Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. »

Nous connaissons toutes et tous l’aphorisme (et ses nombreuses variante) célébrant l’idéal républicain « Quand on ouvre une école, on évite, vingt ans plus tard, d’ouvrir une prison » et souvent attribué à Victor Hugo. Si celui-ci n’en ai pas le véritable auteur, ses convictions n’en démentaient, en tout cas, pas l’esprit. Tant il était convaincu des vertus de l’Éducation pour lutter contre la délinquance.

Les chercheurs Brian Bell, Rui Costa et Stephen Machin du London School of Economics lui donnent raison. A partir des données du FBI pour la criminalité américaine et d’un fichier équivalent pour l’état de Queensland en Australie, ils démontrent que l’allongement de la scolarité de 15 à 17 ans fait reculer le taux de criminalité (jusqu’à 6 % aux États-Unis). Alors qu’à l’inverse, l’état du Texas, qui a baissé d’un an l’âge de la scolarité obligatoire, voit son taux de criminalité augmenter.

Trois enseignements majeurs peuvent être déduit de cette recherche (à retrouver ici : http://ftp.iza.org/dp11805.pdf) :

toutes les formes de délits sont concernés par ce taux de réduction. Ce que les chercheurs tentent d’expliquer, en partie, par le fait que les jeunes étant en classe, ils ne sont pas livrés à eux-mêmes, inactifs et traînant dans les rues. Quand les anciens le disaient : « l’inactivité est mère de tous les vices »…

– la baisse de la criminalité ne concerne pas que les jeunes, mais s’inscrit dans un phénomène durable. En effet, si la délinquance est un phénomène d’entraînement, un délit pouvant conduire à un autre, les « mauvaises fréquentations » se multiplier, l’illégalité inscrire dans la marginalité, la prison mener à la récidive -« Tout homme coupable est une éducation manquée qu’il faut refaire » affirmait Hugo en 1847-… la démarche inverse est aussi vraie. Échapper à la délinquance, ne pas y tomber à 15, 16 ou 17 ans, peut -et même si la scolarité plus longue ne conduit pas à une augmentation du nombre de diplômés, comme le montre cette recherche- offrir d’autres perspectives et donc transformer une vie.

Ainsi donc « Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. » comme le proclame Hugo dans son poème Écrit après la visite d’un bagne (1853).

– enfin, comme le conclut le Café pédagogique (http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/11/19112018Article636782097873965768.aspx) si « le crime ne paie pas. L’école, elle, paye. » Car ainsi calculé, l’investissement dans l’Éducation est rentable : pour un dollar investit, ce sont deux dollars que la société reçoit (ou économise). Une manière d’illustrer pour tous les économistes les paroles d’Abraham Lincoln « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »

Entre le budget de l’Éducation nationale et la réforme de la justice, voici une études aux résultats édifiants qui devraient bien être pris en compte (dans tous les sens du terme!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s