L’émancipation par les arts et la culture à construire et accompagner

Belle ambition que celle de la députée Aurore BERGÉ que de revendiquer l’émancipation par les arts et la culture. Elle le revendique au travers un rapport qu’elle a remis le 17 février dernier et intitulé « Pour un ministère de la Culture au service des créateurs, des arts et des droits humains ».

S’appuyant sur de nombreuses visites de terrain et de très nombreux entretiens, la député LREM invite à « la politique de démocratisation culturelle » en déployant une ambition culturelle à chaque âge de la vie, de la petite enfance à l’âge adulte, dans tous les domaines de la culture – création, patrimoine, médias ou numérique, en prônant une coopération renforcée avec l’ensemble des acteurs culturels et institutionnels locaux, en insistant sur la participation des citoyens à la vie artistique et culturelle.

De l’éducation artistique et culturelle à la transformation du ministère de la culture, le rapport formule soixante recommandations, afin de construire une politique culturelle plus transversale, plus partenariale et plus proche des territoires et des gens.

Une contribution qui devrait venir enrichir la réflexion quant à la création d’une nouvelle direction que le ministre de la Culture souhaite créer d’ici l’été 2020.

Une initiative louable qui rejoint sur certains points des revendications déjà portées comme un rapprochement avec l’éducation populaire ou l’ajout du « dire » aux compétences essentielles scolaires (lire, écrire, compter, respecter autrui) revendiqué par Robin Renucci comme il nous l’avait confié dans le Grand entretien du n° 2 de notre revue [R] en janvier 2019, ou encore « un passeport culturel » pour tous les enfants comme cela est déjà le cas à Metz (revue [R] n° 4 de septembre 2019). D’autres sont plus anecdotiques (l’institution d’une journée annuelle du hors les murs ou l’instauration d’une signalétique identique pour les bibliothèques…).

Dans le travail de recherche que mène actuellement le Centre Henri Aigueperse sur l’éducation artistique et culturelle, nous auront l’occasion de revenir sur les propositions qui concernent plus spécifiquement ce domaine.

Le manque le plus criant dans ce rapport est certainement l’impasse faite sur les leviers pour sortir de la seule approche par l’offre pour aller vers une rencontre et une appropriation des cultures dans toutes leurs diversités. En effet, repenser la démocratisation culturelle dont les limites sont largement connues après plus de 60 ans de tentative de mise en œuvre, ne suffit pas. Il est nécessaire de la coupler avec une démarche en terme de démocratie culturelle offrant à toutes et tous la reconnaissance de leur culture, la capacité à la l’expression et à la création, l’accès à l’émancipation qui ne se décrète pas, mais se construit et s’accompagne.

Retrouver le rapport d’Aurore Berger ici : Rapport-dAurore-Bergé-sur-les-arts-et-la-culture-février-2020_491479

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :