Publié dans vu, lu pour vous

Menace pour la laïcité ou développement d’un sentiment anti-islam ?

Parce qu’elle implique la liberté totale de conscience et la séparation de l’action politique de l’influence de tous les courants religieux, la laïcité ne cesse de provoquer des débats en France. Elle se heurte sans cesse depuis des siècles à celles et ceux qui voudraient imposer leurs croyances ou maintenir l’influence de dogmes sur la conduite des affaires publiques.

Si au cours de l’histoire c’est essentiellement avec les clercs et les plus conservateurs des fidèles de l’église catholique qu’ont eu lieu les affrontements -et ils ne sont pas achevés si l’on regarde la sociologie des organisateurs et des participants à la « manif pour tous » – la relation avec l’islam s’est tendue depuis une trentaine d’années. L’affaire de Creil en 1989, avec trois collégiennes refusant de retirer leur voile en classe, est ainsi à l’origine de la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux dans les Écoles publiques.

Trente ans plus tard, la polémique rejaillit avec force. Pour autant, le contexte est fort différent. La menace terroriste se revendiquant d’un islamisme intégriste conduit au risque d’un amalgame avec l’ensemble des musulmans et à des discriminations qui peuvent provoquer des formes de radicalité de parts et d’autres. Un équilibre fragile avec lequel certains partis politiques n’hésitent pas à jouer. Alors que les médias eux-mêmes participent parfois à sa fragilisation.

Ainsi paraissait il y a quelques jours, un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, intitulé « Les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme », titre qui à lui seul révèle déjà d’un rapprochement mal venu, n’orientant la laïcité que dans son rapport aux dérives extrémistes d’une seule religion.

Or les résultats sont plus intéressants en nuancés que la restitution faite par la plupart des médias.

A la question « Pour les mois qui viennent, pour chacun des thèmes suivants, diriez-vous qu’il est tout à fait prioritaire, importante mais pas prioritaire ou secondaire ? », les sondé.e.s répondent d’abord la santé (82%), la lutte contre le chômage (67%) , le relèvement des salaires et du pouvoir d’achat (66%), la lutte contre la délinquance (65%), la protection de l’environnement (62%). La lutte contre l’islamisme (56%) et la défense de la laïcité (39%), objets mêmes du sondage, n’arrivent qu’en fin de tableau.

S’ils sont certes des préoccupations, ils le sont moins que d’autres thèmes. Si l’on additionne les réponses qui placent ses sujets comme prioritaires ou importants on obtient 86 % pour la lutte contre l’islamisme et 83 % pour la défense de la laïcité, là où tous les autres items sont à 95 % et plus.

Autre nuance à apporter, chez les plus jeunes les chiffres des priorités vont d’abord à la santé et à l’environnement et sont bien plus faible pour la lutte contre l’islamisme (42%) et la défense de la laïcité (34%), alors qu’ils explosent chez les plus de 65 ans (67 % et 48%).

Interrogé.e.s sur le sens qu’elles ou ils donnent à la laïcité, la réponse des sondé.e.s qui augmente le plus par rapport aux sondages précédents est « faire reculer l’influence des religions dans notre société » avec 26 % (en hausse de 6 points par rapport au sondage Ifop JDD de mars 2019 et de 9 points par rapport à celui Ifop CNAL de novembre 2015), derrière « séparer les religions et la politique avec 27 % ( en baisse de 3 points par rapport à mars 2019 et de 5 par rapport à novembre 2015) et avant « assurer la liberté de conscience, stable par rapport à mars avec 22 % (baisse de 5 points par rapport à novembre 2015). Intéressant de noter d’ailleurs que ce sont les sympathisant.e.s du RN qui souhaitent le plus (44%) réduire l’influence des religions dans la société… toutes les religions ? La question se pose, mais ne l’ai pas par le sondage Ifop/JDD).

Ce sont également les sympathisant.e.s RN qui disent très majoritairement (91 % contre 78 % pour l’ensemble des sondé.e.s) que la laïcité est en danger. Des chiffres à mettre en regard des résultats de la question suivante : « Diriez-vous que la question de la laïcité se pose aujourd’hui différemment en France s’agissant de la religion musulmane ? », là encore avec 93 % de réponses favorables, les sympathisant.e.s RN dépassent de loin la moyenne des répondant.e.s (80%). Des réponses qui conduisent à l’affirmation que «l’Islam est incompatible avec les valeurs de la société française » pour 61 % des interrogé.e.s mais pour 85 % des sympathisant.e.s du RN et 83 % des sympathisant.e.s LR.

L’orientation des questions du sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, oblige à ne pas se contenter d’effet d’annonce. La lecture en détail des résultats pose certes le ressenti d’un risque pour la laïcité. Mais l’amalgame tend à faire croire qu’il ne serait inhérent à une seule religion, l’islam, désignée comme incompatible avec les valeurs de la République, une contribution aux thèses de l’extrême droite, qui entretient, voire exacerbe, les rejets et parfois les haines. Une attitude bien éloignée de l’esprit de la laïcité qui est effectivement , dans ce sens, en danger.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s