Artiste, ça s’apprend ?

Si les professions artistiques sont un « défi à l’analyse sociologique » selon Eliot Freidson, tant il est mal aisée de les définir -la singularité de l’artiste nourrit « le flou des frontières » pour reprendre les mots de Corinne Delmas – la question de leur formation ajoute à la complexité de la définition.

Certes il n’y a aucune « obligation de diplôme, de formation ou même de savoir spécifique » pour professionnaliser une pratique artistique souvent « d’abord commencée en amateur dès l’enfance ou l’adolescence ». Mais comme le précise le sociologue et enseignant en science politique à l’université de Strasbourg Jérémy Sinigaglia, à l’issue d’une vaste étude menée avec Frédérique Patureau, chargée d’études au département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture, auprès de 6000 artistes plasticiens : « Atteindre la consécration sans passer par une école d’art est devenu hautement improbable ». L’enquête confirme en effet le rôle d’une formation artistique initiale, souvent cumulée avec d’autres formations, même si coexiste une proportion non négligeable d’artistes formés en marge des écoles ou filières universitaires spécialisées, voire d’autodidactes revendiqués.

Alors que débute la 15e édition des Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA) qui se déroule du 6 au 11 avril 2021, autour du thème « Matières à l’œuvre », l’occasion est donner de se pencher sur la formation artistique.

« À quoi peut (bien) servir une école d’art ? » s’interrogeait Marc Sagary le 27 Janvier dernier dans profession audio-visuelle (https://www.profession-audiovisuel.com/a-quoi-peut-bien-servir-une-ecole-dart-1ere-partie/?fbclid=IwAR0pwzWRecAGMzABYs8QL5-_9–scxn5Z7Iwhp0E8PaDsy1HORjpKc9gCRI ). Il rappelle que ce sont environ 12 500 étudiants qui sont « inscrits dans les 58 écoles hexagonales, de taille, de capacité et de renommée différentes, recensées par l’ANDEA (l’Association nationale des écoles supérieures d’art et design publiques), contre 8 500 environ répartis dans les 15 universités proposant des parcours pédagogiques équivalents. 21 000 étudiants, soit à peu près 1 % des effectifs de l’enseignement supérieur public, se trouvent donc engagés dans une scolarité censée leur apprendre à être des artistes-auteurs ». La grande différence vient essentiellement des moyens investis, mais également de la sélection. Si les écoles sous tutelle du ministère de la Culture investissent massivement plus que celle de l’Éducation Nationale ou de l’Enseignement Supérieur, leur mode de filtrage est aussi plus drastique, confinant, « selon des critères aléatoires, parmi lesquels l’aptitude du candidat à développer son talent potentiel doit prévaloir », à des formes de cooptation. Une exigence qui pourtant débouche sur un taux d’insertion professionnelle des diplômés stable extrêmement faible (aux alentours des 6 %).

Si les causes ne peuvent être uniques et ne se limitent pas aux questions de formation, il apparaît que des insuffisances pédagogiques, des concurrences entre les établissements, des questions budgétaires ainsi que les évolutions de l’univers de la culture et de l’art, nécessitent de repenser les offres de formation. La Cour des compte a d’ailleurs rendu un avis dans ce sens sur l’enseignement supérieur en arts plastiques en janvier dernier.

Côté positif, les formations artistiques constituent  « l’une des voies par lesquelles passe la progression vers la parité, même si elle ne suffit pas pour rattraper l’avantage masculin pour des plasticiennes à l’intégration dans la carrière plus tardive et à la reconnaissance moindre », comme le rappelle Corinne Delmas. Elles sont aussi « des lieux de rencontre et, pour certains, de constitution ou de consolidation du capital social spécifique au champ artistique ». Participant ainsi au développement de l’apprentissage technique ainsi que de la socialisation professionnelle, la formation artistique supérieure initiale joue un rôle d’accélérateur de carrière.

Pour autant, elle demeure trop cloisonnée, alors que le développement artistique actuel est davantage pluridisciplinaire « (pour 54% des artistes), surtout chez les plus jeunes et les mieux dotés en ressources scolaires, tendance sans doute explicable moins par l’âge (spécialisation avec le vieillissement) que par l’appartenance générationnelle (avec une revendication des nouvelles générations à diversifier les supports) », même s’il reste plus facile d’être reconnu.e en tant que peintre ou sculptrice ou sculpteur que comme plasticien.ne, tant il est difficile de définir un artiste…

Alors, puisqu’il s’agit cette semaine de « célébrer les savoir-faire, les talents et la créativité des métiers d’art [et d’]en apprendre plus sur le processus de création dans son intégralité », plus qu’interroger ce qu’est un.e artiste, il est certainement plus essentielle de se demander comment construire des formations qui permettent à toutes et tous de pouvoir développer ses talents et son esprit créatif et qui réussissent à articuler apprentissages professionnels, débats esthétiques, approches du sens de l’art et de la culture, rapports au(x) public(s) et dimensions économiques.

Eliot Freidson, « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue française de sociologie, XXVII, 1986, p. 431-443.

Corinne Delmas, « Frédérique Patureau, Jérémy Sinigaglia, Artistes plasticiens : de l’école au marché », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 décembre 2020, http://journals.openedition.org/lectures/45883

Patureau, Frédérique, et Jérémy Sinigaglia. Artistes plasticiens : de l’école au marché. Ministère de la Culture – DEPS, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :