Publié dans Histoire sociale

1948 : La FEN maintient son unité et choisit l’autonomie

 

Il y a aujourd’hui 70 ans, la Fédération de l’Éducation Nationale, a fait le choix de l’autonomie dans un monde syndical en proie aux divisions et aux difficultés liées à la Guerre froide et aux tensions sociales dans la France de l’époque. Héritière de la Fédération Générale de l’Enseignement d’avant-guerre, la FEN naît en mars 1946 et rassemble tous les syndicats des personnels de l’éducation. Elle appartenait à la CGT qui connaît une scission en 1948, entre la CGT proche des communistes et les minoritaires hostiles au communisme qui se regroupent au sein de la CGT-Force ouvrière (que l’on connaît ensuite sous le nom de FO). Ces tensions se retrouvent au sein de la FEN : faut-il aussi créer deux groupes ou faut-il conserver à tout prix l’unité ? Les débats sont vifs et le SNI, qui constitue le syndicat le plus important de la FEN, propose un référendum auprès des adhérents, suivi rapidement par les autres syndicats de la fédération. Une large majorité s’exprime alors en faveur de l’autonomie par rapport aux confédérations CGT et CGT-FO.

Le passage à l’autonomie est entériné au congrès de la FEN à la fin du mois de mars 1948. La volonté d’unité a primé sur tout le reste, car pour beaucoup elle permettait une plus grande efficacité pour la défense des personnels, mais aussi pour les actions en faveur de l’école et de la laïcité. Comme le souligne le secrétaire général Adrien Lavergne dans cet éditorial d’avril 1948, c’est une tâche immense et plus encore : « Mission éducative lourde de responsabilités peut-être, riche d’énergie, de foi laïque, démocratique, républicaine, syndicale certainement. » 

La FEN conserve son autonomie jusqu’au début des années 1990, ce qui lui a conféré un élément original dans le paysage syndical française. La scission de 1992 et la transformation progressive de la FEN change la situation. En 2000, elle abandonne définitivement ce nom pour devenir l’Unsa Éducation : mais l’autonomie est toujours d’actualité puisque le A du sigle UNSA signifie Autonome. Ce choix s’est fait dans un cadre plus large de la construction d’une Union syndicale interprofessionnelle plus à même de répondre aux défis du monde actuel.

Pour aller plus loin :

Guy Brucy, Histoire de la FEN, Paris, éditions Belin, 2003.

Marie-France Galand, Jean Molères, Scission syndicale de 1947/1948. L’autonomie de la FEN, Cahiers du Centre Fédéral, 1994.

La rubrique « Histoire sociale et syndicale » de l’ancien site du CHA http://cha.unsa-education.com/spip.php?rubrique3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s