Publié dans Histoire sociale

L’Histoire et les séries télévisées

Sollicité par les Cahiers de l’Atelier dont le n° 562, paru il y a quelques jours, le 16 janvier, est consacré à « Enseigner et transmettre l’histoire », Benoit Kermoal a rédiger un article intitulé « Les séries sont-elles utiles pour transmettre l’histoire ? »

En voici un extrait :

Dans quelle mesure les séries, qui connaissent une audience croissante depuis plusieurs années, peuvent-elles fournir une porte d’entrée dans la découverte d’une époque, ou d’un événement ? Sans être dupe des limites de la fiction, Benoît Kermoal souligne néanmoins quelques vertus pédagogiques de ces séries.

La série Watchmen, tirée de l’œuvre culte de David Gibbons et d’Alan Moore1, vient d’être diffusée aux États-Unis et dans le reste du monde. Mettant en scène des super-héros dans une époque imaginaire, elle s’ouvre pourtant sur un fait historique réel : le massacre de Tulsa (Oklahoma) qui causa plusieurs centaines de morts parmi la communauté afro-américaine en 1921. L’ensemble de la série se déroulant dans une époque alternative à la nôtre, on ne comprend pas tout de suite que ce fait a réellement existé et qu’il ne sort pas de l’imagination des scénaristes de cette fiction. Ce prologue pose une partie des enjeux de l’intérêt des séries pour les historien-ne-s et pour les professeur-e-s d’histoire-géographie : peut-on les utiliser comme un moyen d’information et de transmission sur des sujets historiques ? Ces œuvres de fiction ne risquent-elles pas d’entraîner des confusions entre des faits imaginés et des faits historiques ? Quelle est plus globalement la vision du passé de ces séries de plus en plus plébiscitées par les jeunes et les moins jeunes ? Pour répondre à ces questions, il faut avant tout prendre au sérieux cet élément omniprésent dans la culture populaire d’aujourd’hui.

[…]

Cahiers_de_l_Ate_5e17365252e81
Retrouvez l’ensemble de l’article de Benoit Kermoal dans le n°562 des Cahiers de l’Atelier « Enseigner et transmettre l’histoire », http://www.editionsatelier.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=bookshop-flypage.tpl&product_id=794&category_id=50&manufacturer_id=1&option=com_virtuemart&Itemid=1

 

 

 

1 Alan Moore, David Gibbons, Watchmen, DC Comics, 2009.

Publié dans Recherches

Mieux accueillir et accompagner les enfants allophones

« Décloisonner les actions éducatives à l’endroit des élèves dits allophones, faire de l’élève qui vient d’ailleurs un vivier de connaissances, répartir la charge de la responsabilité de l’inclusion entre deux enseignants et non un seul par la création d’un binôme de coordination entre l’enseignant de français et un enseignant d’une discipline scientifique, mettre les sciences au cœur des dispositifs de soutien, positionner le formateur CASNAV au centre de l’animation de la politique publique, prévoir une médiation psycho-sociale sous l’égide des assistantes sociales scolaires » telles sont avec la formation l’adaptation aux territoires et l’augmentation des moyens, les principales préconisations de la recherche « EDUCINCLU Éducation inclusive des enfants et jeunes primo-migrants : Élèves et professionnels du champ éducatif face aux enjeux de l’inclusion » consacrée à l’accueil et l’accompagnement des enfants allophones.

Dans un contexte marqué par l’augmentation des flux migratoire, cette étude, commanditée par le Centre Henri Aigueperse – UNSA Éducation dans le cadre des agences d’objectifs de l’IRES et coordonnée par Maïtena Armagnague et Isabelle Rigoni, maîtresses de conférences à l’INSHEA/Grhapes, porte sur la scolarisation des élèves désignés comme allophones et nouvellement arrivés (EANA) dans trois académies françaises très contrastées : une en Île-de-France, Bordeaux et la Guyane.

Comment plus de 60 000 EANA aux profils très hétérogènes (niveau de scolarisation antérieure, niveau de langue…) sont-ils accueillis dans les établissements scolaires, et dans des territoires eux mêmes très hétérogènes (métropole/Guyane ; territoires paupérisés/favorisés ; milieu urbain/rural) ? Pour les équipes éducatives, comment se centrer sur les apprentissages en isolant les facteurs perturbateurs (précarité économique, administrative) ; n’est-ce pas illusoire et comment y faire face ? Comment accompagner, soutenir et former les professionnels à ces fonctions ?

Pour donner des réponses à ces principales questions, une équipe de 12 chercheurs, principalement en sociologie et en sciences de l’éducation a mené l’étude et a donné lieu à un rapport de recherche de 230 pages contenant 17 préconisations concrètes.

Dans sa première partie, le document restitue les grandes lignes des expériences enfantines et juvéniles ainsi que celles des acteurs éducatifs les prenant en charge dans le cadre scolaire. Elle est organisée en fonction d’une entrée par territoires, apparue fondamentale de par l’ancrage profondément situé des dynamiques scolaires et migratoires.

La seconde partie du rapport met en lumière le rôle des acteurs socio-éducatifs, professionnels ou bénévoles intervenant auprès des enfants et jeunes migrants en dehors du champ scolaire. Un portrait des interventions différenciées est dressé selon les territoires, notamment en fonction des ressources disponibles, afin de saisir les dimensions plurisectorielles et interprofessionnelles de l’accompagnement éducatif, tout en travaillant sur la façon dont s’opère l’articulation et la coopération entre les acteurs éducatifs scolaires et non scolaires. Dans ce cadre est particulièrement analysée l’étude des collaborations entre différents acteurs et institutions éducatives, à savoir les possibilités de construction d’une coopération entre l’École et le secteur socio-éducatif autour de la question de la scolarisation des EANA. Les rôles et les fonctions de chacun de ces protagonistes éducatifs, les différents acteurs scolaires, socio-éducatifs et les familles, sont également étudiés.

Enfin, le rapport conclut sur une série de préconisations liées aux moyens et aux modalités relatifs à la fois à l’accompagnement professionnel et à la formation des équipes éducatives dans le contexte d’une École inclusive ; à l’enseignement des langues et des sciences, en tenant compte des connaissances déjà acquises par les élèves ; à l’organisation des plannings et des examens.

Une synthèse du rapport est disponible ici : Synthese_EDUCINCLU_Final-1

Pour lire le rapport de recherche : Rapport_Educinclu

Publié dans quoi de 9 ?

De l’importance de l’Éducation dans le [Quoi de 9 ?] d’octobre

L’avenir se construit par l’Éducation…

tel pourrait être le message essentiel des 9 infos du [Quoi de 9 ?] de ce mois d’octobre.

  • C’est en effet, ce qu’affirme Joseph Stiglitz en valorisant l’économie de la connaissance dans son dernier livre, comme c’est le sens du rapport de l’OCDE sur « les grandes mutations qui transforment l’éducation ».

  • C’est également ce qui est contenu dans un apprentissage du regard qui développe des « émotions démocratiques ».

  • C’est aussi l’objectif d’ « apprendre le temps » afin de mieux savoir l’appréhender, le gérer, vivre avec, sans qu’il ne soit un nouveau facteur d’inégalités, en particulier sociales.

  • C’est encore ce qui est en jeu lorsque l’enseignement quitte la salle de classe pour être au plus près de son environnement et du vécu des élèves, dans une « étude du milieu » qui, selon les époques, a été nommée « classes promenade », « leçons de choses » ou « éveil ».

  • Nul doute que le cri d’alarme de Greta Thunberg interroge aussi une éducation à l’environnement, au développement durable, à l’écocitoyenneté.

  • Quant au travail des chercheurs pour articuler recherches, politiques et pratiques en Éducation, son but est clairement d’ouvrir, par une liaison renforcée entre les pratiques éducatives et les connaissances de la science, de nouvelles pistes pour une meilleure circulation des savoirs.

  • Si la Cour des comptes dépasse ses prérogatives en sortant du cadre stricte de l’analyse financière et budgétaire de l’EPS, le questionnement qu’elle suscite sur le lien entre l’enseignement du sport scolaire et les pratiques sportives en club ne peut qu’appeler une réflexion sur la place du sport dans l’Éducation et dans la société.

Le monde change et l’Éducation est un vecteur essentiel de sa transformation… une réflexion à retrouver aussi dans les ressources à lire, écouter et regarder et les rendez-vous que [Quoi de 9 ?] vous propose en ce mois d’octobre : quoi-de-neuf octobre 2019

Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Articuler recherches, pratiques et politique : clés de la réussite en Éducation

Comment articuler la recherche en éducation et la pratique pédagogique ?

Si elle n’est pas nouvelle, la question est au cœur de la réflexion éducative. Les évaluations internationales mettent en effet en évidence que les systèmes scolaires qui ont les meilleurs résultats sont ceux dans lesquels les enseignant.e.s sont considéré.e.s comme des expert.e.s et sont associé.e.s dans des équipes de recherches sur leur terrain professionnel.

L’observation mutuelle dans les classes, l’analyse collective de cours, l’expérimentation suivie de pratiques innovantes, la mise en œuvre analysée d’outils, de supports, de démarches… sont autant de dispositifs qui, étudiés conjointement de la part des professionnels et des chercheurs en Éducation, permettent des adaptations, des évolutions, des transferts, positifs à la fois pour les élèves et pour les enseignants.

Lorsque les politiques éducatives soutiennent, encouragent et valorisent cette approche, elles contribuent à une transformation du système scolaire vers une école de la réussite pour toutes et tous… une véritable école de la confiance.

Écrire et décrire les circulations entre recherches, politiques et pratiques, c’est la défi que s’est proposé de relever la Revue Française de Pédagogie pour célébrer son 200ème numéro. Et ce sont donc trois livraisons successives (https://journals.openedition.org/rfp/) qu’elle y a consacré du printemps dernier à cet automne : « La recherche en éducation en contexte non académique » (n° 200, comportant l’appel à contributions et 9 articles), « Espaces, acteurs et supports de médiation » (n° 201, introduction et 7 articles) et enfin « La recherche en éducation à l’interface du politique » (n° 202, introduction et 7 articles)

Claire Ravez de l’IFé en propose une analyse et des parcours de lectures thématiques (https://eduveille.hypotheses.org/). Elle met ainsi en évidence le regard institutionnel ou sur les institutions pouvant servir de médiation, « des approches plus historiques permettant de périodiser, de caractériser et de contextualiser la succession des modalités d’articulation entre recherches et politiques » , des études de cas « présentant les objectifs, modalités, réussites et difficultés de recherches collaboratives associant chercheurs et professionnels dans des configurations variées ». Elle relève également les interrogations « épistémologiques, méthodologiques et éthiques » des sociologues de l’éducation.

Tout en reconnaissant que « la richesse des 26 textes proposés permet certes d’embrasser et de comprendre la circulation des savoirs et des démarches de recherche au sein de contextes éducatifs variés », Claire Ravez propose enfin d’enrichir les « choix éditoriaux » de la Revue française de pédagogie, par d’autres pistes bibliographiques. Ainsi, elle suggère des lectures complémentaires permettant des approches relevant d’autres champs disciplinaires. Elle invite à approfondir la « diversité des expériences et rapports aux recherches en fonction des contextes professionnels » et en particulier à creuser la notion de « métiers intermédiaires ». Elle préconise de se pencher aussi davantage sur « l’appropriation des recherches en éducation dans le corps enseignant ».

De nombreuses pistes ouvertes tant le sujet et riche et important. En effet, la transformation en profondeur de notre système d’éducation ne se réalisera réellement, au profit de toutes et tous, qu’en articulant en cohérence et en complémentarité, recherches, pratiques et politiques éducatives.

P.S : A noter que le volume 3 (n°202) contient un article sur « La recherche en Éducation dans les travaux du Centre Henri Aigueperse »)

Publié dans Non classé

Assemblée générale. Bilan de l’année 2018, le choix d’une redynamisation

« Faire le bilan de l’année 2018, c’est avant tout rappeler le choix de notre assemblée générale extra-ordinaire du 13 mars 2018 : choix de redynamiser le Centre de Recherche, de Formation et d’Histoire sociale, de lui donner une nouvelle image, des moyens pour agir, des missions au service de l’UNSA Éducation et de ses syndicats et de mesurer le chemin parcouru depuis 18 mois. »

Vous pouvez consulter ici le document de l’Assemblée générale du 11 septembre 2019 faisant le bilan de l’année 2018 : AGO 2019-3

Publié dans La revue

(7) lieux… au sommaire de [R]

Le territoire est à la mode.

Il est à toutes les sauces. A chaque problème une solution locale. A chaque initiative, un enracinement territorial. A chaque projet, son espace.

Mais à bien y réfléchir, le territoire n’est pas si facile à définir. De l’espace infini à la proximité, le territoire, nous file entre les doigts, comme une notion polysémique insaisissable, un mot valise invitant au voyage.

Choisissons alors de parler de lieux.

Lieux physiques que l’on peut circonscrire et analyser

étude milieu image

[R]appeler que l’école n’est pas isolée. Qu’elle s’inscrit dans un environnement. Et qu’avant d’être sensible aux questions d’écologie, les études du milieux ont proposé que l’enseignement dépasse les murs de la cour de récréation pour y inclure ce qui entoure l’école, le village, la ville, la nature, les habitants…

[R]eposer la question de l’Europe, au lendemain des élections et des désignations des principaux responsables des institutions communautaires. S’interroger sur les défis que notre espace commun, au-delà de son organisation territoriale physique, a désormais à relever.

[R]éflechir avec le maire de la ville de Metz, Dominique Gros, à l’issu de son deuxième et dernier mandat, à la construction d’une cohérence politique centrée sur l’éducation et la culture, dans le périmètre d’une ville qui se veut attractive pour ses habitants, mais aussi pour les voisins de passage.

[R]egarder comment les Québécois ont élaboré leur système éducatif non pour le copier, mais pour le connaître et le comprendre, voir les enseignements qu’il peut apporter, les solutions mises en œuvre, les spécificités développées de l’autre côté de l’Atlantique, là où l’usage de la langue française reste un défi.

Lieux symboliques aussi :

Mise en page 1[R]edire que la langue est plurielle. Qu’elle est identité et culture. Qu’elle permet la communication et la découverte. Qu’elle est aussi ouverture. Sur l’autre, sur sa langue, sur son environnement, sur sa culture.

[R]éaliser alors que construire une démarche d’éducation artistique et culturelle n’est pas proposer un enseignement supplémentaire, ni complémentaire, mais une autre approche du sensible, de la création, de la découverte de sa propre construction au travers de la rencontre d’œuvres, d’artistes… autant de « lieux » d’où regarder le monde.

[R]endre effectif le fait que la finance, cette entité mondialisée, sans nationalité ni frontières, soit au service de la solidarité. Solidarité entre le Nord riche et le Sud en développement. Solidarité entre les villes et les zones rurales. Solidarité entre ceux qui peuvent un peu économiser et ceux qui ne savent pas de quoi sera fait demain. Et si la finance solidaire reliait tous ces gens, tous ces lieux ?

C’est à la découverte de ces 7 lieux, à petits pas, sans bottes de géants, que le numéro 4 de [R] vous entraîne, sans guide et à votre rythme.

Le revue [R] est en vente au numéro (15 euros) et par abonnement (35 euros les 3 numéros).

Bulletin d’abonnement à retrouver ici : https://centrehenriaigueperse.com/2019/02/07/bulletin-dabonnement-a-la-revue-r/

Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?] de septembre accompagne votre rentrée

Voici une semaine qu’a eu lieu la rentrée scolaire, mais elle reste encore bien présente dans toutes les têtes. Et donc à la une du [Quoi de 9 ?] de ce 9 septembre.

Une rentrée avec ses nouveautés, mais aussi avec ses nombreux chiffres, à retrouver et analyser avec un peu de recul plus tard dans les publications statistiques des ministères.

Une rentrée au cinéma également avec une CPE à l’écran dans « La vie scolaire » : un collège dans le 93 et des jeunes dont la vie est là…

Une rentrée scolaire particulière que fut celle de septembre 1939 avec l’évacuation de dizaines de milliers d’enfants pour les « mettre à l’abri » de la guerre.

Une rentrée pour la formation des futurs enseignants aussi,  avec un dossier de l’Ifé qui rappelle que leur formation initiale ne peut être que le début d’un continuum qui doit se prolonger durant leur carrière.

Une rentrée qui affirme une grande ambition pour l’enseignement français à l’étranger et annonce des moyens supplémentaires mais qui restent loin de couvrir les réductions des années précédentes.

Une rentrée avec également la présentation des travaux de recherche du Centre Henri Aigueperse, des ressources à voir, écouter, lire et déjà des rendez-vous à noter dans son agenda…

Pas d’hésitation, c’est bien la rentrée et c’est à lire dans [Quoi de 9 ?] de ce mois de septembre, à retrouver ici : quoi-de-neuf, 9 septembre 2019

Publié dans quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?] : les 9 infos du mois de juillet

C’est l’été. C’est même les vacances scolaires (du moins pour les élèves).

Un moment pour lever le pied, mais certainement pas pour baisser les bras.

C’est le cas pour le chiffre du mois mis en avant dans ce [Quoi de 9 ?] de juillet : une plus grande tolérance vis-à-vis de l’homosexualité pour 85 % des sondé.e.s. Une bonne nouvelle qui doit être amplifiée par l’Éducation et la Culture.

La culture est d’ailleurs à l’honneur avec les premières assises de l’éducation artistique et culturelle à Metz, dont le maire sera le prochain invité du grand entretien de notre revue [R] en septembre.

C’est également des émotions à l’école dont il est question… de la spécificité de l’enseignement agricole, ainsi que de l’importance du 8ème congrès de l’Internationale de l’Éducation.

Et puisque l’été a débuté par un coup de chaleur, il est essentiel pour notre survie sur la planète terre d’amplifier la lutte contre le dérèglement climatique et pour l’Éducation, au-delà des formules, de reconstruire la confiance avec les personnels, les familles, les élèves.

Les vacances pourraient y servir…

Voici donc parmi les 9 nouvelles infos (et un peu plus) de ce [Quoi de 9 ?] du mois de juillet : quoi-de-neuf juillet 2019

Bonne lecture.

Publié dans Aujourd'hui, quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?] : les 9 infos du mois de juin

Non ce n’était pas mieux avant !

Évidemment c’est Michel Serres qui nous l’affirme en une de ce [Quoi de 9 ?] de juin qui célèbre la lucidité et l’optimisme du philosophe qui vient de nous quitter, mais nous laisse avec la richesse de sa pensée dans l’ensemble de ses ouvrages.

Mais les autres articles de ce [Quoi de 9 ?] ne disent pas autre chose.

  • Denis Meuret l’affirme retraçant les effets positifs de la démocratisation scolaire

  • L’OCDE démontrant l’abandon de la « carte scolaire » augmente les inégalités entre les élèves.

  • le rapport du CESE rappelant combien l’Éducation populaire est d’actualité et innovante.

  • L’Éducation artistique et culturelle, formidable levier de démocratisation si elle s’éloigne de la passéiste « idéologie du don ».

  • L’Europe, qui au lendemain des élection, demeure notre espace d’avenir à construire.

Autant d’invitation à abandonner le déclinisme ambiant et à regarder vers demain.

C’est aussi le cas du troisième numéro de notre revue [R] qui revient sur les mutations de notre monde pour mieux nous inviter à agir.

Bonne lecture de ce nouveau [Quoi de 9 ?] avec ces 9 (et un peu plus) infos du mois de juin : quoi-de-neuf juin 19

Publié dans La revue

[R] : éclairer un monde en mutation

Nul doute, le monde bouge, se transforme, mute. La recherche, la réflexion permettent d’éclairer ces évolutions et d’accompagner ces changements qui interrogent, déstabilisent parfois, enthousiasment aussi.

A sa mesure, notre revue [R] cherche à apporter ces éclairages.

Le troisième numéro qui vient de paraître (fin mai 2019) invite à voyager dans ce monde en mutation écologique, économique, culturel, éducatif, citoyen :

– en regardant lucidement ce que le recherche nous apprend du dérèglement climatique ;

– en analysant avec Xavier Pons, l’invité de notre grand entretien, la construction des politiques éducatives et leurs enjeux ;

– en imaginant avec notre partenaire Arts et Vie, ce qu’habiter le monde par un tourisme social, culturel et citoyen veut dire ;

– en interrogeant la notion de débat et son implication dans une société qui se rêve davantage participative sans trop savoir comment faire

– en considérant la culture comme une richesse à construire et à transmettre, à conserver et à inventer ;

– en s’inspirant d’un système éducatif original comme celui de l’Écosse ;

– en regardant le chemin parcouru de l’école et l’écran pour mieux questionner celui qui reste encore à faire pour une éducation par et à l’image.

80 pages pour un tour dans ce monde en mutation, avec des étapes, des pauses et des respirations. Comme toujours des indications pour « aller plus loin », des conseils de lecture. Des pistes de réflexion et pourquoi pas…d’action afin de prendre part à la transformation de notre monde.

Le numéro 3 de la revue [R] est disponible auprès du Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation (celine.pourtier@unsa-education.org). Il peut être acquis au numéro au prix de 15 euros et par abonnement (35 euros pour trois numéros).