Que font les enfants en dehors de l’école ?

Si chacun.e peut avoir une idée assez précise pour répondre à cette question des pratiques infantiles hors scolaires, les données, études et analyses manquent pour permettre d’appréhender ce sujet de manière scientifique.

Partenaire du laboratoire EXPERICE (Sorbonne Paris Nord), le Centre Henri Aigueperse – UNSA Éducation contribue à un travail de recherche financé par la CNAF et le ministère de la Culture visant à recueillir et analyser la parole des enfants sur leurs loisirs, afin de mieux savoir ce qu’ils font, où, quand, avec qui … à la fois dans les structures organisées (centres de loisirs, associations, clubs de sports, conservatoires de musiques…) qu’en famille, avec des ami.e.s ou seul.e (livre, écrans, jeux vidéos…), en intérieur ou en plein air. Ce travail s’inscrit dans le prolongement de celui mené en 2015 « Loisirs et éducation des enfants : une confusion entretenue » ancré sur la parole aux professionnels.

Loin d’apporter des réponses à toutes les questions qui se posent, les résultats de la quatrième édition de baromètre des temps et activités péri et extrascolaires 2021 de la CNAF, publiés dans « l’e-ssentiel » n°207 donnent quelques éclairages sur une année particulière, puisque marquée par la pandémie de Covid-19.

Des fréquentations en baisse du fait du Covid

Ainsi, au moment de la réalisation de l’enquête (entre mi-mars et mi-avril 2021), les enfants scolarisés en maternelle ou en élémentaire qui pratiquent « chaque semaine au moins une activité encadrée dans un club, une association, une maison de quartier, un centre social », n’étaient que 36 % contre 59 % en 2019. Une baisse qui s’explique essentiellement par la suppression ou la modification des activités du fait de la crise sanitaire. Des baisses qui se retrouvent aussi, mais bien plus faiblement, pour les accueil périscolaires qui concerne 80 % des enfants -même de manière (très) occasionnelle – (- 2 points entre 2019 et 2021) ou pour les centres de loisirs :  « 35 % des enfants âgés de 3 à 10 ans fréquentent, régulièrement, de temps en temps ou peu souvent, le centre de loisirs le mercredi et/ou pendant les vacances scolaires (- 8 points par rapport à 2019) ».

Des modes de gardes d’éveil et d’épanouissement

Ces deux modalités d’accueil correspondent surtout à des « solutions de garde », c’est la cas pour 88 % des familles ont recours à l’accueil périscolaire du soir et à 82 % (contre 78 % en 2019) de celles qui font appel au centre de loisirs. Pour autant et «au-delà de ce besoin, les parents attendent du centre de loisirs et encore plus des activités encadrées (temps sur lesquels étaient interrogés leurs attentes) qu’ils favorisent l’éveil et l’épanouissement de leur enfant ».

Si, « comme en 2019, l’activité encadrée la plus pratiquée en club, association, maison de quartier est, de loin, le sport pour 88 % des enfants ; les activités artistiques sont pratiquées par 23 % et les activités culturelles par 10 %. Les filles sont deux fois plus nombreuses à effectuer une activité artistique (32 % contre 16 % des garçons) ». Les activités proposées aux enfants pendant l’accueil périscolaire sont jugées par les parents comme relevant surtout du jeu ( collectif ou individuel), de même en centre de loisirs pour lequel « 58 % des parents déclarent que leur enfant y fait surtout des jeux. Pour 25 % des familles, les activités sont plutôt occupationnelles tandis que 16 % estiment qu’elles sont avant tout éducatives ».

Une stabilité de la satisfaction mais un coût jugé trop élevé

« Près de trois quarts (73 %) des familles portent un regard positif (31 % très satisfaites, 42 % assez satisfaites) sur l’accueil périscolaire », même si « l’information donnée aux parents sur les activités périscolaires continue de susciter le plus d’opinions négatives – 44 % s’en disent insatisfaits (42 % en 2019) –, largement devant les coûts d’accès à ces services (23 % d’insatisfaits) ». Concernant le centre de loisirs et les activités encadrées, la satisfaction est élevée et se maintient au niveau de 2019. Seul le coût fait exception, puisque « au regard de leur budget et des services proposés, 51 % des familles considèrent qu’elles paient « trop cher » pour le centre de loisirs (dont 10 % « beaucoup trop ») et, respectivement, 58 % pour l’activité encadrée (dont 12 % « beaucoup trop ») ».

Ces données permettent de mieux appréhender le regard des parents sur les « loisirs organisés » de leurs enfants. Reste à analyser les autres temps et activités réalisées lorsque les enfants ne sont pas l’école et ce qu’en disent les enfants eux-mêmes : cela sera l’objet de l’étude en cours et dont nous rendrons compte sur notre site.

————————–

Pour retrouver les données de l’enquête de la CNAF : essentiel_Collection Statistiques_207 (caf.fr)

Notre précédente étude sur les loisirs des enfants est disponible sur le site de l’iRES : http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/4860-loisirs-et-education-des-enfants-une-confusion-entretenue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :