Publié dans vu, lu pour vous

Climat : une ambition qui mérite plus qu’un débat cosmétique

A l’exception de quelques grandes causes (guerre de décolonisation, mai 68, CPE,…) il est finalement assez rare que les élèves (essentiellement les lycéens) se mettent en grève pour des raisons autres que scolaires ou universitaires. C’est-à-dire pour des questions qui les concernent immédiatement, dans leur univers proche.

Aussi, l’appel à « une grève pour le climat » pour ce vendredi 15 mars à la suite de la mobilisation de la lycéenne suédoise Greta Thunberg,  ( voir notre article précédent : centrehenriaigueperse.com/2018/12/14/avenir-environnemental-et-si-la-lecon-venait-des-plus-jeunes) est à considérer comme un événement extra-ordinaire, au sens littéral, en dehors de toute action ordinaire.

Il peut alors être tentant de chercher à la ramener dans la « norme » du système scolaire, comme le fait le ministre de l’Éducation nationale en imposant à tous les lycées d’organiser un débat sur le climat le 15 mars de 16 heures à 18 heures argumentant que « structurer une idée va beaucoup plus loin que d’aller dans la rue. »

Certes, une marche, une journée de grève, une manifestation ne suffiront pas. Mais la revendication n’est pas là. Il ne s’agit pas du besoin d’une énième réflexion, mais d’une demande d’action, d’un appel à la prise de conscience des dirigeants, de l’exigence d’une politique environnementale.

Ce « sujet du climat mérite mieux que des actions cosmétiques » affirme Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN-Unsa. C’est justement ce que les jeunes cherchent également à dire. Que si leur avenir se jouent à l’École, celui de l’humanité nécessite une action immédiate pour lutter contre le réchauffement climatique. Et que le premier n’a de sens que si le second est assuré.

L’ampleur de la mobilisation sera connue vendredi. Mais, il s’agit d’une démarche citoyenne qui d’ores et déjà doit être reconnue comme telle. Elle mérite pour le moins une prise en compte. Des réponses concrètes pourraient être apportées rapidement. Par exemple dans le projet de loi relatif à l’énergie et au climat dont la présentation en conseil des ministres a été repoussés parce que « le président souhaitait que des modifications soient réalisées, afin d’en accroître encore les ambitions », selon l’Élysée.

Une occasion pour entendre l’appel de la jeunesse et d’y répondre à la hauteur des enjeux…

Pour une fois ce sont peut-être eux qui ont une leçon à donner !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s