Des analyses géographiques fines afin de conduire des politiques éducatives adaptées aux réalités des territoires

« Une partie des écarts entre territoires en termes de réussite scolaire et d’orientation peut s’expliquer par des caractéristiques de ces territoires. De façon conforme à de précédents travaux, le milieu social moyen des élèves qui y résident ou l’éloignement par rapport aux métropoles est un élément déterminant de la réussite scolaire et de l’orientation. Cependant, le lien n’est pas systématique.« 

Si cela était nécessaire, l’ouvrage « Géographie de l’École – édition 2021 » publié par la DEPP en juin dernier met en évidence l’intérêt des analyses territoriales des questions d’éducation, comme nous avons pu également le montrer dans une étude précédente*.

En 36 fiches thématiques la DEPP met en lumière les disparités territoriales tant au niveau socio-économique et familial des élèves que concernant le contexte scolaire, les moyens et ressources humaines mis en œuvre ainsi que sur les parcours scolaires et les résultats.

Parmi les enseignements, il est intéressant de retenir que si « les grandes villes et leur périphérie se distinguent par des mi-lieux sociaux en moyenne plus favorisés », les notes obtenues au DNB par les élèves qui vivent dans les centres urbains ne sont pas forcément meilleures. En revanche l’orientation en seconde GT y est privilégiée. Alors qu’avec des résultats au DNB sont plutôt bons les élèves vivant en zones périphériques sont moins orientés vers la voie GT ; une orientation en seconde GT plus faible dans les communes rurales éloignées alors les notes des élèves au DNB y « sont comparables à celles des élèves des autres territoires, malgré des milieux sociaux moins favorisés ».

Globalement « les indicateurs les plus bas pour les trois critères [milieu social, note au DNB et orientation en seconde GT] sont généralement observés dans les communes urbaines éloignées».

Comme nous avions déjà pu le démontrer, cette étude confirme des variations profondes d’un territoire à l’autre pouvant s’expliquer par divers facteurs (historiques, mais aussi de politiques éducatives). Ces différences nécessitent, afin d’être prises en compte dans un pilotage des politiques éducatives au plus prêt du terrain, de bien définir les niveaux de territoires. En effet si certains phénomènes se révèlent à l’échelon régional voire inter-régional, d’autres ne sont analysables qu’au niveau de la commune voire des quartiers.

—————–

L’ensemble de l’étude de la DEPP peut être consultée ici : https://www.education.gouv.fr/geographie-de-l-ecole-323657

* L’étude « Éducation et territoire(s) du Centre Henri Aigueperse a fait l’objet d’un article consultable, ainsi que le rapport de recherche, sur notre site : https://centrehenriaigueperse.com/2021/01/08/education-et-territoires-une-approche-a-multiples-facettes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :