Publié dans Aujourd'hui, Recherches, vu, lu pour vous

Aujourd’hui, c’est philosophie

Michel T : Les philosophes, vous qu’est-ce que vous allez faire […]

Melvil : et bah euh en fait on va débattre sur ce que, sur le sujet que Matthéo va donner

Michel T : donc toi tu vas essayer de dire ton point de vue et Lou aussi voulait s’exprimer, donc tu vas donner ton point de vue tu vas dire ce que tu penses sur le sujet qu’on va traiter d’accord

Lou : Bah on va s’exprimer on va dire tout ce qu’on pense sur le sujet

Michel T : d’accord et pour que la discussion avance à votre avis qu’est-ce que c’est qu’il faut faire […]

Eloi : ben il faut dire si on est d’accord ou pas d’accord avec euh c’que une personne a dit

Michel T : oui

Eloi : et si on est pas d’accord bah on essaie de dire pourquoi1

Socrate discutait dans le Lysis avec des adolescents. Epicure, dans sa Lettre à Ménécée, affirme qu’ « il faut que le jeune homme aussi bien que le vieillard cultive la philosophie. » Pour Montaigne, il fallait commencer la philosophie « à la nourrice ».

Aujourd’hui, évidemment, c’est aux élèves de terminale générale, qu’il est demandé de discuter des thèmes philosophiques comme « Quel besoin avons-nous de chercher la vérité ? » (en STHR) « Peut-on renoncer à la vérité ? » (en L), « Toute vérité est-elle définitive ? » (en ES), « Éprouver l’injustice, est-ce nécessaire pour savoir ce qui est juste ? » (en S), ou de commenter les textes de Mill (en S) , de Schppenhauer (en L) ou de Durkheim (en ES).

Mais si l’enseignement de la pensée philosophique est cantonné en fin de scolarité, la réflexion philosophique, elle, comme la valeur, n’est pas soumise à attendre le nombre des années. Elle se pratique avec succès dès l’école maternelle.

En 2015, Aline Boussaroque intitulait un projet pour la DSDEN 93 « Philosopher à l’école: quand nos élèves se font architectes. » car il y a une notion de construction dans le fait de faire de la philosophie. « Philosopher, c’est de tout temps fonder » rappelle Emmanuelle Auriac-Slusarczyk2, avant d’ajouter « la responsabilité de l’école républicaine est décisive en matière de développement de pensée. Pourquoi ? Parce que la philosophie déroule l’ascenseur du temps pour se prémunir de la censure des temps modernes. »

« A l’heure de la mondialisation, des ouvertures sur l’autre, l’ailleurs, un tel instrument de la pensée se veut précieux pour appréhender ce qui nous entoure avec un œil averti et pertinent. Les évènements récents de montée des extrémismes, les problèmes écologiques ou encore l’évolution permanente de la technologie, des moyens de communication plongent les enfants dans un espace soumis à des fluctuations d’informations importantes, espace auquel ils ne sont pas toujours bien préparés. » constate Aline Boussaroque.

La philosophie offre ce recul nécessaire à appréhender le monde et à le questionner. A dire nos pensées, nos accords et nos désaccords, à tenter de les expliquer, de les justifier, de les argumenter, en faisant appel à nos savoirs et notre esprit critique.

C’est en quoi philosopher aide à se construire : en maternelle, pour poser les premières pierres ; en élémentaire, pour mettre en place l’échafaudage ; avec l’enseignant.e comme gardien des murs3 et avec la liberté comme règle et compas, pour « se décaler », « se décadrer », parce que la philosophie est « une école de la liberté 4», celle d’accepter de ne pas tout comprendre, de ne pouvoir tout savoir, mais de pouvoir construire l’avenir.

Une réflexion à mener en Éducation, bien avant et au-delà de la seule épreuve de philosophie du baccalauréat général, nous aurons l’occasion d’y revenir et attendant, retrouvez l’ouvrage de Jean-Pascal Simon et Michel Tozzi Paroles de philosophes en herbe. Regards croisés de chercheurs sur une discussion sur la justice au CM2, UGA Editions 2018

1 Extrait d’une retranscription d’une Discussion à Visée Démocratique et Philosophique (DVDP) avec 11 enfants de CM2. Jean-Pascal SIMON et Michel TOZZI (dir.) Paroles de philosophes en herbe. Regards croisés de chercheurs sur une discussion sur la justice au CM2, UGA Editions 2018, page 44

Dans sa préface du livre de SIMON et TOUZI, déjà citée

3 Aline Boussaroque, déjà citée

Emmanuelle Auriac-Slusarczyk, déjà citée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s