Une année de découvertes

De quoi sera faite l’année 2023 ? Nul ne le sait, même s’il est possible d’évoquer quelques événements rares comme les obsèques d’un pape émérite ou le couronnement d’un nouveau roi d’Angleterre. Quelques élections sont également prévues dans le monde : présidentielles en Tchéquie, à Chypre, au Nigeria, en Turquie, au Congo ; législatives à Djibouti, en Estonie, en Thaïlande, au Cambodge, au Luxembourg au Mali, au Pakistan ; sénatoriales au Kazakhstan, en France, au Liberia…

Le monde devrait être confronté en grande partie à la question de la récession ou tout au moins d’un ralentissement économique. Avec 8 milliards d’humains, l’urgence environnementale va se poser de manière encore plus criante. Quant à la politique française devrait particulièrement concentrée autour de la réforme des retraites.

2023 est aussi une année d’anniversaires et de commémorations.

Comment ne pas citer, pour le théâtre, Molière et Sarah Bernhardt, décédé.e respectivement en 1673 et en 1923 ; pour la littérature Ernest Renan (1823- 1892), Pierre Loti (1850-1923), Charles Péguy (1873-1914), Colette (1873-1954), le poète Yves Bonnefoy (1923-2016), pour la peinture avec Pablo Picasso (mort en 1973) et pour les sciences avec entre autres, la mathématicienne et astronome Nicole-Reine Lepaute (1723-1788), le botaniste Benjamin Delessert (1773-1847), l’entomologiste Jean-Henri Fabre (1823-1915), le mathématicien René Thom (1923-2002) ?

Gustave Eiffel, mort en 1923 et l’architecte Henri Sauvage né en 1873 invitent à interroger l’urbanisme et l’architecture. Lazare Carnot (mort en 1823) et Louis-Napoléon Bonaparte (mort en 1873) questionnent le fonctionnement politique et démocratique. Le nationalisme et l’antisémitisme de Maurice Barrès (1862-1923), la vie de Jorge Semprún (1923-2011), victime et témoin de la déportation, la publication de L’Archipel du Goulag (imprimé à Paris en 1973) d’Alexandre Soljenitsyne nécessitent de réfléchir aux fonctionnements de notre société et au risque de la violence, de l’extrémisme, des totalitarismes.

En 1873 est publié Le tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne, en 1973 est lancé le programme spatial Ariane : des invitations aux inventions et aux découvertes. Et comme «l‘heure de la fin des découvertes ne sonne jamais », selon les mots de Colette, que 2023 soit, pour toutes et tous, une année de découvertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :