essentiel des 9 infos du [Quoi de 9 ?] de ce mois d’octobre.

  • C’est en effet, ce qu’affirme Joseph Stiglitz en valorisant l’économie de la connaissance dans son dernier livre, comme c’est le sens du rapport de l’OCDE sur « les grandes mutations qui transforment l’éducation ».

  • C’est également ce qui est contenu dans un apprentissage du regard qui développe des « émotions démocratiques ».

  • C’est aussi l’objectif d’ « apprendre le temps » afin de mieux savoir l’appréhender, le gérer, vivre avec, sans qu’il ne soit un nouveau facteur d’inégalités, en particulier sociales.

  • C’est encore ce qui est en jeu lorsque l’enseignement quitte la salle de classe pour être au plus près de son environnement et du vécu des élèves, dans une « étude du milieu » qui, selon les époques, a été nommée « classes promenade », « leçons de choses » ou « éveil ».

  • Nul doute que le cri d’alarme de Greta Thunberg interroge aussi une éducation à l’environnement, au développement durable, à l’écocitoyenneté.

  • Quant au travail des chercheurs pour articuler recherches, politiques et pratiques en Éducation, son but est clairement d’ouvrir, par une liaison renforcée entre les pratiques éducatives et les connaissances de la science, de nouvelles pistes pour une meilleure circulation des savoirs.

  • Si la Cour des comptes dépasse ses prérogatives en sortant du cadre stricte de l’analyse financière et budgétaire de l’EPS, le questionnement qu’elle suscite sur le lien entre l’enseignement du sport scolaire et les pratiques sportives en club ne peut qu’appeler une réflexion sur la place du sport dans l’Éducation et dans la société.

Le monde change et l’Éducation est un vecteur essentiel de sa transformation… une réflexion à retrouver aussi dans les ressources à lire, écouter et regarder et les rendez-vous que [Quoi de 9 ?] vous propose en ce mois d’octobre : quoi-de-neuf octobre 2019

à la Une
Publié dans Formation, vu, lu pour vous

Sport scolaire, sport en club : deux mondes, selon la Cour des comptes qui voudrait les rapprocher

La cour des compte s’est penchée en septembre 2019 sur le sport scolaire.

Dans son rôle, la Cour évalue le coût de l’enseignement de l’EPS à un peu plus de 4 Md€. Elle constate qu’il « constitue le premier poste de dépenses de l’État en matière sportive. » Cette somme est essentielle constituée de la masse salariale pour la rémunération des 37 621 enseignants d’EPS du secondaire (ETPT 2016-2017), auxquels s’ajoutent 1 050 conseillers pédagogiques, ainsi que pour la valorisation de trois heures d’EPS dans le primaire, assurées par les professeurs des écoles.

Le sport scolaire facultatif a un coût « essentiellement constitué par la valorisation des trois heures de service des professeurs d’EPS réservées à son animation au sein de l’UNSS, soit environ 325 M€ » concernant environ 29 % des élèves au collège et 16 % au lycée.

A ces dépenses de l’État et bien que « la délivrance de l’enseignement n’entre pas dans les missions des collectivités territoriales », la Cour précise que de nombreuses collaborations « nouées avec les institutions scolaires, conjuguées à des dispositions législatives qui permettent, sous condition, l’intervention de personnels locaux, les ont conduites à recruter des personnels qualifiés et agréés qui sont présents dans les écoles. » Si seul le coût des professeurs de la ville de Paris est disponible : de l’ordre de 20 M€ pour le sport. La Cour estime la contribution des collectivités territoriales en personnel à près de 50 M€ au niveau national. Auquel doivent s’ajouter les dépenses de certaines collectivités engagées dans une « politique d’animation locale qui assure le lien entre l’école et le sport, en privilégiant des disciplines particulières qui correspondent au contexte local, ce qui peut représenter pour ces collectivités un effort budgétaire important. »

Depuis quelques années déjà, la Cour des comptes nous a habitué à dépasser l’analyse du seul cadre financier, pour étudier les liens entre les moyens et les objectifs des politiques publiques, ce qui est l’esprit de la LOLF, mais également pour faire des préconisations d’organisation, de structuration voire de mission.

En étudiant le sport scolaire, la Cour ne fait pas exception à cette démarche, centrant son approche sur les articulations reliant l’enseignement de l’EPS à l’école et la pratique sportive en dehors du système scolaire.

Elle en tire plusieurs conclusions.

Tout d’abord, selon elle, le sport scolaire relève « d’une conception extrêmement complexe, peu pilotée et coordonnée, marquée par des ruptures nombreuses de passage de relais. »

Elle met en évidence l’hétérogénéité des équipements et des interventions de personnels des collectivités territoriales et considère « que l’éducation physique et sportive dans le primaire souffre d’une carence manifeste. »

Elle constate que si les conceptions et attentes sinon antagonistes, du moins parallèles entre les mondes scolaire et sportif » rendent difficile tout rapprochement, elles peuvent « néanmoins receler des complémentarités positives pour les jeunes. »

Enfin, elle affirme qu’ « au regard des moyens publics exposés, il y a lieu de rechercher plus d’efficacité et de continuité dans l’enseignement. »

Ces constats amène la Cour a formuler quatre grandes orientations dont découlent les 11 recommandations suivantes :

Orientation n° 1 : renforcer l’enseignement de l’EPS dans le primaire (ministère chargé de l’Éducation nationale)

  • Contrôler l’effectivité des trois heures d’enseignement obligatoire en primaire et veiller à leur respect .
  • Rendre règlementairement possible l’intervention de professeurs d’EPS au profit du primaire dans le 3ème cycle du socle commun de connaissances et de compétences .
  • Veiller à ce que les activités de l’USEP et celles des intervenants extérieurs (PVP et ETAPS) augmentent effectivement l’offre d’instruction .

Orientation n° 2 : revitaliser l’organisation du sport scolaire (ministères chargés de l’Éducation nationale et des sports, USEP et UNSS)

  • Engager un rapprochement des deux associations du sport scolaire en vue de fluidifier l’organisation territoriale d’ensemble et d’améliorer leur efficacité, sans exclure à terme leur unification .
  • Contrôler les trois heures fléchées au sein des ORS vers le sport scolaire, les mettre à disposition du chef d’établissement en cas de faible participation à l’association sportive, notamment renforcer les moyens du premier degré .

Orientation n° 3 : faciliter les liens entre l’école et le sport(ministères chargés de l’Éducation nationale et des sports)

  • Uniformiser et renforcer dans les rectorats les procédures de rattachement des équipements sportifs aux établissements et leur suivi, collationner l’information au niveau national et la partager avec le ministère chargé des sports .
  • Adopter une stratégie concertée avec le mouvement sportif pour le déploiement des sections sportives spécialisées .
  • Intégrer le ministère de l’Éducation nationale à l’instance exécutive de l’Agence nationale du sport (ANS) pour mettre en place un relai permanent entre l’école et le mouvement sportif et s’assurer de l’harmonisation des conditions d’accès aux équipements sportifs .

Orientation n° 4 : donner au système éducatif des objectifs vérifiables dans le domaine de l’EPS (ministère chargé de l’Éducation nationale)

  • À l’instar du « savoir nager », donner en fin de la scolarité obligatoire des objectifs précis au système éducatif sur la maîtrise de compétences physiques élémentaires .
  • Se donner les moyens de vérifier le niveau général des aptitudes physiques et sportives à la fin du secondaire supérieur .
  • Établir une stratégie nationale du développement de la pratique sportive à l’école, dotée d’indicateurs précis .

Des préconisations qui ne manqueront pas de faire réagir les personnels ( enseignants de l’Éducation nationale et des collectivités) et les syndicats d’EPS (dans l’école) et d’APS (hors l’école), mais aussi les élus… Reste à connaître ce que le gouvernement et particulièrement les ministères de l’Éducation nationale et des Sports souhaiteront donner comme suite à ce rapport de la Cour des comptes.

Rapport pouvant être téléchargé ici : https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-09/20190912-rapport-ecole-et-sport.pdf

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

L’économie de la connaissance pour reconstruire notre société

Au moment où le gouvernement présente son projet de budget pour 2020, sort en librairie Peuple, pouvoir et profits, le dernier livre de Joseph Stiglitz.

Quel rapport ?

Évidemment, c’est à l’analyse de la société américaine que le prix Nobel d’économie se consacre et plus particulièrement à une critique sévère de la politique menée par le président Trump. Mais à bien le lire, dans le texte et pas nécessairement entre les lignes, force est de constater que nombre de ses remarques valent pour tous les pays. Et que s’il existe une « exception américaine, […] l’Amérique devrait cesser une bonne fois pour toute de s’imaginer qu’il n’y a rien à apprendre des autres pays ». Cela est vrai pour les États-Unis, gageons que ce l’est aussi pour les autres pays, dont la France.

Ainsi, on peut se questionner lorsque le ministre français de l’économie et des finances tente de rassurer le patronat en affirmant que le budget 2020 participera à l’économie de l’offre, celle-ci même que George Bush avait qualifié d’ « économie vaudoue » et dont Stiglitz rappelle qu’elle « n’a pas fonctionné pour Reagan et elle ne fonctionnera pas pour Trump. […] la logique de l’économie de l’offre, nous devrions savoir à présent qu’elle ne fonctionne pas. » Et l’on pourrait citer de même son analyse identique sur la théorie de ruissellement chère au Président Macron.

Quel avenir ?

Mais le plus important dans l’approche de Joseph Stiglitz est moins sa critique des dysfonctionnements que ses préconisations pour (re)construire. Une reconstruction, qui certes s’appuie sur des leviers économiques, mais les dépassent en intégrant le politique (« Restaurer la démocratie », le bien-être (« une vie décente pour tous ») , la place de l’État (« la nécessité de l’action collective »).

Car l’ambition du prix Nobel d’économie est d’anticipé un nouveau programme politique et économique permettant de « reprendre l’Amérique » et dont l’inspiration pourrait aussi permettre de repenser l’évolution de nos sociétés.

Au cœur de ce projet le rôle de l’État, de la puissance publique est essentiel. « On peut faire beaucoup plus en travaillant ensemble que chacun de son côté. […] L’État est l’un de nos principaux moyens de travailler ensemble. […] avoir un État qui agira puissamment dans le bon sens, tel est le défi auquel les démocraties ont été confrontées depuis le début », c’est, selon l’auteur ce défi qu’il faut relever aujourd’hui.

Développer la connaissance

Un défi d’autant plus nécessaire que notre économie est urbaine, complexe, en flux, mondialisée et qu’elle s’inscrit dans les « limites planétaires » de la fragilité environnementale et dans la nécessité de développer l’innovation, c’est-à-dire la production de connaissances.

En effet pour Joseph Stiglitz,  » la richesse d’une nation repose sur deux piliers. Les pays s’enrichissent – augmentent leur niveau de vie – en devenant plus productifs, et la source la plus importante des progrès de la productivité, ce sont les progrès de la connaissance. »

Il affirme donc qu’ « une éducation pour tous, publique et de qualité, est donc le centre de tout programme qui œuvre pour l’égalité et l’égalité des chances. Il faudra pour cela dépenser plus au niveau national. » Et d’ajouter que les enseignants sont des « professionnels spécialisés » et que « nous aurions de meilleurs résultats si nous leur témoignons davantage de respect (au lieu de les attaquer en permanence, eux et leurs syndicats, comme c’est devenu la mode dans certains cercles de réflexion sur la réforme pédagogique), si nous recrutions les meilleurs professeurs en leur versant de meilleurs salaires (ce qui mettrait fin à l’héritage de la discrimination de genre qui a longtemps été le fléau de la profession) et si nous leur donnions de meilleures conditions de travail, notamment, dans bien des cas, des classes moins chargées. »

Une priorité à l’Éducation publique qui ne va pas de soi dans l’Amérique de Trump, mais qui devrait inspirer bien des politiques dans de nombreux pays, la France ne faisant pas exception.

Joseph E. Stiglitz, Peuple, pouvoir et profits, Les Liens qui Libèrent, septembre 2019

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Articuler recherches, pratiques et politique : clés de la réussite en Éducation

Comment articuler la recherche en éducation et la pratique pédagogique ?

Si elle n’est pas nouvelle, la question est au cœur de la réflexion éducative. Les évaluations internationales mettent en effet en évidence que les systèmes scolaires qui ont les meilleurs résultats sont ceux dans lesquels les enseignant.e.s sont considéré.e.s comme des expert.e.s et sont associé.e.s dans des équipes de recherches sur leur terrain professionnel.

L’observation mutuelle dans les classes, l’analyse collective de cours, l’expérimentation suivie de pratiques innovantes, la mise en œuvre analysée d’outils, de supports, de démarches… sont autant de dispositifs qui, étudiés conjointement de la part des professionnels et des chercheurs en Éducation, permettent des adaptations, des évolutions, des transferts, positifs à la fois pour les élèves et pour les enseignants.

Lorsque les politiques éducatives soutiennent, encouragent et valorisent cette approche, elles contribuent à une transformation du système scolaire vers une école de la réussite pour toutes et tous… une véritable école de la confiance.

Écrire et décrire les circulations entre recherches, politiques et pratiques, c’est la défi que s’est proposé de relever la Revue Française de Pédagogie pour célébrer son 200ème numéro. Et ce sont donc trois livraisons successives (https://journals.openedition.org/rfp/) qu’elle y a consacré du printemps dernier à cet automne : « La recherche en éducation en contexte non académique » (n° 200, comportant l’appel à contributions et 9 articles), « Espaces, acteurs et supports de médiation » (n° 201, introduction et 7 articles) et enfin « La recherche en éducation à l’interface du politique » (n° 202, introduction et 7 articles)

Claire Ravez de l’IFé en propose une analyse et des parcours de lectures thématiques (https://eduveille.hypotheses.org/). Elle met ainsi en évidence le regard institutionnel ou sur les institutions pouvant servir de médiation, « des approches plus historiques permettant de périodiser, de caractériser et de contextualiser la succession des modalités d’articulation entre recherches et politiques » , des études de cas « présentant les objectifs, modalités, réussites et difficultés de recherches collaboratives associant chercheurs et professionnels dans des configurations variées ». Elle relève également les interrogations « épistémologiques, méthodologiques et éthiques » des sociologues de l’éducation.

Tout en reconnaissant que « la richesse des 26 textes proposés permet certes d’embrasser et de comprendre la circulation des savoirs et des démarches de recherche au sein de contextes éducatifs variés », Claire Ravez propose enfin d’enrichir les « choix éditoriaux » de la Revue française de pédagogie, par d’autres pistes bibliographiques. Ainsi, elle suggère des lectures complémentaires permettant des approches relevant d’autres champs disciplinaires. Elle invite à approfondir la « diversité des expériences et rapports aux recherches en fonction des contextes professionnels » et en particulier à creuser la notion de « métiers intermédiaires ». Elle préconise de se pencher aussi davantage sur « l’appropriation des recherches en éducation dans le corps enseignant ».

De nombreuses pistes ouvertes tant le sujet et riche et important. En effet, la transformation en profondeur de notre système d’éducation ne se réalisera réellement, au profit de toutes et tous, qu’en articulant en cohérence et en complémentarité, recherches, pratiques et politiques éducatives.

P.S : A noter que le volume 3 (n°202) contient un article sur « La recherche en Éducation dans les travaux du Centre Henri Aigueperse »)

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Et si les dirigeants du monde osaient entendre la leçon (environnementale) d’une adolescente

« Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. […] Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »1

On peut évidemment trouver la forme d’une telle accusation des chefs d’État du monde un peu forcée. On peut certainement aussi regretter une forme de catastrophisme, un ton apocalyptique, une approche manichéiste. On peut penser que les mots ne suffisent pas et qu’il faut savoir passer à l’action.

Il n’empêche que la jeune Greta Thunberg a le mérite de secouer les consciences et d’attirer l’attention sur les dangers environnementaux qui nous menacent si rien n’est rapidement entrepris.

Et ce ne sont pas les travaux du GIEC qui démentiront cette nécessité d’agir. Dans son dernier rapport spécial, publié ce 25 septembre2, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) souligne qu’ « il importe de définir, de toute urgence, des mesures prioritaires opportunes, ambitieuses et coordonnées pour faire face aux changements durables sans précédent que subissent l’océan et la cryosphère ».

On comprend que dans ce contexte d’urgence les responsables politiques soient assez mal à l’aise. On a beau dire « c’est pas moi, c’est l’autre » comme semble le faire Emmanuel Macron en dénonçant les blocages de la Pologne, rares sont les adultes, qui plus est les dirigeants, qui aiment recevoir une leçon de la part d’une adolescente de 16 ans, qui fait entendre tout haut ce que nombre de chercheurs ne cessent de redire depuis des années sans être -réellement – ni écoutés ni pris au sérieux.

Faute d’être capable d’en faire une grande cause mondiale, dépassant tous les clivages (économiques, nationalistes, culturels, politiques…) la question environnementale ne cesse de cliver la société. Elle risque d’apparaître comme une préoccupation de nantis dont les plus démunis, confrontés à la crise sociale, n’auraient rien à faire. Le mouvement des gilets jaunes en France semble avoir ouvert cette brèche. Elle est confirmée par la récente publication d ela 7ème édition de l’enquête « Fractures françaises »3. SI 51 % des sondés adhère à l’affirmation suivante : « Il faut que le gouvernement prenne des mesures rapides et énergiques pour faire face à l’urgence environnementale, même si cela signifie de demander aux Français et aux entreprises des sacrifices financiers », ils sont 49 % à penser le contraire et à soutenir qu’ « il faut que le gouvernement prenne des mesures rapides et énergiques pour faire face à la crise sociale, même si cela signifie de mettre la question environnementale au second plan pour l’instant ». Le clivage se fait sur les CSP opposant les cadres favorables à la première affirmation à 55 % aux ouvriers soutenant la seconde à 55 %, comme sur les âges : 62 % des moins de 35 ans se retrouvent dans la première affirmation alors que 55 % des 60 ans et plus sont favorables à la seconde. « L’opposition entre les personnes faisant de la question environnementale leur priorité et celles qui en font un aspect secondaire » arrive d’ailleurs en tête (36 % des réponses) des causes qui opposent les Français.e.s entre eux, devant les questions d’économie, d’immigration ou de mondialisation.

A défaut de savoir y faire face, la question environnementale risque d’instaurer une nouvelle fracture dans la société, ce qui retardera encore les actions en faveur de la lutte contre le réchauffement climatiques, les catastrophes écologiques, la destruction de la planète.

Il est des urgences qui nécessitent de mettre son égo en sommeil et même si cela est un peu désagréable de se faire tancé par une adolescente, oser reconnaître qu’elle a raison et que son combat est également le nôtre, serait certainement plus pertinent et plus efficace.

1Intervention de Greta Thunberg à New-York au sommet sur le climat , le 24 septembre 2019

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

L’Éducation au cœur des transformations de la société

En introduction d’Oxygène(s), manifeste pour une nouvelle société éducative et solidaire, il est écrit : « Si nous ne savons pas encore quelle société sera le fruit de cette période de bouleversements, nous savons vers laquelle nous voudrions aller et nous sommes persuadés que pour la construire, mieux vaut agir que subir. Pour cela, il nous faut comprendre les évolutions en cours, anticiper les conséquences, concevoir comment l’Éducation peut être un important levier de changement. »

C’est ce qu’affirme également le rapport 2019 de l’OCDE « Les grandes mutations qui transforment l’éducation ». S’il précise que « l’avenir est en soi imprévisible parce qu’il se fabrique en permanence », il invite à connaître les changements économiques, sociaux et technologiques et d’y préparer l’éducation afin qu’elle continue à « s’acquitter de sa mission qui est d’aider les individus à s’épanouir et à devenir des travailleurs qualifiés et des citoyens responsables. » Mais il se fixe aussi un second objectif : celui de mieux comprendre en quoi l’éducation peut influer sur ces tendances d’évolution du monde.

Le rapport en met en exergue plusieurs mutations, approchées en 5 chapitres.

A travers l’approche d’un « déplacement du centre de gravité mondial», ce sont les notions économiques, de mondialisation, mais aussi de mobilité et de migrations qui sont étudiées, invitant l’éducation à valoriser les compétences des migrants, à investir dans la recherche et développement, à développer l’apprentissage des langues et des cultures du monde.

« La chose publique» interroge la place de l’État et le pouvoir des citoyens. Elle questionne également la ruralité et appelle à promouvoir l’apprentissage des valeurs démocratiques, à développer une gouvernance partagée, à valoriser le potentiel de tous les élèves sans aucune discrimination dans le cadre d’une éducation inclusive.

Dans « la sécurité dans un monde exposé » sont approchés toutes les questions individuelles et collectives de risques : sanitaire, écologique, économique, cybersécurité… Pour le champ éducatif il s’agit de développer un culture numérique, de renforcer les connaissances politiques et civiques, d’améliorer la tolérance, la confiance, la résilience, de promouvoir l’éducation en matière de santé.

De la santé, il en est également question dans le chapitre suivant intitulé « vivre mieux, vivre plus longtemps » qui questionne le vieillissement de la population, les évolutions de la médecine et la place des seniors. Le domaine éducatif est sollicité dans une démarche d’apprentissage tout au long de la vie et de développement des compétences psychosociales. L’articulation entre bien-être et mode de vie est également posée.

Enfin « cultures modernes » se penchent sur les évolutions sociétales d’égalité entre les femmes et les hommes, de monde connecté, de consommation éthique. L’éducation a un rôle important dans la déconstruction des stéréotypes de genres, dans l’utilisation positive du numérique, dans le respect de toutes les formes de familles et l’implication de tous les parents dans la coéducation.

Changer l’éducation par l’analyse des mutations du monde et participer aux évolutions de la société en transformant l’éducation, tel est le double enjeu de ce rapport de l’OCDE. Tel devrait être aussi certainement le but de toute politique éducative. Les éléments développés par l’OCDE peuvent largement y aider et y contribuer.

Pour lire l’ensemble du rapport : https://read.oecd-ilibrary.org/education/les-grandes-mutations-qui-transforment-l-education-2019_trends_edu-2019-fr

à la Une
Publié dans vu, lu pour vous

De l’apprentissage du regard aux « émotions démocratiques »

Rentrée scolaire oblige, septembre est certainement le mois des livres et articles traitant de l’École. 2019 n’échappe pas à cette règle. Impossible de tous les citer, d’autant qu’ils sont souvent d’intérêt et de qualité inégaux, parfois même au sein d’une même publication.

Ainsi la revue Esprit à consacré son numéro 457 au « sens de l’école ». Deux articles de ce dossier méritent particulièrement l’attention, car ils échappent à une analyse convenue pour proposer une autre approche éducative et culturelle.

Carole Desbarats tout d’abord invite à « l’apprentissage du regard ». Dans un monde d’images, les programmes scolaires semble avoir oublier de manière durable le « savoir regarder » et son corollaire le « savoir écouter ». Ce ne sont pourtant pas les outils, démarches et expérimentations d’éducation à l’image qui manquent. Mais leur généralisation. Et la formation des enseignants qui reçoivent « au mieux une quinzaine d’heures de formation dans l’année sur ce sujet, en moyenne trois, soit un après-midi » dans le cadre de la formation initiale et, au bon vouloir des inspecteurs, « quelques heures d’analyse de l’image [glissées] dans les programmes de formation à l’apprentissage de la lecture » en formation continue. Or l’attrait et l’impact des images sur les enfants et les adolescents sont connus, jusqu’à leur fascination et le manque de recul qui peut conduire à confondre la réalité et le virtuel, colporter des fakenews, s’inscrire dans la théorie du complot. Pourtant l’ « on sait aider à se défaire de la sidération visuelle pour passer à l’appropriation par le jugement ». Mais ce que l’école enseigne pour les mots, elle semble le refuser pour l’image.

« Accorder une vraie attention aux images, c’est, en aidant à rendre lisible le chaos du monde, favoriser la confiance en soi, c’est contribuer à ouvrir le champ du symbolique et permettre un accès différent au réel immédiat, encourager à fréquenter l’altérité, celle des genres, des cultures, des époques, des modes de pensée, et progressivement apprendre à mettre en doute les évidences. S’interroger sur les intentions qui ont présidé à la fabrication, développer les capacités de notre pensée sensible et les émotions qui l’accompagnent, c’est, paradoxalement, à la fois aiguiser l’esprit critique et développer l’imaginaire, sans forclore la possibilité du plaisir ou de l’ennui – qui reste un droit imprescriptible de l’élève. »

Superbe plaidoyer pour cette éducation à l’image qui manque tant à l’école pour construire des « émotions démocratiques ».

Et c’est justement de cela, de ce regard qui provoque « un pas de côté » pour comprendre un point de vue qui est autre que le sien, dont il est question dans l’article de Anne Lafont « L’école au musée : le Modèle noir pour exemple ». En effet en parallèle de l’exposition « Le modèle noir de Géricault à Matisse », le musée d’Orsay à proposé un approche éducative et sensible intitulée «Le modèle noir d’Achille à Zinèbe ».

Une expérience décloisonnant les traditionnelles approches disciplinaires, car « la leçon fut certainement celle des arts plastiques, de l’histoire mais encore de l’éducation civique, car il n’a pas échappé à nos jeunes artistes que l’ambition du rassemblement thématique d’œuvres d’art figurant des personnages noirs était aussi d’ouvrir à des questions comme celles de la communauté dans la différence ou encore le rôle de l’image et de l’art dans la fabrique de l’appartenance à une société, en soi diverse, et depuis fort longtemps.» Pour le dire autrement l’auteure précise que « les élèves se sont ainsi confrontés à la question de l’identité, de l’exclusion, du racisme, de la relativité de la norme et de la beauté, de la visibilité…, et ils se sont manifestement pris au jeu des matériaux et de leurs capacités à créer de la réflexivité. »

Expérience esthétique donc. Atelier de pratique également. Lieux de débat et d’appropriation. Ce qui est vu se conjugue avec ce qui est réfléchi et créé : une manière active de fabriquer des « émotions démocratiques » qui, sans instrumentaliser l’art, lui donne une place centrale dans la perception du monde, de l’autre, de soi, en tant qu’individu sensible et de citoyen actif.

Articles à retrouver dans la revue Esprit n°457 de septembre 2019.

Illustration : dessin de Joséphine P. , en classe de 6e dans l’académie de Créteil dans le cadre du projet « Le modèle noir d’Achille à Zinèbe« .

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

« Le temps », ça s’apprend

Depuis plusieurs années, même quelques dizaines d’années maintenant, la question des rythmes scolaires et tout particulièrement ceux de l’école primaire ont été l’objet de toutes les polémiques. Chacun y cherchant les justifications de ses intérêts : les parents et l’évolution du temps sociétal, les enseignants et l’organisation de leur temps professionnel, les chronobiologistes et les apports sur le vécu du temps par l’enfant. Chaque ministre y est allé de sa réforme, jusqu’à celle, comble d’aberration de Jean-Michel Blanquer qui fixe la règle à 4,5 journées de classe mais permet d’y déroger, ce qu’a fait la majorité des écoles.

Loin d’être réglée, ni de faire consensus, cette question des rythmes se reposera donc et il faut souhaiter qu’elle soit un jour réellement abordée par le prisme de l’intérêt de l’enfant.

Mais les rythmes ne sont pas la seule dimension temporelle qu’il convient de mettre en relation avec l’Éducation et, particulièrement, avec les conditions de la réussite éducative. Dans le numéro spécial d’octobre 2019 que la revue Sciences Humaines consacre à « Réussir à l’école », la notion de temps est à de nombreuses reprises convoquées pour expliquer ce qui permet, ou non, « de devenir un bon élève ».

Quelques éléments mis en avant :

  • le sommeil

Évidemment, lorsque l’on parle des horaires des enfants et des adolescent.e.s, se pose la question du sommeil. « Ange gardien des apprentissages : il fortifie la mémoire, décuple l’attention, stimule la créativité et accélère la maturation du cerveau », annonce l’article « Bien dormir pour mieux apprendre ». En effet de nombreuses études ont montré le lien fort qu’il existe entre sommeil et performances scolaires. La quantité de sommeil a certes son importance, mais c’est également sa qualité qui est essentielle. Une étude américaine révèle ainsi que 80 % des enfants présentant de faibles résultats scolaires souffraient d’une moindre qualité de sommeil. L’hygiène du sommeil : rituels et heures de coucher régulières, activités calmes et sans écrans avant l’endormissement… Un recul des heures de début de cours, en particulier au collège et lycée serait également bénéfique, mais cela renvoie à la difficile question des rythmes.

  • la persévérance

Face aux difficultés d’apprentissage, le risque de la démotivation et l’abandon est grand. Encore plus, peut-être, dans une société qui valorise l’immédiateté. Or apprendre prend du temps. Pour la psychologue Angela Duckworth, il s’agit de « prendre la vie comme s’il s’agissait d’un marathon et non d’un sprint ». Une manière de se donner du temps pour progresser, poursuivre malgré les obstacles ou les échecs, avancer par étape pour réussir. Donner donc du temps au temps et échapper à la contrainte normative qui impose que tous les enfants ou adolescent.e.s apprennent les mêmes choses aux mêmes moments, sans respects de leurs propres modes et vitesses d’apprentissage.

  • l’accompagnement

5 heures et 6 minutes, c’est le temps moyen que les parents déclarent passer par semaine à « superviser la scolarité de leurs enfants ». Mais selon un sondage Harris pour l’observatoire Cetelem (2018) pour beaucoup (68%) ce temps correspond à une « source de tension et de stress » et à « une corvée » pour 50 %. D’où le renforcement de la pression scolaire jusqu’à la maison. Si l’aide et l’accompagnement des parents est un plus, c’est dans la capacité à soutenir et à aider l’enfant à s’autonomiser qu’il est bénéfique et non dans l’imposition d’un rythme de travail supplémentaire et pesant.

  • la gestion du temps

Car gérer son temps ça s’apprend. Et là encore les enfants et adolescent.e.s ne sont pas égaux devant cet apprentissage. l’article « La montre et le martinet » publié dans les « Actes de la recherche en sciences sociales » (n°226-227, 2019) met en évidence une différence sociale de la gestion du temps. Les parents des classes moyennes et supérieures ont tendance à familiariser très tôt leurs enfants « aux outils de mesure et de rationalisation du temps », ce qui est moins le cas des familles populaire qui habituent leurs enfants à des usages du temps plus « spontanéistes ». Des mode de fonctionnement qui ont des conséquences importantes dans l’organisation temporelle de la scolarité souvent assez rigide. Les enfants de milieux sociaux moyen ou supérieur seraient ainsi mieux préparer à comprendre l’emploi du temps, l’utilisation de l’agenda, les heures de cours, là où les enfants de milieux populaires, davantage familiarisés « avec un rapport plus imprévisible et immédiat au temps, seraient plus enclins à attendre que ces limites se manifestent de l’extérieur plutôt qu’à les anticiper et à réguler d’eux-mêmes leur comportement en prévision. »

Apprendre « le temps » en classe, en activité de loisirs ou en famille est donc une piste pour mieux appréhender les exigences scolaires et mieux savoir y répondre.

à la Une
Publié dans La revue

(7) lieux… au sommaire de [R]

Le territoire est à la mode.

Il est à toutes les sauces. A chaque problème une solution locale. A chaque initiative, un enracinement territorial. A chaque projet, son espace.

Mais à bien y réfléchir, le territoire n’est pas si facile à définir. De l’espace infini à la proximité, le territoire, nous file entre les doigts, comme une notion polysémique insaisissable, un mot valise invitant au voyage.

Choisissons alors de parler de lieux.

Lieux physiques que l’on peut circonscrire et analyser

étude milieu image

[R]appeler que l’école n’est pas isolée. Qu’elle s’inscrit dans un environnement. Et qu’avant d’être sensible aux questions d’écologie, les études du milieux ont proposé que l’enseignement dépasse les murs de la cour de récréation pour y inclure ce qui entoure l’école, le village, la ville, la nature, les habitants…

[R]eposer la question de l’Europe, au lendemain des élections et des désignations des principaux responsables des institutions communautaires. S’interroger sur les défis que notre espace commun, au-delà de son organisation territoriale physique, a désormais à relever.

[R]éflechir avec le maire de la ville de Metz, Dominique Gros, à l’issu de son deuxième et dernier mandat, à la construction d’une cohérence politique centrée sur l’éducation et la culture, dans le périmètre d’une ville qui se veut attractive pour ses habitants, mais aussi pour les voisins de passage.

[R]egarder comment les Québécois ont élaboré leur système éducatif non pour le copier, mais pour le connaître et le comprendre, voir les enseignements qu’il peut apporter, les solutions mises en œuvre, les spécificités développées de l’autre côté de l’Atlantique, là où l’usage de la langue française reste un défi.

Lieux symboliques aussi :

Mise en page 1[R]edire que la langue est plurielle. Qu’elle est identité et culture. Qu’elle permet la communication et la découverte. Qu’elle est aussi ouverture. Sur l’autre, sur sa langue, sur son environnement, sur sa culture.

[R]éaliser alors que construire une démarche d’éducation artistique et culturelle n’est pas proposer un enseignement supplémentaire, ni complémentaire, mais une autre approche du sensible, de la création, de la découverte de sa propre construction au travers de la rencontre d’œuvres, d’artistes… autant de « lieux » d’où regarder le monde.

[R]endre effectif le fait que la finance, cette entité mondialisée, sans nationalité ni frontières, soit au service de la solidarité. Solidarité entre le Nord riche et le Sud en développement. Solidarité entre les villes et les zones rurales. Solidarité entre ceux qui peuvent un peu économiser et ceux qui ne savent pas de quoi sera fait demain. Et si la finance solidaire reliait tous ces gens, tous ces lieux ?

C’est à la découverte de ces 7 lieux, à petits pas, sans bottes de géants, que le numéro 4 de [R] vous entraîne, sans guide et à votre rythme.

Le revue [R] est en vente au numéro (15 euros) et par abonnement (35 euros les 3 numéros).

Bulletin d’abonnement à retrouver ici : https://centrehenriaigueperse.com/2019/02/07/bulletin-dabonnement-a-la-revue-r/

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?] de septembre accompagne votre rentrée

Voici une semaine qu’a eu lieu la rentrée scolaire, mais elle reste encore bien présente dans toutes les têtes. Et donc à la une du [Quoi de 9 ?] de ce 9 septembre.

Une rentrée avec ses nouveautés, mais aussi avec ses nombreux chiffres, à retrouver et analyser avec un peu de recul plus tard dans les publications statistiques des ministères.

Une rentrée au cinéma également avec une CPE à l’écran dans « La vie scolaire » : un collège dans le 93 et des jeunes dont la vie est là…

Une rentrée scolaire particulière que fut celle de septembre 1939 avec l’évacuation de dizaines de milliers d’enfants pour les « mettre à l’abri » de la guerre.

Une rentrée pour la formation des futurs enseignants aussi,  avec un dossier de l’Ifé qui rappelle que leur formation initiale ne peut être que le début d’un continuum qui doit se prolonger durant leur carrière.

Une rentrée qui affirme une grande ambition pour l’enseignement français à l’étranger et annonce des moyens supplémentaires mais qui restent loin de couvrir les réductions des années précédentes.

Une rentrée avec également la présentation des travaux de recherche du Centre Henri Aigueperse, des ressources à voir, écouter, lire et déjà des rendez-vous à noter dans son agenda…

Pas d’hésitation, c’est bien la rentrée et c’est à lire dans [Quoi de 9 ?] de ce mois de septembre, à retrouver ici : quoi-de-neuf, 9 septembre 2019

à la Une
Publié dans Formation, Recherches, vu, lu pour vous

Formation des enseignants : pour un continuum dont la formation initiale n’est que le début

A l’heure ou les INSPé vont remplacer les ESPé et où, une nouvelle fois, la formation initiale des enseignants est remise en chantier, l’IFé produit un dossier de veille fort intéressant, instructif et complet intitulé « Commencer à se former pour enseigner ». Sous le plume de Claire Joubaire, ce dossier se concentre sur la construction des liens entre les modalités de formation et les difficultés du métier enseignants, interrogeant la manière dont la formation initiale peut faciliter leurs premiers pas dans le métier et leur insertion professionnelle.

La première partie est consacrée à ce que la recherche nous apprend sur les caractéristiques des enseignant.e.s débutant.e.s. Elle met ainsi en évidence la diversité de profils des enseignant.e.s stagiaires comme des étudiant.e.s des ESPé.

Concernant ces dernier.e.s, l’enquête ministérielle des Systèmes d’information et études statistiques : « les effectifs en ESPE en 2019-2019 » (SIES, 2019), montre que les effectifs des mentions MEEF (Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) du 1er degré sont les plus nombreux, représentant la moitié des 65 600 étudiant.e.s inscrit.e.s en ESPE en janvier 2019. Elle révèle une grande diversité de profils ne dépendant pas uniquement de la mention suivie :

l’âge moyen des étudiant.e.s en ESPE varie de 25 ans pour les étudiant.e.s de première année de master MEEF à 41 ans pour les étudiant.e.s en seconde année de master « Pratiques et ingénierie de la formation », dont la plupart sont en reprise d’études ou en formation continue ;

un.e étudiant.e sur dix possède un bac technologique, et seulement 1,8 % un bac professionnel. Ce sont les bachelier.e.s scientifiques qui sont majoritaires, et plus nombreux.ses que dans les autres masters (35 % contre 29 %) ;

les femmes représentent 55 % des étudiant.e.s de la mention second degré, mais 85 % de la mention premier degré, faisant grimper la moyenne à 72 % de femmes, contre 58 % dans les autres masters ;

seulement 51 % des inscrit.e.s en 2e année d’ESPE étaient déjà inscrit.e.s en 1re année l’année précédente, et on constate en plus 15 % de redoublant.e.s.

Malgré cette diversité des profils et des expériences, les « enseignant.e.s novices » sont confronté.e.s aux mêmes difficultés récurrentes liées au «choc de réalité», mais aussi aux écarts « souvent flagrants et troublants » entre « théorie » et « pratique », apports de la formation, parfois jugés peu opérationnels et les réalités et pratiques du terrain.

La variété des dispositifs de formation initiale est également très grande et varie beaucoup dans les différents pays européens, par exemple.

La seconde partie du dossier met en valeur les pistes pour repenser une formation initiale centrée sur le métier s’appuyant sur les recherches en formation centrées sur l’activité enseignante et pointe l’intérêt, pour améliorer la formation initiale des enseignant.e.s, de professionnaliser la formation ainsi que les formateurs et formatrices. Comme le titre du dossier l’indique, il s’agit davantage de penser la formation comme un continuum et donc de considérer la formation initiale comme une entrée en formation, le début d’un processus long et continu et non une fin en soi.

Joubaire Claire (2019). Commencer à se former pour enseigner. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 131, septembre . Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=131&lang=fr

 

à la Une
Publié dans Histoire sociale

Le 3 septembre 1939 : la France déclare la guerre à l’Allemagne, mais que va-t-on faire des enfants ?

Il y a 80 ans, le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne. Cela fait quelques heures que les Britanniques ont déjà adopté une mesure identique. Depuis le début de l’été, les tensions diplomatiques avaient monté d’un cran et les bruits de bottes se faisaient entendre. Ce sont surtout les relations entre l’Allemagne nazie et la Pologne qui se sont dégradées ces dernières semaines. Hitler négocie à la fin du mois d’août un pacte de non-agression avec l’URSS, ce qui lui laisse le champ libre pour attaquer les Polonais devenus une proie facile. Le 1er septembre, les Allemands se lancent à l’assaut de leur voisin et les Britanniques et les Français, alliés de la Pologne, ne peuvent que préparer la riposte. C’est le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale qui allait durer 6 ans et qui a causé le plus grand cataclysme de l’Humanité, avec plus de 60 millions de morts.

Protéger les enfants avant tout

Début septembre, personne n’imagine encore l’ampleur de la catastrophe, même si les plus informés savent que l’ennemi nazi est prêt à tout pour soumettre l’Europe puis le monde. La dernière semaine d’août a rendu l’ensemble de la population plus nerveuse et les autorités veulent anticiper tout risque d’engrenage vers une guerre généralisée. Ainsi, lorsque l’Allemagne lance un ultimatum le 30 août à la Pologne, il est décidé de l’évacuation des enfants habitant Paris. Tout se met en place rapidement : des trains spéciaux sont affectés, plusieurs départements loin de la région parisienne et des départements de l’Est sont sollicités pour accueillir les plus jeunes. En quelques jours, tout a été organisé et l’opération est une réussite : le 1er septembre la presse annonce que les enfants sont arrivés sur les lieux de destination et c’est plus de 31 000 écolières et écoliers qui ont été ainsi évacué.e.s.

Les choses se précipitent ensuite et les premières heures de septembre sont celles où les Françai.se.s prennent conscience de la venue de la guerre. Les départements voisins de l’Allemagne sont à leur tour touchés par les évacuations d’enfants, mais aussi de la population civile, les grandes villes cherchent elles aussi à mettre à l’abri les plus jeunes en cas de bombardements. L’administration travaille nuit et jour pour dresser les plans d’évacuation et accueillir les enfants dans de bonnes conditions. Il faut dire que c’est encore une période de vacances scolaires et que cela peut freiner les opérations. Institutrices et instituteurs sont des aides précieuses pour mener à bien les évacuations partout en France, aidant aussi les parents à accepter l’angoisse du départ vers des lieux plus sereins. Mais la mobilisation générale va freiner le bon déroulement de cette mise à l’abri : ce sont 25 000 instituteurs qui sont mobilisés alors que la rentrée est prévue pour début octobre !

La mobilisation des instituteurs et de leur syndicat

Le vendredi 1er septembre, la France annonce la mobilisation générale. Plus de 25 000 instituteurs qui rejoignent rapidement les casernes pour faire face à l’ennemi nazi. C’est tout le système scolaire français qui est déstabilisé par l’entrée en guerre, avant même la reprise officielle des cours. Comment ouvrir les classes alors que de nombreuses écoles sont réquisitionnées, que des milliers d’enfants ont été évacués à la campagne, surtout si les maîtres manquent pour faire cours ?

Même si le déclenchement de la guerre n’entraîne pas encore de combats généralisés et si la France s’installe pour plusieurs mois dans une « drôle de guerre » où les armées ennemies se font face sans s’affronter, tout le monde comprend néanmoins que la violente déflagration va bientôt avoir lieu. Pour y faire face, toute la population se tient prête. Dans le monde scolaire, le Syndicat National des Instituteurs apporte sa pierre à l’édifice de défense nationale. Le premier numéro de son journal qui sort après la déclaration de guerre affirme : « Le Syndicat continue : avec lui toutes les tâches sociales et humaines qui sont ses raisons d’être. »

Peut-on encore espérer la paix sans vendre son âme au diable ?

On a parfois du mal à le comprendre aujourd’hui, mais le Syndicat national des instituteurs a alors un poids déterminant dans le monde scolaire : plus de 100 000 instituteurs y sont syndiqués sur un total de 120 000, ce qui suffit à montrer sa puissance dans l’éducation primaire. C’est André Delmas qui en est le principal représentant au déclenchement du conflit et il est à la tête d’une équipe rajeunie et très active. Né en 1899, il a commencé sa carrière d’instituteur à Montauban et devient le responsable national du SNI en 1932. Il fait partie des instituteurs qui sont mobilisés dès les premiers jours de septembre. Delmas, à la différence de beaucoup d’autres n’a pas connu la Première Guerre mondiale, puisqu’il était trop jeune. Cela ne l’a pas empêché d’être un des plus fervents pacifistes, faisant du SNI le fer de lance syndical du pacifisme en France et cela jusqu’aux dernières heures de la paix. À la fin du mois d’août, il tente avec quelques amis de lancer un appel pour la paix qui rassemblerait Britanniques, Belges et Français. La tentative échoue, mais un appel pour la paix réunissant les syndicalistes en France est publié les 29 et 30 août dans la presse de gauche :

« L’Europe est aujourd’hui au seuil de la guerre. Des millions de vies humaines seraient sacrifiées dans un conflit international où chaque peuple assisterait à la destruction barbare de ses villes et des richesses accumulées par des générations de travailleurs (…) Dans ces heures de péril, l’opinion ouvrière se doit de maintenir sa tradition toujours vivante d’attachement à la paix (…) Travailleurs d’Europe, aucun de vous ne peut concevoir la catastrophe sans apporter sa raison et son cœur à la cause de la paix. »

Même si quelques heures plus tard, un tel appel à la paix est rendu caduc par la déclaration de guerre, beaucoup de militants du SNI continuent d’être pacifistes, viscéralement, niant la réalité et les ambitions du nazisme allemand. Ils ne veulent pas d’une nouvelle guerre, surtout ceux qui ont vécu la Grande Guerre. Mais peut-on encore être pacifiste en septembre 1939 face à Hitler ? Une telle question divise au sein du mouvement syndical des instituteurs depuis déjà plusieurs mois, voire des années : elle va rapidement briser l’entente et les amitiés d’autrefois, créer des ruptures définitives et pousser vers l’acceptation de la défaite quelques mois plus tard pour certains, ou vers le refus de l’occupation allemande pour d’autres. Mais le 3 septembre 1939, nous n’en sommes pas encore là. Beaucoup en France veulent garder comme préoccupation première la protection des enfants afin de leur éviter les tourments de la guerre, parce que pour reprendre les mots de Marc Bloch écrits dans L’Étrange défaite « Il est un de ces tableaux (…) auquel je sens bien que je ne m’habituerai jamais : celui de la terreur sur des visages d’enfants fuyant la chute des bombes, dans un village survolé. Cette vision-là, je prie le ciel de ne jamais me la remettre sous les yeux, dans la réalité, et le moins souvent possible dans mes rêves. Il est atroce que les guerres puissent ne pas épargner l’enfance, non seulement parce qu’elle est l’avenir mais surtout parce que sa tendre faiblesse et son irresponsabilité adressent à notre protection un si confiant appel. »

Pour aller plus loin :

Olivier Loubes, L’école l’identité, la nation. Histoire d’un entre-deux-France, 1914-1940, Belin, 2017.

Matthieu Devigne, L’école des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre, PUF, 2018.

André Delmas, Mémoires d’un instituteur syndicaliste, Albatros, 1979.

Illustration : Le Populaire du 1er septembre 1939

à la Une
Publié dans Aujourd'hui, vu, lu pour vous

Une rentrée en chiffres (à confirmer)

Il n’aura échappé à personne que c’est aujourd’hui le rentrée scolaire, c’est-à-dire le rentrée d’environ 12,4 millions d’élèves, auxquels il faut ajouter 207.550 apprentis et 272.850 élèves des premier et second degrés des ministères en charge de l’agriculture et de la santé.

Si la rentrée scolaire est un moment important qui permet de rappeler les enjeux éducatifs, de faire le point sur les réformes en cours, d’interroger les choix politiques et pédagogiques en matière d’Éducation, elle est aussi une question de chiffres.

Ainsi ce sont 6,7 millions d’élèves qu’accueilleront les écoles, 3,4 pour les collèges et 2,3 pour les lycées.

871 000 enseignants répartis dans 61 900 écoles et établissements publics et privés leur feront cours. Mais se sont également près de 275 000 personnels (auxquels il faut ajouter environ 55 000 Atsem) dits « non enseignants » qui sont présents (majoritairement dans les établissements du second degré) pour faire fonctionner l’ensemble du système scolaire.

La scolarité a un coût. Il est évalué en moyenne à 6550 euros par élève et par an en primaire, à 8710 par collégien, à 11 060 euros par lycéen général et technologique et à 12.730 euros par lycéen professionnel.

Sommes auxquelles il faut ajouter les dépenses à la charge des familles en hausse de 0,17% comparé à la rentrée 2018 avec des disparités selon les niveaux, selon l’enquête annuelle de la Confédération syndicale des familles, qui affirme que les parents devront débourser :

  • 159 euros en moyenne pour un enfant entrant au CP contre 165 euros l’année dernière, soit une baisse de près de 4% ;

  • 361 euros pour les élèves de sixième, une hausse de 5,6% ;

  • 389 euros en seconde générale avec là aussi une baisse de près de 4 %.

Autre moyenne qui masque de très grandes disparités, celle du nombre d’élèves par classe. Officiellement elle est annoncée dans l’enseignement public à 24,3 élèves dans les écoles maternelles, 22,7 élèves par classe à l’école élémentaire, 25,4 au collège, 29,1 au lycée général et technologique ou encore 18,3 en lycée professionnel.

Mais en primaire, en REP et REP+ alors que 10 800 classes de CP et CE1 doivent être dédoublées, on imagine sans peine que les autres classes de ces écoles auront des nombres d’élèves bien plus importants.

En fait, ce n’est souvent qu’après coup, une fois la rentrée largement passée, que les véritables chiffres sont connus et peuvent être analysés. Ainsi faudra-t-il le faire pour l’impact de la scolarité devenue obligatoire dès 3 ans ou pour l’accueil des élèves en situation de handicap : 248.000 dans le premier degré et 160.000 dans le second degré sont attendus, 4.500 AESH supplémentaires ayant été recrutés pour les accompagner, selon le gouvernement.

Même si elle est tardive, la transparence existe dans la publication des données chiffrées de l’Éducation nationale. Ainsi est paru en août 2019 Repères et références statistiques la publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, qui réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en onze chapitres et 180 thématiques pour l’édition 2019, ce document apporte de nombreuses données et permet une lecture assez complète de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur en chiffres.

A retrouver ici : https://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques-2019.html

à la Une
Publié dans Histoire sociale

Candidater au Prix Maitron, c’est maintenant

En décembre dernier Gaëlle Boursier recevait le Prix Jean Maitron pour son mémoire de master

« Nous ne resterons pas les bâtards de la sidérurgie »

Histoire de la grève des Batignolles, janvier-mars 1971, Nantes

Le prix Jean Maitron, du nom d’un instituteur syndicaliste créateur du Centre d’histoire sociale de l’université Paris 1 où il fut maître de conférences, créé et financé par l’UNSA Education (ex FEN) est attribué par un jury d’historiens et de syndicalistes.

Il récompense un mémoire de master (ou équivalent sauf thèse) qui prolonge l’œuvre de Jean Maitron dans les domaines du mouvement social, du mouvement ouvrier, du syndicalisme… aux XIX, XX et XXIème siècle en France ou à l’étranger. De nombreuses disciplines peuvent être concernées : l’histoire bien entendu, mais aussi la géographie, les sciences politiques, certains secteurs du droit, de la sociologie, de la littérature comme des sciences de l’éducation.

Le montant du prix est de 1500 euros.

Pour candidater c’est très simple. Il suffit d’envoyer le mémoire en pdf à therese.lortolary@univ-paris1.fr et ce avant le 15 septembre.

La remise du prix auara lieu début décembre.

à la Une
Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Adjoints gestionnaires : des missions utiles mais des personnels en mal de reconnaissance

Alors que leur rentrée est déjà faite, quelques semaines avant celle des enseignants et des élèves et dans la logique de la campagne de l’Internationale de l’Éducation (notre article : https://nuage.unsa.org/index.php/s/U2rV6EKXmIGSvFI#pdfviewer), qui nous avait déjà permis de l’affirmer, nous revenons sur l’importance des personnels de soutien dans l’Éducation et sur les difficultés de valorisation qu’ils rencontrent.

Le syndicat A&I Unsa a mené une grande enquête auprès de collègues administratifs et recueilli plus de 3400 réponses. Celles-ci viennent renforcer les données du baromètre UNSA des métiers de l’Éducation  2019.

Il en ressort que les personnels administratifs en charge des missions d’adjoints gestionnaires dans les EPLE jugent à la quasi totalité (95,4%) utiles les missions qui leur sont confiées. Mais que presque 61 % de celles et ceux qui ont répondu considèrent que leur travail n’est pas reconnu par la hiérarchie et 56,4 % ne pensent pas être reconnu.e.s par les usagers des établissements.

Seuls 56,2% estiment avoir les moyens de remplir leurs missions et plus de 70 % (70,1%) ont une forte inquiétude pour l’avenir de celles-ci. Pour rappel 71,8 % des personnels administratifs ayant répondus aux baromètre UNSA des métiers de l’Éducation 2019 estimaient que leur conditions de travail s’étaient dégradées au cours de cette dernière année.

Comment y remédier ?

Par une plus grande reconnaissance, par la formation, par plus de moyens humains…

Autant dire que ces éléments étaient, à l’exception du plan de formation, peu présents dans la conférence de presse de rentrée du ministre de l’Éducation nationale. Même si, face à la demande récurrente des collectivités territoriales, Jean-Michel Blanquer se veut rassurant et affirme que la décentralisation des adjoints gestionnaires n’est pas d’actualité. Une affirmation qui devra être confirmée dans les faits et accompagnée d’une valorisation de ces personnels indispensables mais mal reconnus.

Retrouvez les éléments de l’enquête d’A&I UNSA ici : http://lettre.aeti-unsa.org/IMG/UserFiles/Files/Questionnaire_Adjoint_gestionnaire_8p.pdf

Et ceux du baromètre UNSA des métiers de l’Éducation : https://nuage.unsa.org/index.php/s/U2rV6EKXmIGSvFI#pdfviewer

à la Une
Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?] : les 9 infos du mois d’août

Comment ne pas parler des vacances un 9 août au cœur de l’été ?

C’est ce que vous propose ce [Quoi de 9 ?] qui y consacre l’essentiel de ses infos.

Ainsi [Quoi de 9 ?] :

– se penche sur les tendances de ces vacances, un peu plus conscientes de l’environnement mais aussi marquées par d’importantes inégalités sociales ;

– interroge les évolutions possibles du calendrier scolaire et des petites vacances (relevant dorénavant du réglementaire et non plus du législatif), dans un contexte français caractérisé par beaucoup d’heures de cours en peu de jours de classe ;

– regarde le développement du vivre ensemble chez les enfants et adolescents dans les accueil collectifs de mineurs (ACM) ;

– rappelle l’histoire et l’actualité des cahiers de vacances, succès d’édition mais aussi supports d’inégalités dans un temps qui doit demeurer celui du repos et de la détente ;

– propose un petit passage par les salles obscures pour regarder les vacances quand elles sont projetées sur le grand écran du cinéma.

Mais parler vacances, c’est aussi penser rentrée.

[Quoi de 9 ?

– se demande s’il y aura suffisamment d’enseignants et si la pénurie de recrutement n’est pas à mettre en lien avec la masterisation ;

– réaffirme le rôle indispensable des personnels de soutien dans l’Éducation et valorise la campagne entreprise par l’Internationale de l’Éducation pour les valoriser et les défendre.

Les 9 infos (et un peu plus) de ce [Quoi de 9 ?] du mois d’août sont à retrouver ici : quoi-de-neuf aout 2019

Bon été, bonnes vacances et bonne lecture.

Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Accueils collectifs de loisir : d’autres apprentissages du vivre-ensemble

Voici une nouvelle période de vacances scolaires (en cours ou à venir selon les zones) et donc des accueils de loisirs ou des séjours de vacances collectifs pour de nombreux enfants et adolescents.

Occasion de savoir justement ce qu’elles et ils disent de ces accueils collectifs de mineurs qui leur sont destinés. L’Ovlej a mené l’enquête et produit les résultats de son étude dans son dernier bulletin (n°52 de février 2020).

« Plein d’enfants, plein d’endroits, tu vas beaucoup t’amuser, te faire beaucoup d’amis », voilà ce que retiennent les enfants et les adolescents qui fréquentent les centres de loisirs. De très nombreuses activités, des amis, des animateurs, de l’amusement mais surtout une socialisation qui se construit dans un entre-enfants qui porte tout autant sur le positif que sur le négatif. Interrogés sur le vivre-ensemble, les enfants fréquentant les centres de loisirs « parlent notamment d’amitié (le lien social étant ici restreint au lien amical), et du fait de devoir apprendre à vivre avec des personnes dont les actions dérangent parfois, de devoir gérer des conflits. Ils mentionnent également la plus-value du collectif: pouvoir être à plusieurs sur ces temps libres plutôt que seul chez toi est quelque chose de positif pour eux. » Ce collectif est déclaré comme un vécu épanouissant. Pour autant cet entre pairs, comme l’a analysé l’ethnologue Julie Delalande, «  est peu évoqué par l’institution scolaire, les parents ou les médias quand il est positivement vécu, mais presque toujours quand il dérange ou fait problème, à travers des faits de violence par exemple. Pourtant, en observant l’ordinaire de ces relations, on constate que celles-ci contiennent des éléments essentiels à la construction sociale des individus. (Delalande 2001 et 2009)»

clsh

En colonies de vacances, les perceptions des enfants et des adolescents sont un peu différentes. Si là aussi apparaît l’abondance d’activités, l’éloignement et les éléments constitutifs de la vie quotidienne, partagée avec les « autres » prennent une place plus importante. « Interrogés [Ils] parlent eux de la manière dont ils vivent ensemble et/ou de ce qu’il faut faire pour bien vivre-ensemble. Le lien social est ici raconté de manière générale: ils vivent avec d’autres sans distinguer nominative-ment de qui il s’agit ou quel est le lien qui les relient entre eux. Ce qui semble important dans ces séjours collectifs, c’est de ne pas laisser ces «autres» seuls, de leur porter attention. » Cela se traduit par l’affirmation que ce contexte les emmène à vivre-ensemble et qu’ils doivent en tenir compte dans leur manière d’agir et dans leur attention aux autres.

colo

Des différences que les enfants et adolescents n’explicitent pas, mais qui se déduisent aisément des distinctions qui existent entre les centres de loisirs, espaces de proximité et d’amusement et les colonies de vacances, temps d’éloignement et de construction d’un nouveau quotidien collectif. Dans tous les cas, les participants expérimentent des manières de vivre avec les autres en dehors des cadres traditionnels de l’école et de la famille.

L’étude de l’Ovlej est à retrouver ici : http://www.ovlej.fr/wp-content/uploads/Bulletin-52-OVLEJ-Fevrier-2020.pdf