Publié dans Formation, vu, lu pour vous

L’Éducation populaire : une exigence du 21ème siècle, pour le CESE

« Dans une société bouleversée par le renforcement des inégalités, des mutations comme la mondialisation, l’irruption des technologies de l’information, les bouleversements climatiques et les menaces sur la biodiversité, etc… »

« Face aux défis des politiques publiques, du modèle économique mais aussi de la gouvernance, de la formation, de la concurrence par d’autres actrices et acteurs, de l’évolution des attentes des populations, de l’engagement citoyen, etc… »

L’Éducation populaire avec « les moyens et les outils dont elle dispose » peut elle apporter des réponses « visant à favoriser la cohésion sociale et la citoyenneté » ?

C’est cette interrogation que le bureau du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a décidé de confier à la section de l’Éducation, de la culture et de la communication, la préparation d’un rapport et avis sur ce sujet qui sera présenté en assemblée plénière au deuxième trimestre 2019.

Piloté par Christian Chevalier (UNSA) et Jean Karl Deschamps (Ligue de l’enseignement), « en s’appuyant sur un rappel de l’histoire de l’éducation populaire, le rapport et l’avis du CESE s’attacheront à dresser un état des lieux et à analyser les évolutions récentes de ce secteur dont la réalité et les objectifs sont sans doute mal connus de nos concitoyennes et concitoyens. Ils s’interrogeront sur les besoins auxquels peut répondre aujourd’hui l’éducation populaire. Un focus particulier sera porté sur des expériences similaires dans des pays étrangers. »

Rappelant que l’Éducation populaire « postule de partir des besoins du peuple dans une visée d’émancipation collective, qu’elle cherche à articuler la dimension collective du vivre ensemble avec la reconnaissance de l’épanouissement personnel » et que dans « ce cadre, elle invente en permanence de nouvelles manières de construire et reconstruire du lien social en « faisant ensemble » rejoignant « les notions de « pouvoir d’agir », de « empowerment » ou de « community organizing » qui se sont développées outre-Atlantique », la rapport d’autosaisine du CESE affirme que « loin d’être un vestige d’un passé révolu, elle est de nature à répondre aujourd’hui aux besoins de notre société. » Aussi il considère « d’autant plus incompréhensible son manque de reconnaissance et de visibilité dans notre pays » alors que « la démocratie cherche de nouvelles formes d’expression », et que « l’éducation populaire peut apporter son expertise, ses pratiques pour permettre à tous, dès le plus jeune âge, de s’approprier les enjeux et la pratique de la citoyenneté dans le cadre des valeurs et principes de la République. »

Un travail essentiel à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s