L’économie de l’éducation

Économie et éducation : deux mots qui ne vont pas forcément (si) bien ensemble. Surtout si l’on pense à la dimension financière lorsqu’on évoque le terme d’économie : on sait combien il faut de moyens pour produire une éducation de qualité à la hauteur des enjeux de construction de la société de demain, mais aussi comment une conception gestionnaire peut interroger la pertinence et la rentabilité de ces moyens et envisager de faire « des économie » sur le champ de l’éducation.

Une récente note de l’IFé précise que l’économie de l’éducation, « fruit d’une histoire récente », et qui s’inscrit dans une conception large de l’économie analysant l’ensemble des « facteurs humains liés au développement de la société », est « devenue un outil majeur au service des politiques éducatives, non sans alimenter certaines controverses ».

De quoi s’agit-il ?

Dans un premier temps, l’économie de l’éducation, qui se structure à partir des années 1960, participe à l’élaboration de la « théorie du capital humain » qui postule la prise en compte de « toutes les connaissances accumulées par les individus » comme « créatrices de richesses tant au niveau individuel que collectif ». Si cette approche a l’intérêt d’ouvrir « les outils d’analyse de l’économie à un large spectre de comportements humains non marchands », son risque (qui lui a été reproché vivement) est de considérer « l’éducation comme une simple décision individuelle », d’en négliger « les contraintes financières, culturelles ou sociales qui pèsent sur chacun·e », mais aussi « de légitimer les différences de salaire et donc de richesse » : les écarts de rémunération étant justifiées par « l’investissement éducatif de chacun·e ». En réaction les théories du signal et du filtre émettent « l’hypothèse que les études ne constituent pas un investissement visant à augmenter le capital humain, mais un moyen de sélection ».

Ainsi, dans cette première étape, l’économie de l’éducation s’est préoccupée de la question de la rentabilité de l’éducation sur le marché du travail, essentiellement « au niveau microéconomique (à l’échelle de l’individu et de l’entreprise) ».

Par la suite, se développent des approches macroéconomiques « s’intéressant aux effets de l’éducation sur la société dans son ensemble ». La stratégie de Lisbonne (2000) s’appuie ainsi sur les vertus d’une économie de la connaissance pour provoquer la relance de la croissance des pays européens.

En parallèle, d’autres chercheur.e.s en économie se sont intéressé.e.s au fonctionnement du système éducatif, en cherchant à « définir quels seraient les systèmes éducatifs les plus efficaces et à déterminer les facteurs d’optimisation de l’organisation des systèmes scolaires, en analysant les niveaux et les types de formation des enseignant·es, les équipements pédagogiques, le taux d’encadrement susceptibles de maximiser le niveau de connaissances des élèves ou de minimiser les coûts liés à une éducation efficace… mais moins chère ».

D’autres encore se sont attaché.e.s aux conditions de réalisation des actions éducatives en cherchant à mesurer le bien-être des élèves, par exemple au travers des politiques de mixité sociale, du ressenti des élèves sur le climat scolaire, de l’évolution de leurs ambitions ou encore de leur estime de soi… Une nouvelle dimension s’attache aujourd’hui à étendre cette analyse au bien-être des personnels et aux effets de celui-ci sur les réussites éducatives.

Ce rapide panorama met en évidence l’influence que peut avoir l’économie de l’éducation sur la définition et la conduite des politiques éducatives. En prendre conscience est une nécessité à la fois pour en mesurer les effets et pour pouvoir s’en détacher lorsque l’orthodoxie budgétaire conduit à penser que dépenser mieux pour l’éducation rimerait obligatoirement avec dépenser moins.

Pour en savoir davantage : Eduveille de l’IFé, 15 juin 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :