Ce n’est pas moi, c’est le système… mais je peux aider à l’améliorer

« Ce n’est pas moi c’est le système », cette phrase n’est pas une excuse dilatoire pour se dédouaner de quelconque dysfonctionnement, mais le titre et (en même temps) le constat d’une recherche menée par l’Institut international de planification de l’Éducation (IIPE) de l’UNESCO portant sur un cadre pour l’analyse des capacités de planification et de gestion.

L’étude part du constat qu’il est nécessaire que l’administration de l’Éducation, dans tous les pays, devienne plus efficace et que cette amélioration « passe par une meilleure compréhension des obstacles à son fonctionnement ». Le rapport constate qu’afin de « rendre l’administration de leur système éducatif plus efficace, les pays ont fait des efforts considérables, souvent résumés sous la dénomination de « développement des capacités » ».  Or, si ceux-ci ont, « dans l’ensemble amélioré le niveau de qualification du personnel des ministères grâce aux actions de formation menées, ils n’ont pas automatiquement rendu l’administration plus efficace ».

Qu’en déduire ?

Deux résultats principaux que met en évidence le travail de recherche.

Tout d’abord que ce n’est pas le manque de compétence des fonctionnaires pris individuellement qui conduit à une mauvaise performance du système.  « Elle est plutôt la conséquence d’un ensemble de facteurs organisationnels et institutionnels, comme le manque de collaboration entre les équipes, un système de responsabilisation déficient, des pratiques de recrutement opaques ou l’absence de vision commune ». 

La deuxième conclusion découle de ce premier résultat. La formation et la qualification supplémentaires des personnels sont nécessaires mais non suffisantes. Si les ministères continuent à fonctionner comme avant, ils rencontrent les mêmes limites et les mêmes problèmes d’efficacité.

La méthodologie proposée par l’UNESCO vise donc à analyser « les nombreux éléments qui ont un impact sur l’efficacité de l’administration, et à identifier les principales difficultés » afin de produire « une amélioration de la conception et de l’efficacité des programmes de développement des capacités ».

Pour l’UNESCO, « la formation de quelques fonctionnaires ne peut, à elle seule, améliorer le fonctionnement de l’administration de l’éducation dans son ensemble. Néanmoins, une formation efficace peut apporter des améliorations, si   elle   fait   partie   intégrante   d’initiatives pour remédier aux problèmes de capacité de la structure au sein de laquelle travaillent les personnes formées ». Par ailleurs l’étude rappelle que « la performance d’un fonctionnaire de l’éducation dépend fortement de son profil et du degré d’adéquation entre ce profil et les fonctions et tâches qui lui sont assignées ». Il s’agit donc d’articuler pour chaque personnel qualifications, expérience et formation. Cela passe, entre autres, par :

  • l’existence de descriptifs de postes et leur clarté ;
  • le lien entre le poste et le profil du fonctionnaire ;
  • les possibilités  de  formation  professionnelle  ; 
  • les incitations pécuniaires et non pécuniaires existantes.

Les études conduites en France sur les conditions de travail des personnels administratifs de l’Éducation nationale, montrent clairement que ces points ne sont pas (toujours) au rendez-vous. La souffrance au travail vient à la fois du flou des missions, de l’inadéquation des moyens mis à disposition, de la faiblesse des possibilités de formation adaptée ainsi que d’une absence de reconnaissance tant salariale que par la valorisation du travail mené.

Loin de n’être utile que pour les pays en voie de développement, le cadre d’analyses et d’actions proposé par l’UNESCO devrait prouver également son efficacité dans l’amélioration de l’administration de l’Éducation en France. A la condition que l’expertise des personnels soient mobilisée, écoutée, entendue et prise en compte dans la construction des évolutions indispensables. Faute de leur implication, les personnels pourront continuer à dire avec justesse, « ce n’est pas moi, c’est le système » !

—————–

La recherche de IIPE-UNESCO peut être consultée en intégralité ici : https://www.iiep.unesco.org/fr/developpement-des-capacites-dans-leducation-ce-nest-pas-moi-cest-le-systeme-14250

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :