Publié dans Formation, Histoire sociale, Recherches

Un regard syndical sur l’éducation permanente

Formidable levier possible d’épanouissement et de développement social et professionnel jamais réellement abouti, et/ou mécanisme au service des catégories les plus favorisées, inscrit dans des logiques concurrentielles et court-termistes ? L’éducation permanente est à la fois l’un et l’autre. Tels sont les résultats d’une recherche menée par Luc Bentz et Maxime Blanc au titre du Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation dans le cadre de l’agence d’objectifs de l’IRES.

De manière rétrospective, l’étude analyse l’évolution du modèle de formation des adultes en France entre 1959 et 2014 au prisme de la Fédération de l’Éducation nationale (FEN), puis, après 1992, de l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA). En reprenant en détail la construction légale progressive qui a conduit à la loi de juillet 1971, le rapport met en évidence les approches syndicales très longtemps « scolaro-centrées » de la FEN, la prééminence que revêtaient pour elle les interactions avec les enjeux de formation initiale (notamment professionnelle), jusqu’au « choc » de l’accord national interprofessionnel du 9 juillet 1970. Il analyse ensuite la prise en compte du sujet dans le projet d’« École de l’éducation permanente » (1973-1981) et ses avatars successifs. Il montre également l’importance de la « formation des adultes » dans la construction de la dimension interprofessionnelle de l’UNSA. Enfin, la dernière partie du travail présente de manière thématique, à partir des caractéristiques et des enjeux repérés par les acteurs professionnels du champ de la formation, le basculement des logiques de formation qui s’opère, devenant progressivement une démarche de responsabilisation et d’individualisation de la formation dans une approche désormais pensée presque exclusivement dans une logique professionnelle.

La recherche permet ainsi de retracer et de déconstruire certains éléments historiques, souvent tenus pour « acquis » ou comme « allant de soi » dans le milieu professionnel de la formation. L’étude des évolutions sémantiques et des termes utilisés illustrent bien les approches et virages idéologiques opérés au fil du temps.

Cette approche historique, syndicale, éducative et politique invite tous les acteurs de la formation, notamment syndicaux, à poursuivre la réflexion sur des problématiques telles que la justice sociale ou la nécessité d’inscrire nos politiques éducatives et de formation dans une temporalité longue, sans s’enfermer dans un vocabulaire ou des schémas « idéaux » qui donnent bonne conscience.

Une synthèse de la recherche est disponible ici : !Synthèse_definitive-formation_adultes-Unsa_Education

Vous pouvez également lire l’ensemble du rapport de recherche Genèse et évolutions de l’« éducation permanente »au prisme d’un regard syndical. L’enseignement et la formation des adultes, la FEN et l’UNSA (1944-2014) : UNSA formation permanente

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s