Publié dans vu, lu pour vous

«Plus d’une langue»

Cette devise empruntée à Jacques Derrida, orne désormais l’épée de cuir et de led de la neuvième de nos académiciennes, la philosophe Barbara Cassin.

Dans son discours de réception à l’Académie française ce 17 octobre, après avoir réaffirmé son opposition ferme « à la hiérarchie des langues et à leur prétention auto-proclamée à un génie supérieur », Barbara Cassin s’est interrogée sur ce choix du pluriel et sa signification. « Que veut dire cette devise appliquée à notre langue, la langue française ? À l’horizon, se profile le château de Villers-Cotterêts, future cité de la langue française, implantée dans l’un des territoires où le taux d’illettrisme est le plus élevé. «Plus d’une langue», c’est faire entendre qu’à l’intérieur de lui-même le français est multiple, divers. Il provient d’autres langues, compose des éléments venus d’ailleurs. Il évolue avec l’histoire, se réinvente avec la géographie. Ce «plus d’une langue» conduit de l’étymologie et de la grammaire aux emprunts et aux assimilations ; il mène aussi des terroirs et des régions à quelque chose comme une langue-monde. On ne dira jamais assez l’importance, pour la France et pour le français, des langues parlées en France, toutes ; ni l’importance de la francophonie […] »

Et elle complète « Mais «plus d’une langue», c’est signifier aussi, depuis le dehors, que le français est une langue «entre autres», parmi d’autres. Pour parler une langue et pour savoir que c’est une langue que l’on parle, il faut en parler, ou en flairer, plus d’une. Plus d’une langue en Europe, et plus d’une langue dans nos classes. C’est là que la traduction, savoir-faire avec les différences, travail entre les cultures, arrêt «entre», est une pratique qui s’impose. Avec hospitalité et patience. »

« La langue française n’est pas hors du temps, comme une essence fixe ou figée, elle a tout le temps » rappelle aussi la philosophe qui profite de son discours pour dénoncer la hausse différentielle des droits d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers, se félicitant qu’ « heureusement, le Conseil constitutionnel vient d’en décider autrement. »

Barbara Cassin se permet une autre incursion dans l’actualité des questions sociétales dans la conclusion de son intervention : « Je ne peux pas m’empêcher de penser, mais c’est sans doute encore un préjugé, qu’il est plus facile d’épouser la diversité, le pluriel et le temps quand on est une femme–je veux dire:avec le côté femme de nous-mêmes. Plus facile, de prendre ses distances avec l’Un, la Vérité, la Raison, la Pensée, l’Universel, plus facile de croire moins quand on est une femme.Nous avons été si longtemps privées de philosophie et de politique, depuis la Grèce jusqu’à la génération de ma mère qui, jeune,ne votait pas et n’avait pas de chéquier. C’est cela qui a changé. » Et moquant cette Académie, « un monde d’hommes, fait par des hommes pour des hommes » qui s’ouvre, elle s’interroge : « Se pourrait-il que l’immortalité soit, de plus en plus, en prise avec cette «chancelante équivocité du monde», qui pour Hannah Arendt caractérise la condition humaine ? »

« Plus qu’une langue » pour dire le monde et la société qui change. Telle est la leçon de Barbara Cassin à son entrée à l’Académie française. Un plaidoyer qui fait écho à notre étude sur « la langue, les langues » dans le numéro 4 de la revue [R]. Une sagesse qui devrait présider à toute politique d’enseignement des langues et du français, de promotion de la francophonie, de valorisation de toutes les cultures et de toutes les langues, de revendication de la traduction dans toutes les instances plurinationales.

On peut lire avec bonheur l’ensemble du discours de Barbara Cassin sur le site de l’Académie française : http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/discours_de_mme_barbara_cassin.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s