La vie sur grand écran : une dramédie dont nous avons (tant) besoin

Enfin, l’image sur grand écran dans une salle obscure va de nouveau être accessible. Et puisque depuis des mois, les films n’ont pu être programmés, il y en aura beaucoup et (donc) pour tous les goûts.

Des films pour rire. Des films pour pleurer. Et des films pour rire et pour pleurer. Un « en même temps » cinématographique auquel on attribue le nom de dramédie en remplacement de ce qui fut longtemps appelée « comédie dramatique ».

Art de la contraction qui -au-delà d’un style de film- rend compte d’une époque dans laquelle il faut beaucoup d’humour pour en supporter les vicissitudes voire les drames.

Semblable, peut-être, à la « mélancomédie« , dont Marilou Duponchel des Inrockuptibles qualifie “Garçon chiffon”, le film de Nicolas Maury et qui suggère les sourires pour accompagner la mélancolie, la dramédie teinte d’humour les difficultés de la vie quotidienne.

Mais qu’est-ce vraiment qu’une dramédie ? Difficile à dire. « C’est une comédie pas drôle. Ou un drame pas triste. Une série mi-figue, mi-raisin devant laquelle on passe,[…], du rire (ou du sourire) aux larmes (ou aux grincements de dents). On la recommande, mais impossible d’en donner une définition précise », reconnaît Julie Huon, journaliste au quotidien belge Le Soir.

Si le qualificatif s’applique bien à certaines séries, il peut aussi désigner des longs métrages. Par certains aspects, il pourrait ainsi sans doute convenir à « Drunk », le film du réalisateur danois Thomas Vinterberg, qui met en scène quatre professeurs tentant une vie n’en sera que meilleure grâce à la consommation d’alcool. Aux premiers résultats encourageants, et joyeux (comédie) succèdent une la situation devenue hors de contrôle (drame). Ici l’aspect dramatique et sérieux l’emporte sur la comédie. Ailleurs ce sera l’humour qui prendra le dessus, bien que la dramédie n’ait pas vocation à supplanter la comédie. Au mieux, comme le suggérait Jean-Maxime Renault dès 2015 pour le site Allociné, elle « force la comédie à se réinventer pour ne pas se ringardiser : il lui faut un peu plus de fond et toujours plus de rires pour réussir ».

Après tout, sur grand écran, la vie n’est-elle autre chose qu’une dramédie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :