Entre 2008 et 2014 : l’entrée dans l’enseignement supérieur a évolué

Les dernières réformes concernant le baccalauréat et l’accession à l’enseignement supérieur avec Parcoursup sont trop récentes pour permettre d’éclairer les évolutions durables. Il est en revanche possible d’étudier les changements intervenus dans la période précédente. La sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques (SIES) du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a ainsi analysé les profils, l’orientation, les parcours et la réussite des bacheliers entrés dans les principales formations de l’enseignement supérieur directement après leur baccalauréat entre 2008 et 2014. Elle constate une profonde évolution.

Plusieurs réformes ont modifié l’accès et l’organisation des études dans l’enseignement supérieur entre 2008 et 2014. C’est le cas de la réforme du baccalauréat professionnel de 2009, de la mise en place de la plateforme d’affectation dans l’enseignement supérieur Admission Post-Bac (APB, remplacée par ParcourSup depuis 2018), ainsi que de l’application progressive de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD). Afin de mesurer l’impact de ces réformes, l’étude du SIES présente les principales évolutions entre les cohortes de bachelier.e.s 2008 et 2014 ayant poursuivi leurs études dans l’enseignement supérieur suite à l’obtention de leur baccalauréat, dans un premier temps lors de leur entrée dans l’enseignement supérieur, et dans un second temps après six années d’études.

Quels en sont les principaux enseignements ?

Davantage de titulaires d’un baccalauréat professionnel

86 % des bachelier.e.s 2008 se sont inscrit.e.s directement après leur baccalauréat dans une formation de l’enseignement supérieur. Cette proportion atteint 84% pour les bachelier.e.s 2014. De fait, comme l’explique l’étude, cette « baisse de deux points est entièrement imputable à la plus forte proportion de bacheliers professionnels parmi les bacheliers en 2014 qu’en 2008 (30 % contre 20 %) ». En effet, la réforme du baccalauréat professionnel a « entraîné une forte hausse du nombre de candidats, et in fine du nombre d’admis au baccalauréat professionnel ». Elle « a aussi favorisé la poursuite d’études des bacheliers professionnels » faisant passer leur taux de poursuite après le baccalauréat de 51 % en 2008 à 60 % en 2014. Celui-ci reste malgré cette hausse, « très inférieur à ceux des bacheliers technologiques (88 %) et des bacheliers généraux (97 %) ».

De meilleurs profils scolaires

Parmi les bachelier.e.s entrant directement dans l’enseignement supérieur la proportion de celles et ceux ayant obtenu une mention « Bien » et « Très Bien » a augmenté de 12 points, pour atteindre (31 % en 2014, celle de bacheliers ayant obtenu une mention « Assez Bien » a également progressé, soit 2 points de plus pour atteindre 32 % en 2014. A l’inverse la part des bachelier.e.s « n’ayant pas obtenu de mention (37 %) a diminué de 14 points ». L’augmentation du taux dans de bachelier.e.s ayant obtenu une mention au baccalauréat et entrant dans l’enseignement supérieur de 36 % en 2008 à 46 % en 2014 explique cette progression. Elle est particulièrement sensible pour les bachelier.e.s technologiques dont un quart « avaient obtenu une mention en 2008 et 42 % en 2014 ».

Moins de réussite en 1ère année

Malgré cette hausse de niveau, l’étude constate que « la part d’étudiants ayant validé totalement leur 1re année d’études un an après leur baccalauréat est plus faible parmi les bacheliers 2014 (60 %) que pour les bacheliers 2008 (68 %) ». Si cette baisse n’est que de 2 points pour la voie générale (64% en 2014 contre 66% en 2008), elle est de 18 points dans la voie technologique (54 % en 2014), et de 23 points dans la voie professionnelle (52 % en 2014). La filière des BTS est celle pour laquelle « la part d’étudiants ayant validé totalement leur 1re année a le plus baissé (62 % pour la cohorte 2014, – 22 points) ». C’est également celle « où s’inscrivent près des trois quarts des bacheliers professionnels qui poursuivent des études supérieures (74 % en 2014) » : l’étude y voit une possible corrélation, rappelant qu’ « entre 2008 et 2014, la part des bacheliers professionnels dans cette filière a progressé de 15 points. Elle s’établit à 43 % en 2014 et est supérieure à celle des bacheliers technologiques (38 %) ».

Le rapport indique également que « la réussite en 1re année est aussi plus faible (- 8 points) en 2014 qu’en 2008 en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE, 79 %) et en Diplôme Universitaire de Technologie (DUT, 72 %) », alors qu’elle progresse de 11 points en licence (53 %), « filière où, en 2008 comme en 2014, 85 % des bacheliers sont titulaires d’un baccalauréat général mais où la part de bacheliers avec mention « Bien » ou « Très Bien » a moins augmenté qu’en moyenne (+ 8 points contre + 12 points en moyenne) ».

Un peu plus diplômés, surtout au niveau bac +3

Au final, au plus tard après six années d’études, 80% des bachelier.e.s 2014 sont sortis de l’enseignement supérieur en ayant obtenu un diplôme contre 78% en 2008. Des taux de diplômé.e.s qui atteignent 90 % (contre 85 % en 2008) pour les bachelier.e.s généraux et sont de 93 % (contre 89 %) pour les bachelier.e.s ayant obtenu une mention « Bien » ou « Très Bien ». « Ils sont sensiblement moins élevés mais en progression entre les deux cohortes pour les bacheliers technologiques (80 % en 2014, + 4 points) et professionnels (54 %, + 2 points) ».

Cette évolution concerne essentiellement le niveau bac +3. Si, pour 100 bacheliers 2014 dont le plus haut diplôme obtenu avant la sortie est une licence générale, 16 ont également obtenu un BTS au cours de leur cursus et 6 un DUT (contre respectivement 27 et 10 bacheliers 2008), l’obtention d’une licence seule comme plus haut diplôme obtenu concerne plus des trois quarts (77 %) des bachelier.e.s 2014 soit 14 points de plus qu’en 2008 (63 %).

Une volonté d’atteindre bac+5

L’étude met également en lumière que l’ambition déclarée par 58% des bachelier.e.s 2014 de poursuivre leurs études afin d’atteindre un niveau bac + 5 (contre 47 % des bachelier.e.s 2008), se traduit par une augmentation de celles et ceux qui, inscrits dans l’enseignement supérieur directement après le baccalauréat en 2014, poursuivent leurs études pour une septième année (29 % contre 20 % pour les bachelier.e.s 2008).


Pour retrouver la totalité des résultats de l’étude : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/bacheliers-2008-2014-une-comparaison-en-termes-de-caracteristiques-diplomation-et-etudes-87859

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :