Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale, Recherches

« La jeunesse » ne serait-elle qu’un mot dans le titre des ministères ?

Le jeunesse a dorénavant un ministre et un secrétaire d’État.

En effet à l’Éducation Nationale, Jean-Michel BLANQUER, se voit chargé de la Jeunesse. Ce qu’il était déjà en fait, mais cette fois la dimension jeunesse est inscrite dans le titre de son ministère. Affichage complété par la nomination de Gabriel ATTAL, en tant que secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse et dont on comprend qu’il sera plus spécifiquement en charge de la jeunesse et de la mise en place du service national universel.

Si elle n’est pas inédite, cette configuration n’est pas si fréquente. Tant il est remarquable que le champ de la jeunesse est souvent difficilement à réduire à un seul portefeuille ministériel.

Lire la suite de « « La jeunesse » ne serait-elle qu’un mot dans le titre des ministères ? »

Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

« C’est chacun de nous qui est humilié en sa personne » : la FEN et le 17 octobre 1961

algerie

La répression des manifestations pour l’indépendance de l’Algérie organisées à Paris le 17 octobre 1961 a longtemps été occultée. Ce jour-là, le mouvement indépendantiste algérien souhaite montrer sa force en métropole en organisant une série de manifestations. La police parisienne sur ordre des autorités réprime très violemment les rassemblements parisiens, afin de dissuader les Algériens présents en France de rejoindre les rangs des indépendantistes. La violence systématique a causé plusieurs dizaines de morts et la presse fut muselée afin de ne pas rendre compte de ce climat de répression. Il a fallu attendre plus de trente ans pour que témoins et historiens puissent rendre compte des événements de ce 17 octobre sanglant. Pourtant des organisations syndicales et politiques, des médias également, ont bravé le silence et la censure, dès les premiers jours après cette violente répression. C’est le cas de la FEN (Fédération de l’Education nationale) qui regroupe la majorité des syndiqué.e.s du monde de l’éducation à l’époque. Le 1er novembre 1961 lors de son congrès, la FEN exprime sa condamnation des actes du 17 octobre en dénonçant le racisme contre les Algériens et en affirmant son soutien au mouvement indépendantiste.

Lire la suite de « « C’est chacun de nous qui est humilié en sa personne » : la FEN et le 17 octobre 1961 »

Publié dans Aujourd'hui, quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ? ], les 9 infos du mois d’octobre

Le CESE se penche sur les enjeux actuels de l’Éducation populaire ;

l’Assemblée nationale étudie l’évaluation de notre système scolaire ;

le CNESCO analyse les effets d’une éducation à la citoyenneté ;

la recherche éclaire les différente manière de vivre un séjour Erasmus.

[Quoi de 9 ?] vous en rend compte et ainsi que du plan d’éducation artistique et culturel, de l’impact de mai 68 sur la social-démocratie, des Espé qui pourraient devenir des INSP…

Le tout à retrouver ici parmi les 9 infos de ce [Quoi de 9 ?] du mois d’octobre : quoi-de-neuf octobre 2018

 

Publié dans Aujourd'hui, Formation, vu, lu pour vous

Mieux évaluer l’École

Dans un rapport rendu public jeudi 27 septembre, le Comité de contrôle et d’évaluation des politiques publiques de l’Assemblée nationale propose un renforcement et une mise en cohérence de l’évaluation du système scolaire dans ses trois dimensions : les élèves, les personnels, les établissements.

Lire la suite de « Mieux évaluer l’École »

Publié dans Aujourd'hui, Recherches

L’orientation : clé de la réussite scolaire

Notre système d’orientation cristallise les inégalités” affirme Marie Duru-Bellat. Et la chercheuse explique son affirmation par deux éléments forts du système scolaire français.

D’une part la réussite scolaire est essentiellement évaluée par les notes, « or dans notre pays, la réussite des élèves est particulièrement marquée par leur milieu social d’origine ». Ainsi les « bons élèves » vont être orientés vers « les « meilleures filières » (celles qui donnent accès aux emplois les plus attractifs) […] alors que ceux qui ont plus de difficultés sont relégués dans les voies (et les métiers) dont personne ne veut (et où il y a de la place). »

D’autre part les vœux des élèves et de leurs familles ont un poids important, officiellement du moins, dans l’orientation, « or ces vœux sont très inégalement ambitieux et informés. »

Deux éléments conjugués qui qui disent autant de notre système éducatif que plus globalement de notre vision de la société.

Lire la suite de « L’orientation : clé de la réussite scolaire »

Publié dans Aujourd'hui

Assemblée générale : un important moment de débat

Le Centre Henri Aigueperse est une association. Son assemblée générale est donc un temps important dans son fonctionnement démocratique.

Il s’agit de faire le bilan de l’année 2017, d’échanger sur les orientations et les évolutions en cours depuis l’assemblée générale extraordinaire du 13 mars dernier.

Mais le Centre est également un lieu de débat sur les questions éducatives. Une table-ronde avec les journalistes Judith Blanes (AEF) et Luc Cédelle (Le monde.fr), nous permettra d’évoquer la manière dont est diffusée et discutée la réflexion sur l’Éducation en France. (Un article sur le site fera suite à ce temps fort).

Lire la suite de « Assemblée générale : un important moment de débat »

Publié dans Aujourd'hui, quoi de 9 ?

[Quoi de 9 ?], les 9 infos du mois de septembre

Beaucoup de neuf en ce mois de rentrée ?

  • Un été (trop) chaud qui interroge l’engagement environnemental

  • Un bilan de l’UNICEF qui montre que des progrès dans la scolarisation des enfants sont encore à réaliser

  • Les paradoxes de notre École républicaine qui ne résorbe pas les inégalités

Mais aussi

  • Des héros ordinaires du syndicalisme mis à l’honneur

  • Un manga devenu film d’animation et qui aide à accepter ses différences et celles des autres

  • La pédagogie de l’argent pour apprendre à ne pas en être dépendant

Le tout (et d’autres choses) à retrouver dans [Quoi de 9 ?] et ses 9 infos de ce mois de septembre : quoi-de-neuf- 9 septembre 2018

Publié dans Aujourd'hui, quoi de 9 ?

[Quoi de 9?]: les 9 infos « vacances » du mois d’août

Parce que mois d’août est souvent associé aux vacances, [Quoi de ?] s’est penché sur celles-ci et vous parle de :

  • ceux qui partent
  • ceux qui ne partent pas
  • ceux qui bronzent
  • ceux qui vont aux musées

mais aussi :

  • des animateurs
  • des congés payés
  • des colonies de vacances…

A lire durant les vacances, parmi les 9 infos de ce 9 août, dans [Quoi de ?] : quoi-de-neuf août 18

Publié dans Aujourd'hui, Formation, Histoire sociale, quoi de 9 ?, Recherches, vu, lu pour vous

[Quoi de 9?] : les 9 infos du mois de juillet

  • le « plan mercredi »
  • le « pass  culture »
  • le « Service national universel »

mais aussi :

  • Georges Lapierre à Troyes au congrès de la JPA
  • un G20 consacré à l’Éducation
  • 23 % d’ « illectronistes » ?

A retrouver parmi les 9 infos de ce 9 juillet, dans [Quoi de ?] : quoi-de-neuf juillet 2018

Publié dans Aujourd'hui, Histoire sociale

Hommage à Georges LAPIERRE, fondateur de la JPA

« L’erreur humaine réside dans son impatience et dans la croyance à l’efficacité immédiate de tout effort. Le progrès humain n’est pas à la mesure d’une génération. Il est à l’échelle de l’Histoire. »

Georges Lapierre

Dans le cadre du Congrès national de la Jeunesse au Plein Air (JPA) dont il fut le fondateur, la ville de Troyes inaugure une rue Georges Lapierre, ce 27 juin.

Né dans l’Aube en 1886, instituteur, responsable national du SNI (syndicat national des instituteurs affilié à la CGT), résistant, déporté et mort à Dachau en février 1945, Georges Lapierre était un militant pédagogique.

Collaborateur de la Revue de l’enseignement primaire, il fonda, en 1923, une section pédagogique au sein de l’Association française pour l’avancement des sciences et en organisa les travaux au cours des congrès nationaux de 1923 à 1926. En juin 1926, il créa le Bureau pédagogique international.

Particulièrement sensible à l’idée de coopération internationale pour la paix, il fonda en septembre de la même année, avec Louis Dumas, la Fédération internationale des associations d’instituteurs et en 1934, il participa à la création du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes.

Il siégeait à la Commission de l’enseignement et de l’éducation ouvrière de la CGT. A ce titre, il fut le commissaire général (en parallèle avec l’exposition universelle de 1937) du congrès international de l’enseignement primaire et de l’éducation populaire, qui rassembla, à Paris, salle de la Mutualité, quatre mille instituteurs de quarante-cinq pays.

Poursuivant son action dans le domaine para-scolaire et en rupture avec la Ligue française pour les auberges de jeunesse, présidée par Marc Sangnier, à qui il reprochait son manque de laïcité, George Lapierre fonda le 8 juin 1933 le Centre laïque des auberges de jeunesse, dont il fut le vice-président.

Dans cette même approche d’une éducation en dehors de l’école et complémentaire à l’enseignement scolaire, George Lapierre, après avoir approuvé la création des Centres d’entraînement aux méthodes de l’éducation active et de la Jeunesse au plein air (les Ceméa), organisa la Fédération nationale des œuvres laïques de vacances d’enfants et d’adolescents en 1938. Celle-ci devint « La jeunesse au plein air » (JPA) en 1947 et œuvre pour permettre le départ en vacances et en loisirs éducatifs du plus grand nombre d’enfants et de jeunes en aidant les plus défavorisés.

Sources : Notice de George Lapierre dans le Dictionnaire Le Maitron rédigée par Jacques Girault, Claude Pennetier et Guy Putfin