Publié dans Recherches, vu, lu pour vous

Expert, es-tu là ?

Notre monde est complexe. Prendre des décisions dans ce contexte ne va donc pas de soi. Pour y aider, le recours aux » experts » est fréquent.

Ainsi, pas un événement couvert par les médias qui ne fasse appel à des experts du domaine, capables, plus ou moins, d’éclairer la situation, voire d’en prédire les suites.

Qu’en est-il dans le domaine public, dans la décision politique ou du moins administrative, lorsque les cadres de la fonction publique doivent faire des propositions dans des domaines aussi variés que l’emploi, l’environnement, la santé… ?

L’enquête Acteurs publics/EY pour l’Observatoire des politiques publiques réalisée par l’Ifop, met en évidence que sur les grands enjeux d’avenir le recours à l’expertise est jugé indispensable. Et que s’il y a « experts » et « experts », ce sont les chercheurs et universitaires qui sont perçus comme les plus pertinents.

Une expertise utile

A la question

– « Si votre administration, service ou organisation avait recours à des experts publics ou privés en amont des décisions stratégiques, et dans le déploiement de politiques publiques, vous jugeriez cela… ? »

– « utile » répondent 90 % des cadres de la fonction publique interrogés, même « très utile » pour 41 % d’entre eux dont 40 % d’agents de l’État et 45 % de ceux de la fonction publique territoriale

Une expertise jugée autant utile au niveau central que territorial par 69 % des répondants (pourcentage qui atteint 73 % dans la fonction publique territoriales), alors que pour un quart des agents de la fonction publique hospitalière la priorité est au niveau de l’établissement et du territoire.

Transformation numérique (60%), environnement (59%), projets d’infrastructure (53%), transports, mobilités (51%), santé publique (50%) sont les sujets qui requièrent le plus les avis des experts. Et tout particulièrement pour les agents de la fonction publique territoriale pour lesquels ces domaines sont davantage sensibles et nécessitent d’être aidés et conseillé.

L’Éducation, avec 36 % des répondant (42 % dans la FPT) apparaît moins comme un domaine dans lequel l’expertise est essentielle. Pour autant, elle est classée devant la sécurité (32%) et même bien avant la défense (20%), la justice (19%), la diplomatie (13%).

Quel expert ?

Ce sont les chercheurs et universitaires qui arrivent en tête (71%) des experts considérés comme les plus pertinents.

Viennent ensuite les opérateurs publics techniques (52%) et les grands corps de l’État (ingénieurs, inspecteurs) avec 48 %.

Les agents publics placent ainsi les ressources publiques en expertise avant le recours au secteur privé. Les cabinets d’études et de conseils privées ne recueillent que 44 % et les industriels 25 %.

Plus étonnant, à l’heure des consultations et de la participations, seuls 5 % des sondés placent en tête de la pertinence en expertise les citoyens et les usagers, chiffre qui tombe à 2 % pour les associations.

Autant dire que l’expertise d’usage, tout comme l’expertise citoyenne ont encore bien du chemin à parcourir avant d’être reconnues au même niveau que les formes d’expertises savantes.

Résultats complets du sondage à retrouver ici : https://www.acteurspublics.fr/articles/sondage-exclusif-9-agents-publics-sur-10-veulent-sappuyer-sur-des-experts-pour-decider

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s