Publié dans vu, lu pour vous

L’éducation aux médias et à l’information : une démarche d’émancipation et de citoyenneté

« La diffusion et la circulation de l’information ne constituent pas des questions nouvelles. Mais elles trouvent une résonance particulière du fait de l’évolution des technologies, de la multiplication des supports d’information, de l’accélération du temps, réinterrogeant les notions de liberté d’opinion et d’expression, de responsabilité, de développement de la démocratie et de dialogue entre les citoyens. »

Ces mots introduisent l’avis du CESE « LES DÉFIS DE L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS ET À L’INFORMATION », présenté au nom de la Section de l’éducation, de la culture et de la communication par Marie-Pierre Gariel et adopté au scrutin public à l’unanimité le 11 décembre.

S’appuyant sur le constat d’une transformation profonde du monde des médias et des pratiques médiatiques, avec l’apparition continue de nouveaux vecteurs d’information (Internet, réseaux sociaux numériques, etc.), la possibilité offerte à chacun d’être émetteur et récepteur de l’information, la crise du modèle économique et concentration des médias, la dégradation des conditions de travail et précarisation des professionnels de l’information, le climat de méfiance vis-à-vis des médias mais aussi de façon plus générale envers la parole politique, certaines institutions ou expertises scientifiques, la rapport met en évidence à la fois l’existence de nouveaux espaces de discussion et de connaissance qui enrichissent le débat démocratique, mais aussi la fragilisation de certains médias et la production de dérives.

Le CESE considère donc l’éducation aux médias et à l’information (EMI) « comme un défi majeur pour préserver et vivifier la démocratie mais aussi comme une opportunité de rendre concrète l’éducation à la citoyenneté. » Selon l’avis, elle « doit permettre aux enfants, aux jeunes, aux adultes et aux personnes âgées d’acquérir, sans pour autant devenir des professionnels, des connaissances et des compétences leur permettant de s’informer, d’émettre, de diffuser, d’analyser et de partager des informations de façon responsable. » S’inscrivant dans une vision globale d’éducation populaire et d’exercice de la citoyenneté, elle concourt en effet « à développer le discernement et l’esprit critique nécessaires pour décrypter les médias et l’information et pour exercer sa liberté d’opinion et d’expression. »

Les 13 préconisations de l’avis « plaident pour le développement d’une éducation aux médias et à l’information qui accompagne les citoyens et les citoyennes tout au long de leur vie, participant de leur émancipation individuelle et collective, leur permettant d’être libres et responsables face à l’information et contribuant à un débat démocratique éclairé. »

Préconisation n° 1 :le CESE préconise que l’État crée des instances nationale et régionales, pilotées par le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI), réunissant les principaux acteurs de l’éducation aux médias et à l’information (les différents ministères concernés, les collectivités territoriales, le CLEMI, les associations, les instances représentatives du secteur presse et médias…) afin de coordonner leurs actions, d’élargir leur cible à tous les publics (enfants, jeunes, adultes et personnes âgées) et sur tous les territoires y compris les Outre-mer et d’en développer de nouvelles en favorisant les synergies.

Préconisation n° 2 : le CESE préconise de renforcer les moyens financiers et humains du Centre pour l’éducation aux médias et à l’information et de systématiser dans chaque académie la désignation d’au moins un coordonnateur à temps plein ayant le statut de délégué académique. Ceux-ci doivent disposer des ressources nécessaires pour mener leurs missions de formation et d’accompagnement auprès des personnels (enseignants et enseignantes, documentalistes, cheffes et chefs d’établissement, corps d’inspection…), mais aussi des acteurs locaux, au plus près du terrain.

Préconisation n°3 : le CESE préconise que les ministères concernés tirent un premier bilan de l’enseignement de l’éducation aux médias et à l’information au collège et au lycée. Sur la base de ce bilan et pour mieux identifier cet enseignement, il pourra être envisagé de renforcer les dispositifs existants ou d’en créer de nouveaux: référentiel dédié, parcours spécifique, etc.

Préconisation n°4 : le CESE préconise que les ministères en charge des questions d’éducation et de culture co-construisent avec les acteurs concernés et mettent en place, en le dotant de moyens adaptés, un plan systématisant la création de médias (journal, web-radio, télévision, etc.) par et pour les jeunes ou la mise en place d’un événement lié à l’éducation aux médias et à l’information, organisé avec les élèves, dans chaque établissement scolaire et universitaire. La mise en œuvre de ce plan s’appuiera sur les équipes éducatives, les radios et télévisions associatives à but non lucratif et les autres acteurs de l’éducation aux médias et à l’information (associations, journalistes, médias, parents, etc.) et favorisera les jumelages entre établissements.

Préconisation n°5 : afin d’accompagner les parents dans leurs responsabilités éducatives, le CESE préconise de mieux faire connaître les dispositifs d’éducation aux médias et à l’information existants en direction des familles et de les doter de moyens pour qu’ils se développent, au travers de partenariats mis en œuvre sur les lieux de présence des parents (accueil des enfants, espaces parents, travail, maisons de quartiers, tiers lieux, etc.).

Préconisation n° 6 : le CESE préconise que la Semaine de la presse et des médias dans l’École devienne la Semaine des médias et de l’information pour toutes et tous avec un volet scolaire et un volet grand public.

Préconisation n°7 : le CESE préconise que les ministères en charge des questions d’éducation et de culture et les collectivités territoriales consacrent davantage de moyens aux associations accueillant les volontaires du Service Civique pour mener des missions dans le domaine de l’éducation aux médias et à l’information.

Préconisation n°8 : considérant le sous-dimensionnement des projets en matière d’éducation aux médias et à l’information en direction des étudiants, des adultes et des personnes âgées, le CESE préconise que les ministères concernés lancent un appel à projets sur ce thème à destination de ces publics qui pourront s’appuyer sur des pratiques inter-générationnelles et les savoirs de chacun.

Préconisation n° 9 : le CESE préconise que le cahier des charges des chaînes du service public intègre la diffusion d’une émission télévisée, à une heure de grande écoute, dédiée au décryptage de l’information et à la fabrication des contenus médiatiques. Elle devra être accessible en replay sur Internet et conçue de façon à être visionnable sur tous les supports.

Préconisation n°10 : le CESE préconise que les Espaces Publics Numériques mettent en place régulièrement des activités d’éducation aux médias et à l’information. Celles-ci, menées au sein de leurs locaux mais aussi en dehors, doivent reposer sur la pratique, en partenariat avec les acteurs de leurs territoires agissant dans ce domaine.

Préconisation n°11 : le CESE préconise que l’État et les collectivités territoriales, dans le cadre du deuxième acte du Plan bibliothèques, dédié à la transformation des bibliothèques/médiathèques et à l’extension de leurs missions dans les champs éducatif, social et numérique, développent dans ces structures davantage d’activités d’éducation aux médias et à l’information reposant sur la pratique et en partenariat avec les acteurs locaux agissant dans ce domaine.

Préconisation n°12 : le CESE préconise que le ministère de la Culture amplifie le déploiement des résidences de journalistes à l’attention de tous les publics sur tous les territoires y compris dans les Outre-mer.

Préconisation n° 13 : le CESE préconise que le ministère de la Culture soutienne et développe les médias associatifs en garantissant leurs canaux de diffusion notamment au moment du renouvellement de l’attribution des fréquences.

Des préconisations qui rejoignent des travaux commencés durant la mandature précédentes et qui peinent depuis à se prolonger et à se concrétiser.

Retrouvez ici l’ensemble de l’avis du CESE : https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2019/2019_30_defi_education_medias_information.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s