Tristes nouvelles

Cet été a été marqué par le décès de deux militant.es de l’UNSA Éducation à qui nous rendons ici hommage en quelques lignes et qui restent présent.es par leurs actions et leurs engagements dans nos mémoires, nos pensées et nos cœurs.

Jean-Michel Despouy, militant d’A&I UNSA, après avoir été le trésorier de son syndicat, avait prolongé son engagement en tant que membre des commissions de contrôle des comptes de l’UNSA, de l’UNSA Éducation et du Centre Henri Aigueperse. Nous reprenons ici le message de son syndicat que nous faisons également nôtre :

« Jean-Michel est parti.

Jean-Michel aimait les mots mais ne se payait pas de mots.

La rhétorique creuse n’était pas son truc. Parfois pouvait-il irriter à trop vouloir être précis mais il faisait partie de celles et ceux qui savent nommer les choses pour ce qu’elles sont.

Mais cette intégrité, cette entièreté n’excluaient pas chez lui le goût de la négociation.

Il n’était pas de ceux qui, drapés de leurs certitudes, contemplent, l’œil blasé et sec, le monde, en bas.

Il suffisait de le voir sourire pour comprendre combien il avait le goût de la vie et des autres.

Son action dans la fédération, dans le syndicat, fut toute entière guidée par ce goût de l’échange, de la précision.

Avoir raison ce n’était pas pour soi, mais toujours pour les autres.

A la rentrée, triste rentrée, nous reviendrons vers toi, Jean-Michel

Simplement aujourd’hui, te dire combien tu étais cher à nos cœurs. »

Annie Bérail, fidèle à ses engagements avait fait le choix de quitter le SNETAA pour développer le SE-UNSA au sein duquel elle prit la responsabilité en tant que secrétaire nationale du secteur de l’enseignement technique et professionnel. Revenue aux environs de Toulouse, elle prolongea ensuite son engagement dans sa région, en devenant secrétaire régionale de l’UNSA Éducation Midi-Pyrénées ; elle siégeait au CESER Occitanie au titre de la fédération.

Luc Bentz, qui l’a bien connue, lui rend ainsi un hommage auquel nous nous associons :

« Militante chaleureuse mais au caractère et à l’orientation bien trempés, celle qu’à quelques uns nous appelions affectueusement «Tatie» était une belle personne, engagée sincèrement dans un combat émancipateur que confortait son parcours dans l’enseignement professionnel. Je l’avais recroisée avec un grand plaisir après mon retour dans l’environnement syndical en 2006 et nous avions gardé des contacts plus ponctuels, au moment des vœux généralement.

C’est une grande perte syndicale, mais avant tout humaine. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :