Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Et si les dirigeants du monde osaient entendre la leçon (environnementale) d’une adolescente

« Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. […] Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »1

On peut évidemment trouver la forme d’une telle accusation des chefs d’État du monde un peu forcée. On peut certainement aussi regretter une forme de catastrophisme, un ton apocalyptique, une approche manichéiste. On peut penser que les mots ne suffisent pas et qu’il faut savoir passer à l’action.

Il n’empêche que la jeune Greta Thunberg a le mérite de secouer les consciences et d’attirer l’attention sur les dangers environnementaux qui nous menacent si rien n’est rapidement entrepris.

Et ce ne sont pas les travaux du GIEC qui démentiront cette nécessité d’agir. Dans son dernier rapport spécial, publié ce 25 septembre2, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) souligne qu’ « il importe de définir, de toute urgence, des mesures prioritaires opportunes, ambitieuses et coordonnées pour faire face aux changements durables sans précédent que subissent l’océan et la cryosphère ».

On comprend que dans ce contexte d’urgence les responsables politiques soient assez mal à l’aise. On a beau dire « c’est pas moi, c’est l’autre » comme semble le faire Emmanuel Macron en dénonçant les blocages de la Pologne, rares sont les adultes, qui plus est les dirigeants, qui aiment recevoir une leçon de la part d’une adolescente de 16 ans, qui fait entendre tout haut ce que nombre de chercheurs ne cessent de redire depuis des années sans être -réellement – ni écoutés ni pris au sérieux.

Faute d’être capable d’en faire une grande cause mondiale, dépassant tous les clivages (économiques, nationalistes, culturels, politiques…) la question environnementale ne cesse de cliver la société. Elle risque d’apparaître comme une préoccupation de nantis dont les plus démunis, confrontés à la crise sociale, n’auraient rien à faire. Le mouvement des gilets jaunes en France semble avoir ouvert cette brèche. Elle est confirmée par la récente publication d ela 7ème édition de l’enquête « Fractures françaises »3. SI 51 % des sondés adhère à l’affirmation suivante : « Il faut que le gouvernement prenne des mesures rapides et énergiques pour faire face à l’urgence environnementale, même si cela signifie de demander aux Français et aux entreprises des sacrifices financiers », ils sont 49 % à penser le contraire et à soutenir qu’ « il faut que le gouvernement prenne des mesures rapides et énergiques pour faire face à la crise sociale, même si cela signifie de mettre la question environnementale au second plan pour l’instant ». Le clivage se fait sur les CSP opposant les cadres favorables à la première affirmation à 55 % aux ouvriers soutenant la seconde à 55 %, comme sur les âges : 62 % des moins de 35 ans se retrouvent dans la première affirmation alors que 55 % des 60 ans et plus sont favorables à la seconde. « L’opposition entre les personnes faisant de la question environnementale leur priorité et celles qui en font un aspect secondaire » arrive d’ailleurs en tête (36 % des réponses) des causes qui opposent les Français.e.s entre eux, devant les questions d’économie, d’immigration ou de mondialisation.

A défaut de savoir y faire face, la question environnementale risque d’instaurer une nouvelle fracture dans la société, ce qui retardera encore les actions en faveur de la lutte contre le réchauffement climatiques, les catastrophes écologiques, la destruction de la planète.

Il est des urgences qui nécessitent de mettre son égo en sommeil et même si cela est un peu désagréable de se faire tancé par une adolescente, oser reconnaître qu’elle a raison et que son combat est également le nôtre, serait certainement plus pertinent et plus efficace.

1Intervention de Greta Thunberg à New-York au sommet sur le climat , le 24 septembre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s