L’OIT appelle à lier qualité de l’Éducation et travail décent des personnels

photo : © Phil Roeder

« Les personnels de l’éducation ont besoin de soutien supplémentaire pour être en mesure de prodiguer les enseignements nécessaires à la construction d’une reprise plus robuste et plus durable après la pandémie ».

Bien qu’elle le pourrait, cette citation n’est pas extraite des commentaires de l’UNSA Éducation suite à la livraison et à l’analyse des résultats de son neuvième baromètre des métiers de l’Éducation. Elle émane de l’Organisation Internationale du travail (OIT) qui affirme la nécessité et l’urgence « d’investir dans l’éducation, dans la formation ainsi qu’en faveur du travail décent pour les personnels de l’éducation afin qu’ils puissent contribuer à la reprise d’après COVID-19 ».

Si évidemment les représentants des employeurs ont plaidé pour « que les systèmes d’éducation et de formation puissent répondre aux besoins du marché du travail » et réclamé « de transmettre aux apprenants les compétences recherchées par les employeurs», les conclusions de l’OIT vont plus loin. Elles lient en effet deux éléments essentiels : d’une part elles réaffirment « que l’éducation constitue l’un des droits de l’homme, qu’elle est un bien public et relève de la responsabilité publique, et qu’elle n’est pas une marchandise » et elles articulent la réussite de l’Éducation à la nécessité de conditions de travail décentes pour les enseignants et le personnel de l’éducation constituant « les éléments essentiels de systèmes éducatifs de qualité ».

Cette prise de conscience est accélérée par la situation sanitaire qui « a mis en évidence la rapidité des évolutions qui sont déjà en cours, en particulier l’utilisation massive des technologies. Au-delà des tâches et des responsabilités additionnelles qu’elles impliquent, ces évolutions révolutionnent le métier d’enseignant ainsi que ceux du personnel administratif et des personnels de soutien à l’éducation ». Dorénavant, chacun comprend l’importance de  l’apprentissage tout au long de la vie et d’une éducation de qualité pour toutes et tous, deux leviers « essentiels pour aller vers un avenir du travail meilleur ». Cela implique que les enseignants, les formateurs et les personnels de soutien soient formés à la maîtrise des nouvelles technologies, de nouvelles techniques d’enseignement, mais aussi qu’elles et ils bénéficient d’un « soutien afin de pouvoir faire face aux responsabilités supplémentaires qu’ils devront assumer ».

Ces conclusions s’adressent à tous les pays, il ne faudrait pourtant pas penser qu’elles ne concernent que les pays en voie de développement. Dans les pays riches, l’articulation entre une éducation de la réussite de toutes et tous et le bien-être des personnels d’éducation se pose également. Fort de son baromètre des métiers de l’Éducation, l’UNSA Éducation l’affirme dans les conclusions de sa 9e édition parues le 25 mai : « la Fédération UNSA Éducation affirme et défend un système d’Éducation qui lie fortement le bien-être de ses personnels et une plus grande inclusion et réussite pour chaque jeune ».

Pour en savoir davantage :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :