Une vision critique et conservatrice de l’École

Même si elle ne sera certainement pas le sujet déterminant de l’élection présidentielle, l’Éducation est présente dans les programmes comme dans les préoccupations des Français.e.s. L’enquête réalisée par Kandar pour L’Hémicycle fournie des éléments intéressants sur leur jugement par rapport au système éducatif, ses évolutions, leurs attentes.

Cette nouvelle enquête confirme le sentiment d’une dégradation de l’École pour 81 % des répondant.e.s (plutôt dégradée pour 52 % et beaucoup dégradée 29%) et de l’université pour 66 % (plutôt dégradée pour 46 % et beaucoup dégradée 20%). Une dégradation qui se traduit par une baisse du niveau des élèves pour 67 % des sondé.e.s et présente également dans la formation des enseignant.e.s, considéré.e.s comme moins bien formé.e.s qu’il y a vingt ans pour 58 %.

Ce niveau de satisfaction (ou de non satisfaction) des Français.e.s sur l’éducation est variable selon le niveau d’enseignement. Le taux de 69 % de satisfait.e.s par rapport à l’école maternelle, se réduit à 53 % pour l’école primaire, 30 % pour le lycée et chute à 28 % pour le collège.

Si l’état d’esprit des élèves et de leurs parents apparaît comme la première cause citée pour cette dégradation (pour 41%), le trop grand nombre de réforme est cité en second par 33 % devant la lourdeur et la taille du système éducatif (31%) et le manque de moyens financiers (22%). Parmi les réforme, celle « du bac proposée par Jean-Michel Blanquer est une mauvaise réforme » pour 43 % contre 42 % qui la jugent bonne.

Comme le montre le graphique ci-dessus, assurer un socle de connaissances essentielles est largement la première mission évoquée pour l’école, mission que l’école est jugée « bien faire » pour 55 %. Cette importance explique que la première priorité pour l’avenir de l’école soit « se concentrer sur les disciplines de base au primaire (français et mathématiques) » pour 50 % des sondé.e.s, avant « réaffirmer l’autorité des enseignants, professeurs etc. » (40%) et « diminuer le nombre d’élèves par classe » (35%). Cette prédominance du savoir transmis dans les apprentissage, n’empêchent pas les Français.e.s d’être favorables à plus de digitalisation des contenus pédagogiques. L’intégration de technologies dans les pratiques étant une « bonne idée » pour 72 % et « une opportunité » pour 68 %.

Mais alors que la seconde mission pour l’école correspond à « favoriser l’épanouissement de chaque enfant et l’aider à trouver sa voie » (pour 32 % des répondant.e.s), seulement 30 % considèrent que l’école le fait bien, à l’identique de la réduction des inégalités qui n’est elle une priorité que pour 14 %.

Le respect (51%), la curiosité et l’ouverture d’esprit (46%) ainsi que la valeur travail (44%) sont les valeurs à transmettre par l’école qui apparaissent les plus importantes aux yeux des Français.e.s, loin devant la découverte et l’acceptation de l’autre (22%), l’égalité (13%), la fraternité (8%), la collaboration (5%), la liberté (4%).

Une vision assez conservatrice de l’École, confirmée par la confiance suscitée par les candidat.e.s à l’élection présidentielle sur ce sujet : Emmanuel Macron est placé en tête (37%) suivi de Valérie Pécresse (29%), puis de Marine Le Pen (25%).


Pour retrouver la totalité de l’étude : Les Français et l’élection Présidentielle 2022 : L’éducation – Kantar Public

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :