Chère rentrée

La rentrée scolaire approche. C’est pour beaucoup de famille le moment de la préparer avec l’achat de fournitures, d’une tenue de sport, l’adhésion à une assurance… C’est donc également l’heure de faire les comptes. Selon une étude annuelle de la Confédération syndicale des familles (CSF) et de celle menée par l’association Famille de France, le coût de cette rentrée 2022 sera plus élevé. Ainsi, à liste de fournitures constante, pour un.e élève entrant en 6ème, il serait de 205,81 euros, soit 8,3 % de plus que le coût de la rentrée 2021. Frais auxquels « il faut ajouter les transports scolaires, les cantines et les équipements numériques notamment » précise le secrétaire général de la FCPE. La principale cause de cette augmentation est l’inflation, qui s’élevait à 6,1% au mois de juillet, et qui est à l’origine de la hausse des prix des fournitures scolaires : les articles de sport en tête, avec une augmentation de 4% en moyenne.

Face à cette hausse des prix pour la rentrée scolaire, la cynique polémique déclenchée par des députés LR sur l’allocation de rentrée scolaire n’a vraiment pas de raison d’être et l’augmentation de celle-ci est justifiée.

Les étudiant.e.s seront les autres victimes d’une rentrée financièrement difficile.  Selon une enquête de l’UNEF. le coût de la vie pour un étudiant (logement, restauration, fournitures…) va  augmenter cette année de 6,47 %. L’indicateur du coût de la rentrée étudiante de la FAGE situe même cette hausse à 7,38 % par rapport à l’an dernier avec une dépense moyenne de 2 527 € pour la rentrée 2022. « On n’a jamais connu une hausse aussi forte du coût de la rentrée scolaire d’une année sur l’autre », a indiqué la Fage, précisant que les complémentaires santé augmentent en moyenne de plus de 30 %, les frais de matériel de pratiquement 16 % et les frais d’assurance de 12 % et que -comme pour les familles – l’inflation touche également les étudiant.e.s dans leurs dépenses du quotidien. Face à ces hausses, « des aides comme les bourses et les aides personnalisées au logement (APL) ne vont être augmentées que de 4 % et 3,5 % », des revalorisations insuffisantes regrette la FAGE qui rappelle qu’avant l’alimentation, les loyers demeurent le« premier poste de dépense chez les étudiants ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :