Publié dans Histoire sociale

Le 3 septembre 1939 : la France déclare la guerre à l’Allemagne, mais que va-t-on faire des enfants ?

Il y a 80 ans, le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne. Cela fait quelques heures que les Britanniques ont déjà adopté une mesure identique. Depuis le début de l’été, les tensions diplomatiques avaient monté d’un cran et les bruits de bottes se faisaient entendre. Ce sont surtout les relations entre l’Allemagne nazie et la Pologne qui se sont dégradées ces dernières semaines. Hitler négocie à la fin du mois d’août un pacte de non-agression avec l’URSS, ce qui lui laisse le champ libre pour attaquer les Polonais devenus une proie facile. Le 1er septembre, les Allemands se lancent à l’assaut de leur voisin et les Britanniques et les Français, alliés de la Pologne, ne peuvent que préparer la riposte. C’est le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale qui allait durer 6 ans et qui a causé le plus grand cataclysme de l’Humanité, avec plus de 60 millions de morts.

Protéger les enfants avant tout

Début septembre, personne n’imagine encore l’ampleur de la catastrophe, même si les plus informés savent que l’ennemi nazi est prêt à tout pour soumettre l’Europe puis le monde. La dernière semaine d’août a rendu l’ensemble de la population plus nerveuse et les autorités veulent anticiper tout risque d’engrenage vers une guerre généralisée. Ainsi, lorsque l’Allemagne lance un ultimatum le 30 août à la Pologne, il est décidé de l’évacuation des enfants habitant Paris. Tout se met en place rapidement : des trains spéciaux sont affectés, plusieurs départements loin de la région parisienne et des départements de l’Est sont sollicités pour accueillir les plus jeunes. En quelques jours, tout a été organisé et l’opération est une réussite : le 1er septembre la presse annonce que les enfants sont arrivés sur les lieux de destination et c’est plus de 31 000 écolières et écoliers qui ont été ainsi évacué.e.s.

Les choses se précipitent ensuite et les premières heures de septembre sont celles où les Françai.se.s prennent conscience de la venue de la guerre. Les départements voisins de l’Allemagne sont à leur tour touchés par les évacuations d’enfants, mais aussi de la population civile, les grandes villes cherchent elles aussi à mettre à l’abri les plus jeunes en cas de bombardements. L’administration travaille nuit et jour pour dresser les plans d’évacuation et accueillir les enfants dans de bonnes conditions. Il faut dire que c’est encore une période de vacances scolaires et que cela peut freiner les opérations. Institutrices et instituteurs sont des aides précieuses pour mener à bien les évacuations partout en France, aidant aussi les parents à accepter l’angoisse du départ vers des lieux plus sereins. Mais la mobilisation générale va freiner le bon déroulement de cette mise à l’abri : ce sont 25 000 instituteurs qui sont mobilisés alors que la rentrée est prévue pour début octobre !

La mobilisation des instituteurs et de leur syndicat

Le vendredi 1er septembre, la France annonce la mobilisation générale. Plus de 25 000 instituteurs qui rejoignent rapidement les casernes pour faire face à l’ennemi nazi. C’est tout le système scolaire français qui est déstabilisé par l’entrée en guerre, avant même la reprise officielle des cours. Comment ouvrir les classes alors que de nombreuses écoles sont réquisitionnées, que des milliers d’enfants ont été évacués à la campagne, surtout si les maîtres manquent pour faire cours ?

Même si le déclenchement de la guerre n’entraîne pas encore de combats généralisés et si la France s’installe pour plusieurs mois dans une « drôle de guerre » où les armées ennemies se font face sans s’affronter, tout le monde comprend néanmoins que la violente déflagration va bientôt avoir lieu. Pour y faire face, toute la population se tient prête. Dans le monde scolaire, le Syndicat National des Instituteurs apporte sa pierre à l’édifice de défense nationale. Le premier numéro de son journal qui sort après la déclaration de guerre affirme : « Le Syndicat continue : avec lui toutes les tâches sociales et humaines qui sont ses raisons d’être. »

Peut-on encore espérer la paix sans vendre son âme au diable ?

On a parfois du mal à le comprendre aujourd’hui, mais le Syndicat national des instituteurs a alors un poids déterminant dans le monde scolaire : plus de 100 000 instituteurs y sont syndiqués sur un total de 120 000, ce qui suffit à montrer sa puissance dans l’éducation primaire. C’est André Delmas qui en est le principal représentant au déclenchement du conflit et il est à la tête d’une équipe rajeunie et très active. Né en 1899, il a commencé sa carrière d’instituteur à Montauban et devient le responsable national du SNI en 1932. Il fait partie des instituteurs qui sont mobilisés dès les premiers jours de septembre. Delmas, à la différence de beaucoup d’autres n’a pas connu la Première Guerre mondiale, puisqu’il était trop jeune. Cela ne l’a pas empêché d’être un des plus fervents pacifistes, faisant du SNI le fer de lance syndical du pacifisme en France et cela jusqu’aux dernières heures de la paix. À la fin du mois d’août, il tente avec quelques amis de lancer un appel pour la paix qui rassemblerait Britanniques, Belges et Français. La tentative échoue, mais un appel pour la paix réunissant les syndicalistes en France est publié les 29 et 30 août dans la presse de gauche :

« L’Europe est aujourd’hui au seuil de la guerre. Des millions de vies humaines seraient sacrifiées dans un conflit international où chaque peuple assisterait à la destruction barbare de ses villes et des richesses accumulées par des générations de travailleurs (…) Dans ces heures de péril, l’opinion ouvrière se doit de maintenir sa tradition toujours vivante d’attachement à la paix (…) Travailleurs d’Europe, aucun de vous ne peut concevoir la catastrophe sans apporter sa raison et son cœur à la cause de la paix. »

Même si quelques heures plus tard, un tel appel à la paix est rendu caduc par la déclaration de guerre, beaucoup de militants du SNI continuent d’être pacifistes, viscéralement, niant la réalité et les ambitions du nazisme allemand. Ils ne veulent pas d’une nouvelle guerre, surtout ceux qui ont vécu la Grande Guerre. Mais peut-on encore être pacifiste en septembre 1939 face à Hitler ? Une telle question divise au sein du mouvement syndical des instituteurs depuis déjà plusieurs mois, voire des années : elle va rapidement briser l’entente et les amitiés d’autrefois, créer des ruptures définitives et pousser vers l’acceptation de la défaite quelques mois plus tard pour certains, ou vers le refus de l’occupation allemande pour d’autres. Mais le 3 septembre 1939, nous n’en sommes pas encore là. Beaucoup en France veulent garder comme préoccupation première la protection des enfants afin de leur éviter les tourments de la guerre, parce que pour reprendre les mots de Marc Bloch écrits dans L’Étrange défaite « Il est un de ces tableaux (…) auquel je sens bien que je ne m’habituerai jamais : celui de la terreur sur des visages d’enfants fuyant la chute des bombes, dans un village survolé. Cette vision-là, je prie le ciel de ne jamais me la remettre sous les yeux, dans la réalité, et le moins souvent possible dans mes rêves. Il est atroce que les guerres puissent ne pas épargner l’enfance, non seulement parce qu’elle est l’avenir mais surtout parce que sa tendre faiblesse et son irresponsabilité adressent à notre protection un si confiant appel. »

Pour aller plus loin :

Olivier Loubes, L’école l’identité, la nation. Histoire d’un entre-deux-France, 1914-1940, Belin, 2017.

Matthieu Devigne, L’école des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre, PUF, 2018.

André Delmas, Mémoires d’un instituteur syndicaliste, Albatros, 1979.

Illustration : Le Populaire du 1er septembre 1939

Publié dans Histoire sociale

Candidater au Prix Maitron, c’est maintenant

En décembre dernier Gaëlle Boursier recevait le Prix Jean Maitron pour son mémoire de master

« Nous ne resterons pas les bâtards de la sidérurgie »

Histoire de la grève des Batignolles, janvier-mars 1971, Nantes

Le prix Jean Maitron, du nom d’un instituteur syndicaliste créateur du Centre d’histoire sociale de l’université Paris 1 où il fut maître de conférences, créé et financé par l’UNSA Education (ex FEN) est attribué par un jury d’historiens et de syndicalistes.

Il récompense un mémoire de master (ou équivalent sauf thèse) qui prolonge l’œuvre de Jean Maitron dans les domaines du mouvement social, du mouvement ouvrier, du syndicalisme… aux XIX, XX et XXIème siècle en France ou à l’étranger. De nombreuses disciplines peuvent être concernées : l’histoire bien entendu, mais aussi la géographie, les sciences politiques, certains secteurs du droit, de la sociologie, de la littérature comme des sciences de l’éducation.

Le montant du prix est de 1500 euros.

Pour candidater c’est très simple. Il suffit d’envoyer le mémoire en pdf à therese.lortolary@univ-paris1.fr et ce avant le 15 septembre.

La remise du prix auara lieu début décembre.

Publié dans Histoire sociale, Recherches, vu, lu pour vous

« L’Europe : un espace plutôt qu’un territoire » selon Arnauld Leclerc

Les élections européennes auront lieu dans 10 jours. Dans le cadre d’une réflexion/formation sur l’Europe, le [C@mpus] du Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation a organisé un échange avec Arnauld Leclerc professeur des universités, directeur de la chaire de philosophie de l’Europe à l’université de Nantes

Cet article tente de mettre en évidence les points saillants de l’exposé et des riches échanges qui ont eu lieu entre notre intervenant et les militants fédéraux.

Pour débuter sa présentation Arnauld Leclerc a rappelé quelques données certes connues, mais que l’on oublie trop souvent.

L’Europe est

la 3ème zone démographique du monde,

la 1ère zone économique et d’investissement,

la 1ère zone commerciale du monde,

la 2ème zone monétaire du monde,

la 1ère puissance agricole mondiale mais aussi la 1ère pour les services,

la 1ère zone touristique (elle accueille 1 touriste sur 2).

Avec 7,8% de la population mondiale, elle concentre 30% de la richesse mondiale.

Dans les 6 mois qui viennent, toutes les instances de la communauté européenne vont être renouvelée (Parlement, Commission, Présidence du Conseil de l’Union, Présidence de la BCE).

Nous sommes donc à une période importante pour l’Europe qui s’est façonnée au fil de l’histoire et dont on peut mettre en lumière trois étapes, trois époques  de construction :

l’enfance de l’Europe : qui porte en elle une image un peu romantique, naïve mais qui symbolise l’espoir de paix (Kant)

l’adolescence de l’Europe (aux XIXè et XXè siècles) qui voit la montée des nationalismes et également une conception européenne portée par le nazisme

l’âge adulte de l’Europe, depuis la Libération qui construit une Europe économique, politique, culturelle.

Cette Europe politique s’inscrit dans une construction progressive reposant sur les notions :

d’État de droit

d’économie de marché…

• …à vocation sociale

de démocratie

Pourquoi faire l’Europe ?

Essentiellement pour la paix.

Et cet argument tient jusqu’au traité de Maastricht et la chute du mur de Berlin.

Face à la crise des années 1990, la paix n’est plus une justification. Apparaissent alors les premières réticences, voire résistances, longtemps masquées par un consensus permissif, mais renforcées par la crise de 2005, l’euro, les migrations.

2 grandes questions sont aujourd’hui en débat :

– L’Europe doit-elle avoir une fonction politique ou seulement une fonction économique ?

– Quelle doit être la place de l’union européenne face à la mondialisation et son flux de communication

Les réponses à ces questions entraînent quatre positionnements distincts que l’on peut représenter ainsi :

Pour une Europe politique

Contre une Europe politique

Contre la mondialisation

L’Europe forteresse (fédéralistes)

Repli sur l’Europe des Nations

Pour la mondialisation

Europe cosmopolite et transnationale (plus une vision intellectuelle que politique)

L’Europe du grand marché (Anglais)

L’enjeu des élections à venir est de voir quel est le modèle qui progresse, avec le risque d’une montée des partis populistes (des droites extrêmes), un affaiblissement des groupes majoritaires (le PPE à droite, les sociaux-démocrates à gauche). La question du poids du futur parlement se pose.

Quelques éléments du débat :

Le consensus permissif ?

De 1957 aux années 1980 la majorité de l’opinion publique est favorable à l’Europe même si c’est sous la forme d’un chèque en blanc aux élites qui soutiennent ce projet. L’Europe est encore mal connue et pèse peu sur le quotidien des européens.

Après les années 1980 : l’opinion devient critique alors que l’essentiel des lois nationales ont une origine européenne.

Construire un espace politique européen entraîne forcément des oppositions. L’absence d’une construction identitaire pose problème et interroge le développement de l’union européenne : doit-il passer par la monnaie ? Par la défense ?…

De fait un consensus de façade cache de véritables différences de points de vue qui finissent par éclater (Brexit)

L’Europe : un territoire ?

L’Europe, c’est moins une géographie physique qu’une géographie intellectuelle. L’Europe est davantage un espace, régulé et pacifié par des outils juridiques. Ce n’est pas un territoire avec un modèle vertical, mais plutôt des relations horizontales entre les différentes sociétés qui la composent.

L’identité européenne ?

Elle se construit dans le relationnel. Elle est donc dynamique et inscrite dans le temps. Dans la construction identitaire c’est la relation à l’autre qui permet de se construire soi (Ricoeur). Il est donc nécessaire pour se définir de chercher à l’extérieur, les choses qui viennent d’ailleurs.

L’identité renvoie aussi à la citoyenneté. Il s’agit de valeurs, de droits, de projets partagés. Or la citoyenneté européenne est au niveau zéro. Les droits européens sont ridicules. 5 % des européens vivent en dehors de leur État, mais seulement 50 % d’entre eux utilisent les droits européens.

La défense européenne ?

Un projet qui n’a pas marché ? Tant mieux… S’il s’agit d’un soft power, d’une zone d’influence qui se redéfinit en permanence alors oui l’Europe a un rôle à jouer. Mais construire une défense armée instaurée une fois pour toute, cela peut être dangereux. L’Europe n’a pas vocation à devenir une puissance sur le modèle de l’État.

La monnaie européenne ?

Les pères fondateurs de l’Europe avançaient avec une logique de petits pas. La création d’un espace économique unifié (mené par J. Delors) devant conduire à la monnaie unique. La Théorie de Robert Mundell impose que les économies soient homogènes au sein d’une même monnaie. Or en Europe du Nord il y a un fort investissement entrepreneurial lié à l’industrie alors que l’Europe du Sud connaît un déficit structurel avec un niveau de formation des salariés plus faible et une économie qui repose beaucoup sur le tourisme ou des services non exportables. Pour que la monnaie unique puisse être viable il faut une économie de transferts : des mécanismes de régulation et une démarche solidaire. Ce n’est pas le cas dans l’union européenne actuelle, sauf à la marge.

L’Europe à plusieurs vitesses ?

L’Europe se construit par strates. Il y a toujours eu plusieurs cercles avec des pays membres et des coopérations renforcées. L’Europe d’Erasmus (33 pays) n’est pas celle de la Recherche, de Schengen, de l’Euro (17 pays)…

L’Europe est un ensemble de politiques avec, à chaque fois, des tours de table différents qu’il s’agit de coordonner.

Espace politique européen ?

En fait il s’agit d’un espace démocratique transnational. Le cœur des politiques reste dans les États. On reproche souvent à la commission ce que l’on ne reprocherait pas à sa mairie, alors que le fonctionnement européen est très transparent et que c’est la Conseil de l’Union, c’est-à-dire la réunion des chefs d’État qui a de plus en plus le pouvoir. La difficulté est de trouver des compromis entre la Commission, le Parlement et le Conseil.

L’Europe politique repose sur une logique de compromis entre les groupes politiques au Parlement, entre les États au Conseil, entre la Commission, le Parlement et le Conseil. Ce système empêche la constitution d’un espace politique classique. Ainsi en 2000 tous les gouvernements des pays européens étaient à gauche comme le Parlement et la Commission, en 2010, ils étaient tous passés à droite. Or, les orientations politiques n’ont pas changé. Construire un espace politique européen suppose des lieux de débat, de critique dans les différentes sociétés européennes mais où les options politiques sont lisibles.

Quitter l’Europe ?

Avant le Brexit, beaucoup d’États se posaient la question et la tentation aurait été forte si cela avait positif. Mais les effets assez lourds du Brexit, même s’ils affectent peu l’économie, pour l’instant, et ont fait chuter la monnaie britannique de 15 %, refroidissent. Il faudra attendre le bilan, mais déjà l’impact politique en Angleterre est conséquent. Du coup, la plupart des partis populistes de droite ont renoncé à présenter la sortie de l’Europe comme une option (ex : le FN, le parti d’extrême droite suédois…). Il y peu de rêves de rupture aujourd’hui.

Plus d’Europe, mieux d’Europe ?

Il y a une demande de sens de la construction européenne. Il s’agit de retrouver un projet global. Il devrait être dans sa vocation sociale. Mais comment conserver une protection acquise il y a 70 ans et régulièrement remise en cause ? Il s’agit de faire que ces mécanismes sociaux ne se délitent pas alors que l’Europe a les plus fortes dépenses sociales du monde.

L’idée n’est pas de faire plus d’Europe à Strasbourg ou à Bruxelles, mais il faut surtout faire vivre l’Europe, l’idée européenne, parler de l’Europe dans les territoires nationaux. Pour se développer l’Europe doit occuper plus de place dans les médias, l’éducation, la réflexion quotidienne dans chaque pays membre de l’union.

Le point fort ?

C’est de ne pas raisonner à l’échelle d’une société mais d’un ensemble de 500 millions de citoyens qui pèse dans un monde globalisé.

Le point faible ?

Le risque de délitement des mécanismes sociaux.

 

Pour en savoir davantage sur Arnauld Leclerc et ses travaux : https://www.univ-nantes.fr/version-francaise/m-arnauld-leclerc-225989.kjsp

ainsi que sur la chaire de philosophie européenne de Nantes : https://alliance-europa.eu/fr/

Publié dans Histoire sociale

Quelle fonction publique pour quelle société ?

Il y a dix ans, en introduction de son livre La fonction publique (La Découverte, 2009), Luc Rouban écrivait ces mots :

« Le principe même d’une fonction publique soumise aux règles rigoureuses d’égalité et d’impartialité traduit la recherche historique d’un ordre républicain et du règne de la loi. Il dépasse les exigences de la vie démocratique pour se revêtir des attributs de la scientificité propres à la République. Les idées de concours de recrutement, d’égal accès aux emplois publics, d’égal traitement des usagers (placés dans des situations identiques) font appel à une rationalité de nature scientifique où il est question d’intervenir sur le monde social de manière équitable parce qu’objective et reproductible suivant des protocoles réguliers. En ce sens, la routine, les formulaires, la paperasserie, qui semblent toujours accuser la fonction publique de quelque paresse intellectuelle, sont aussi les preuves de la systématicité et de la durée. La fonction publique ne constitue pas seulement un ensemble de moyens humains mis au service d’une gestion industrialisée du social. Elle forme aussi un univers humain riche de ses différences, complexe, constituant pour une bonne part la mémoire des temps modernes. On ne peut donc s’arrêter au constat du développement bureaucratique analysé par Max Weber [Weber, 1971]. Plus qu’un produit fonctionnel d’une société mécanisée, la fonction publique constitue en bonne part le tissu vivant de notre modernité.

Cette forte spécificité sociopolitique a toujours focalisé des débats intenses. Sujet d’opprobre ou d’indifférence pour les libéraux, vitrine de promotion sociale ou terrain d’expérimentation pour les socialistes, motif de dérision ou de scandale pour les versions multiples du populisme, la fonction publique donne l’impression d’être la partie la plus malléable, réformable, et donc accessible du système politique. Débats contradictoires qui dénoncent, alternativement, la gabegie d’un système irresponsable, l’inefficacité de l’intervention ou l’inefficience du fonctionnariat. Changer le système de la fonction publique est apparu comme le moyen le plus simple de transformer les règles du jeu politique sans trop toucher à l’équilibre des intérêts sociaux. La transformation de la fonction publique contemporaine est donc à la mesure des enjeux politiques liés à l’évolution de l’État et de la démocratie. »

Nul doute que l’analyse de la « fabrication » de la fonction publique française met en évidence une approche républicaine idéalisée, d’un fonctionnaire (à l’image des instituteurs, hussards noirs de la IIIème République) devant être protégé des pressions du politique afin de faire vivre, à la force de sa conviction et de son désintéressement personnel, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité au bénéfice de toutes les citoyennes et de tous les citoyens. D’où le recours à un statut pour les fonctionnaires, les protégeant contre l’arbitraire et le favoritisme toujours possible du pouvoir politique et leur permettant, en dehors de toute pression, d’assumer leurs missions, dans le seul souci de l’intérêt général.

Évidemment, la naissance de la fonction publique moderne doit d’abord être rattachée au dernier siècle de l’Ancien Régime. L’institutionnalisation qui sépare le politique de l’administration est renforcée par la Révolution et l’Empire et devient la marque d’un nouveau système politique. « Creuset où se rejoignent la tradition et le changement », la fonction publique est alors porteuse de « toutes les ruptures ou de tous les héritages » revendiqués par la République.

Quant au statut de fonctionnaire institué en 1946 « révisé à la baisse en 1959 puis élargi en 1983 » Luc Rouban montre dans un autre texte (Rouban, Luc. « Le statut des fonctionnaires comme enjeu socio-historique », Revue française d’administration publique, vol. 132, no. 4, 2009, pp. 673-687), qu’il est le fruit « de longues périodes de maturation politique où le jeu des acteurs a basculé sans cesse entre l’idée d’appliquer aux fonctionnaires un régime de droit spécifique et l’idée de les assimiler aux salariés du secteur privé, quitte à préserver quelques mesures spécifiques pour les corps participant directement à l’exercice de la puissance publique. »

Depuis, il n’a été de cesse de vouloir réformer la fonction publique. Pour adapter son fonctionnement aux injonctions du marché ? Pour lui donner les règle du management des entreprises privées ? Pour la rendre plus performante ? Pour diminuer ses coûts en personnel ?

Réate, lolf, RGPP… autant de sigles barbares qui ont voulu symboliser cette nécessaire transformation.

Aujourd’hui, il s’agirait de modernisation.

La fonction publique serait-elle malade de son statut ? comme l’interrogeait Jacques Caillosse dans le chapitre 3 de l’ouvrage qu’il dirigea La constitution imaginaire de l’administration (aux Presses Universitaires de France, 2008, pp. 113-144).

A moins que, comme le suggère Luc Rouban (dans la deuxième partie de l’extrait cité plus haut), s’attaquer à la réforme de la fonction publique, demeure la plus simple des manières de tenter d’agir sur le fonctionnement du système politique sans heurter les fragiles équilibres des institutions (et peut être aussi les intérêts du « personnel politique ».)

Moins , voire pas protégé, le fonctionnaire ne ferait-il pas un fusible facile en cas de crise ?

Alors que, dans bien des discours, sa culpabilité semble déjà acquise, il n’est certainement pas inutile de rappeler que la fonction publique correspond à un projet politique, celui de l’idéal de la République et de ses valeurs. Resterait alors à se demander à quelle nouvelle société, à quels enjeux démocratiques et citoyens correspondrait le fait de la « moderniser »…

Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

Fleurs de mai

Blanches clochettes porte-bonheur ou révolutionnaire fleur rouge sang… si le 1er mai fête les travailleuses et les travailleurs, il est aussi lié aux fleurs. Et ce depuis fort longtemps.

Jean-Paul Coudeyrette sur le site Compilhistoire (http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/premiermai.html) indique que dès la Rome antique, cette période de l’année donne lieux à des fêtes l’honneur de Flora, déesse sabine des Fleurs et des Jardins et mère du Printemps. Et que l’apogée de ces agapes était atteinte le 1er mai. Ce nom même de mai, en latin « maius » « désignait le mois consacré à Maia, une des Pléiades, fille du titan Atlas et mère de Mercure, déesse romaine du Printemps et de la Croissance, dont le nom provient de la racine sanscrite « mah » (= croître, nourrir). »

Ovide (-43 à 17) évoque également l’instauration d’un culte, le 1er mai, à Rome, à la demande de la vestale Claudia, pour rendre hommage à Bona Dea (la Bonne Déesse). De même que plus tard, des moines au IIIe siècle font correspondre dans le Livre des Invasions de l’Irlande (Lebor Gabâla Erenn), qui raconte la préhistoire mythique de l’Irlande, le 1er mai avec la fête solaire celte de Beltaine, qui signifie feu du dieu Bel.

Renaissance et épanouissement de la nature, le début du mois de mai est ainsi traditionnellement célébré : grandes assemblées appelées « Champs de mai » chez les Francs, vertus curatives du « beurre de mai« , « Maiwein » vin aromatisé de la région d’Arlon en Belgique, « Nuit de Walpurgis » ou « Nuit des sorcières » pour la nuit du 30 avril au 1er mai « durant laquelle les sorcières mènent sabbat», « arbre de mai » en Allemagne…


Premier lien avec le monde du travail : au Moyen Age, pour de nombreuses corporations d’artisans, le 1er mai était l’une des grandes dates de démarrage des contrats d’apprentissage. Et il semble que ce premier jour mai était férié dans de nombreuses contrées.

Pour autant, lorsqu’il c’est agit de placer une fête des travailleurs ou du travail, de nombreuses autres dates ont tout d’abord étaient choisies : le 19 septembre puis le 20 janvier sous la révolution, le 4 mars en 1848 dans les colonies française en commémoration de la date de l’abolition de l’esclavage. C’est en fait la répression dans le sang de rassemblements organisés par les syndicats aux USA le 1er mai 1886 pour revendiquer la journée de 8 heures, qui décidera de consacrer cette journée aux travailleurs. Les ouvriers américains font encore grève les 1er mai 1887, 1888 et 1889.


Et pour revenir aux fleurs de mai… Le 1er mai 1890, les manifestants portent un petit triangle rouge symbolisant la journée idéale (les 3 x 8 : travail, sommeil, loisirs) ; triangle qui sera remplacé plus tard, par une églantine rouge symbole de la Révolution et fleur traditionnelle du Nord de la France Maurice Barrès (Cahiers, t. 11, 1917-18, p. 214) qualifiera ainsi les socialistes et les communistes « d’églantinards ».

On sait les blessés et les morts victimes des répressions des 1er mai suivants (1891 à Fourmies : 9 morts et une soixantaine de blessés ; 1894, près de Chicago, 2 morts ; 1906, à Paris,800 arrestations et beaucoup de blessés…


L’églantine est aussi le symbole de ce sang versé.

Mais dès le 1er mai 1907, apparaît également lors des rassemblements et manifestation, « le muguet de mai (Convallaria majalis), fleur traditionnelle de l’Ile de France, symbole du printemps et du renouveau.»

La vente du muguet se répand peu à peu dans les rues et surtout à partir de 1936 avec l’avènement des congés payés.

L’affiche ci-dessus de l’Humanité en 1936 montre d’ailleurs Marianne arborant un brin de muguet et recevant une églantine.. deux porte-bonheur : efficaces semble-t-il puisque le Front Populaire remporta l’élection et organisa une immense manifestation le 1er mai 1937.

Ainsi muguet et églantine, fleurs de mai, symbole de renouveau, furent réunis pour célébrer les travailleuses et les travailleurs dans leur revendication permanente pour l’émancipation, pour l’épanouissement, pour vivre décemment et pleinement.

Aujourd’hui, « le 1er mai est férié dans au moins 107 pays du monde, ce qui représente au moins 67% de la population mondiale. »


Le travail, c’est une belle invention, parce que tout le monde croit que c’est sacré. (Roger Fournier, Journal d’un jeune marié, 1967)

Publié dans Formation, Histoire sociale, Recherches

Un regard syndical sur l’éducation permanente

Formidable levier possible d’épanouissement et de développement social et professionnel jamais réellement abouti, et/ou mécanisme au service des catégories les plus favorisées, inscrit dans des logiques concurrentielles et court-termistes ? L’éducation permanente est à la fois l’un et l’autre. Tels sont les résultats d’une recherche menée par Luc Bentz et Maxime Blanc au titre du Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation dans le cadre de l’agence d’objectifs de l’IRES.

De manière rétrospective, l’étude analyse l’évolution du modèle de formation des adultes en France entre 1959 et 2014 au prisme de la Fédération de l’Éducation nationale (FEN), puis, après 1992, de l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA). En reprenant en détail la construction légale progressive qui a conduit à la loi de juillet 1971, le rapport met en évidence les approches syndicales très longtemps « scolaro-centrées » de la FEN, la prééminence que revêtaient pour elle les interactions avec les enjeux de formation initiale (notamment professionnelle), jusqu’au « choc » de l’accord national interprofessionnel du 9 juillet 1970. Il analyse ensuite la prise en compte du sujet dans le projet d’« École de l’éducation permanente » (1973-1981) et ses avatars successifs. Il montre également l’importance de la « formation des adultes » dans la construction de la dimension interprofessionnelle de l’UNSA. Enfin, la dernière partie du travail présente de manière thématique, à partir des caractéristiques et des enjeux repérés par les acteurs professionnels du champ de la formation, le basculement des logiques de formation qui s’opère, devenant progressivement une démarche de responsabilisation et d’individualisation de la formation dans une approche désormais pensée presque exclusivement dans une logique professionnelle.

Lire la suite de « Un regard syndical sur l’éducation permanente »

Publié dans Histoire sociale, Recherches

« Libres ensemble » : sociologie des militants de l’UNSA

Qui sont les adhérents et les militants de l’UNSA ? Qu’est-ce qui les fédère ? Quelles sont leurs valeurs ?

C’était il y a quatre ans, lors du dernier congrès de l’UNSA. Ces questions se posaient et le Centre Henri Aigueperse, dans le cadre de l’agence d’objectif de l’IRES, commanditait une étude à l’Orseu sur la sociologie de l’UNSA au prisme ou au miroir de ses militants. Visant à mieux comprendre l’organisation dans ses dimensions humaines, il s’agissait aussi d’interroger le défi de l’union dans le respect de l’autonomie.

A partir de l’exploitation d’un questionnaire et d’entretiens, « Libres ensemble » est le résultat de cette recherche. « Libres ensemble » parce que pour les auteurs de l’étude « le sens et la philosophie d’action de l’UNSA sont dans cette association complexe entre liberté et solidarité commune. »

Lire la suite de « « Libres ensemble » : sociologie des militants de l’UNSA »

Publié dans Histoire sociale

Le syndicalisme enseignant à l’épreuve de mai 1968

« Le syndicalisme enseignant à l’épreuve de mai 1968 » tel est le sujet du colloque que l’HIMASE (Association pour l’histoire des militants associatifs et syndicalistes de l’Éducation) dont le Centre Henri Aigueperse – UNSA Éducation est membre, organise, sous la direction de Jacques Girault. à l’occasion de sa prochaine assemblée générale.

Ce colloque est ouvert à toutes et à tous, il se tiendra

mercredi 20 mars 2019 de 14h à 17 h à la Bourse du Travail,

salle Ferrer 3, rue du Château d’Eau, Paris 10° (métro République)

Plusieurs interventions sont prévues:

– « L’Université en crise. Le SNEsup en 1968-1969 » par Danielle Tartakowsky.

– « La place des enseignants en mai-juin 1968 dans le Dictionnaire biographique, Le Maitron » par Claude Pennetier.

– « Les commissions professeurs-élèves dans les lycées » par Alain Dalançon.

– « Des émeutiers à Puiseaux ? » par François Printanier.

Elles seront suivie d’une discussion générale avec les participants.

Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

Hommage à un militant de conviction et de communication : Alain Madoré

Il n’y a pas de syndicalisme sans les femmes et les hommes qui l’incarnent, le font vivre.

Il n’y a pas de défense des libertés sans celles et ceux qui s’y consacrent et en font le cœur de leur action.

Il n’y a pas de militants sans l’engagement de celles et ceux qui les accompagnent, les aident et leur permettent de se former.

Militant de conviction, chaleureux et engagé, développeur infatigable, formateur au dynamisme communicatif, Alain Madoré, qui vient de nous quitter, était tout cela. Il a su mettre sa disponibilité, sa bonne humeur, sa rigueur au service du syndicat des enseignants d’abord, tant régionalement qu’au niveau national, de la fédération (FEN puis UNSA Éducation) et de l’UNSA dont il a été le premier secrétaire régional en Bretagne.

Il y a dans les archives de l’INA cette petite vidéo dans laquelle, il prépare, en janvier 1994, avec quelques autres, la grande manifestation pour l’école publique.

https://www.dailymotion.com/video/xff8p8

Un bel hommage pour cet homme d’image et de valeurs, cet éducateur laïque, ce camarade et ami de l’UNSA dont nous saluons la mémoire, l’action et la fidélité alors que ces obsèques sont célébrées aujourd’hui.

Publié dans Histoire sociale, vu, lu pour vous

L’Europe, « le pari du cœur et de la raison »

Un peu plus de trois mois nous sépare des élections européennes.

Elles seront l’objet de nombreux débats et d’instrumentalisations politiciennes. Accusée de tous les maux, faire le choix de l’Europe semble aujourd’hui difficile. Mais pas plus qu’hier.

«…Au XXe siècle, il y aura une nation extraordinaire. Cette nation sera grande, ce qui ne l’empêchera pas d’être libre. Elle sera illustre, riche, pensante, pacifique, cordiale au reste de l’humanité […] Elle s’appellera l’Europe. Et aux siècles suivants, elle s’appellera l’humanité […] ».

Ainsi, c’est par ces mots enthousiasmants de Victor Hugo, que Guy Le Néouannic, alors secrétaire général de la FEN saluait le 21 septembre 1992, le vote favorable français au référendum en faveur de la ratification du traité de Maastricht.

Mais il ajoutait : « Il dépendra aussi de nous, du syndicalisme, de donner un contenu à ce pari du cœur et de la raison».

Car si la fédération a toujours affiché sa défense de la construction européenne, en revendiquant « une Europe démocratique et sociale, celle des citoyens et de la culture», elle savait que le traité ne répondait pas parfaitement à ses orientations mais pouvait «être la voie qui y conduit ».

Pour donner du sens à cette ambition Européenne et avancer sur cette voie, les élections de 2019 ont toute leur importance.

Renouveler le choix du cœur et de la raison pour l’Europe passe par une connaissance juste du fonctionnement, des pouvoirs, des orientations et des politiques européennes.

Le premier module du [c@mpus], l’espace numérique de formation du Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation qui débutera en mars sera consacré à l’Europe. S’il reviendra sur l’histoire de la construction européenne, il permettra aussi d’appréhender l’importance de l’Europe dans nos vies quotidiennes.

Et qu’en est-il dans le domaine de l’Éducation ?

« Questions d’Éduc. » consacre son n°36 de ce mois de février à cette interrogation « Europe et Éducation : quels liens ? », avec un sommaire divisé en trois parties pour mieux entrer dans les débats européens :

  • L’Europe présente dans le débat éducatif

  • Regarder ailleurs

  • Engagé.e.s pour et avec l’Europe

numéro à télécharger ici : https://nuage.unsa.org/index.php/s/MJi9BIwvh1neuwP#pdfviewer

Des outils de formation indispensable pour se sentir citoyen.ne européen.ne « de cœur et de raison », pas seulement le jour des élections.