Résultats en mathématiques : le compte n’y est pas

Dans l’enquête internationale Timss (Trends in International Mathematics and Science Study) 2019, les résultats des élèves scolarisés en CM1 en France obtiennent un score moyen de 485 points en mathématiques, soit 44 points de moins que le score moyen des pays de l’OCDE (529 points). Plus globalement les scores des élèves de CM1 en France à Timss 2019 sont inférieurs à ceux des élèves des pays de l’OCDE, pour tous les niveaux de réussite au test considérés. Un constat en adéquation avec les résultats de l’enquête nationale Cedre, réalisée en 2019, qui révélait que 54 % des élèves de CM2 ne maîtrisaient pas les compétences mathématiques requises pour aborder dans de bonnes conditions le programme de collège.

Les 10 % des élèves ayant les scores les plus élevés en France obtiennent un score supérieur à 586, contre 624, en moyenne, dans l’ensemble des pays de l’OCDE (-38 points). Pour les 10 % des élèves ayant les résultats les plus faibles, la différence est encore plus sensible : ils obtiennent un score inférieur à 379, contre 428 dans l’ensemble des pays de l’OCDE, soit un écart de -49 points.

Face à ces constats qui ne sont pas nouveaux, le CNESCO initie une série de 4 notes d’études afin de mieux comprendre ces difficultés des apprentissages des élèves français en mathématiques.

La première note publiée en ce mois de septembre cherche à répondre à la question : la moindre réussite de la France à Timss 2019 concerne-t-elle l’ensemble des élèves de CM1 ou est-elle spécifique à certains écoliers ? 

En comparant les résultats des élèves en France à ceux des élèves ayant des caractéristiques similaires dans les autres pays de l’OCDE, l’analyse met en évidence que « l’école française ne parvient ni à garantir un certain seuil de performance à tous les élèves socialement défavorisés, ni à permettre aux meilleurs de ces mêmes élèves d’atteindre un niveau élevé ». Ce déséquilibre social est renforcé par le fait qu’un fort pourcentage d’élèves défavorisés sont scolarisés dans des écoles socialement défavorisées : ainsi, « en 2019, en France, 21 % des élèves défavorisés sont scolarisés dans une école socialement favorisée3, alors que 54 % fréquentent une école socialement défavorisée (Figure 5, p.5). En moyenne dans l’ensemble des pays de l’OCDE, ces proportions sont respectivement 27 % et 35 ».

De même, « les filles obtiennent, en moyenne, un score en mathématiques légèrement moins élevé que les garçons en CM1 ». Si « cet écart, d’ampleur plus ou moins importante, s’observe dans tous les pays de l’OCDE, les filles étant particulièrement sous-représentées parmi les élèves obtenant les meilleurs scores », il est important en France : en 2019, le score moyen obtenu par les garçons est de 491 points alors qu’il n’est que de 478 pour les filles.

Les prochaines notes du CNESCO tenteront de donner des pistes d’explication de ces résultats.

—————–

Voir la note du CNESCO ici : https://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2021/09/Note-analyse-1-comprendre-resultats-mathematiques-France.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :